Petit gabarit, grand coeur

Malgré les obstacles sur sa route, Daniel Brière... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Malgré les obstacles sur sa route, Daniel Brière a connu une grande carrière dans la LNH. Ci-dessus, on le voit déjouer Carey Price lors du deuxième match de la deuxième ronde éliminatoire.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Kevin Johnston</p>

(Québec) Le hasard a voulu que deux des joueurs québécois de petit gabarit ayant connu le plus de succès sur les patinoires de la Ligue nationale de hockey au cours des 15 dernières années annoncent leur retraite à quelques semaines d'intervalle. Tout d'abord Martin St-Louis, puis Daniel Brière. Deux athlètes qui ont dû en baver un coup avant d'être admis parmi les «grands» en début de carrière.

Si St-Louis a été nettement plus dominant, mettant la main sur la Coupe Stanley, sur les trophées Art Ross, Hart et Lady Byng, sur des médailles d'or olympiques et sur de nombreux autres honneurs individuels et d'équipe, Brière ne s'en est pas laissé imposer après avoir finalement obtenu sa chance de jouer dans le circuit Bettman.

Comme St-Louis après son passage à l'Université du Vermont, Brière a mis plusieurs saisons avant de convaincre ses patrons. Dans le cas de St-Louis, il lui aura fallu trois campagnes et un changement d'organisation avant de faire son nid. Brière, de son côté, s'est promené pendant quatre saisons entre Phoenix et la Ligue américaine avant de s'établir dans la LNH.

Mais bon, c'était comme ça dans le temps. Même aujourd'hui, il semble que les petits joueurs doivent travailler plus que les lourdauds, ou du moins qu'ils soient «meilleurs sans la rondelle» comme le disent malheureusement les entraîneurs.

Après avoir fait la pluie et le beau temps dans la LHJMQ avec les Voltigeurs de Drummondville, totalisant 416 points en seulement 198 matchs, on aurait pu croire qu'un club comme Phoenix lui donne une bonne chance de se faire valoir. Mais c'était bien mal connaître son premier entraîneur-chef, Jim Schoenfeld, qui n'aimait pas trop les joueurs qu'il qualifiait d'unidimensionnels.

D'ailleurs, Brière aurait dû se douter que «l'establishment» lui réserverait de mauvaises surprises. Lors de la semaine précédant la séance de repêchage de 2006 à St. Louis, le directeur de la centrale de recrutement de la LNH du temps, le pourtant sympathique Frank Bonello, avait déclaré à un collègue que Brière ne partirait pas au premier tour et qu'en plus, il ne jouerait probablement jamais dans la Ligue nationale. Je me souviens, j'y étais.

Route ardue

Le petit attaquant originaire de Gatineau a finalement confondu les sceptiques en étant sélectionné en première ronde, 24e au total, par les Coyotes de Phoenix nouvellement arrivés dans le désert. Fallait s'en réjouir du côté du clan Brière, mais on ignorait à l'époque que la route serait aussi ardue.

Brière a fait la navette entre l'Arizona et les Falcons de Springfield de la Ligue américaine pendant quatre saisons. On a même poussé l'odieux en le faisant jouer un match avec le Thunder de Las Vegas de la Ligue internationale en 1999. Il y a bien eu quelques moments heureux à travers cette difficile période, dont son premier but face au Canadien au Centre Molson (maintenant Bell) le 14 décembre 1998. Mais c'était toujours l'éternel recommencement.

Je vous parle de Brière, parce qu'on le croisait à l'occasion pendant ses séjours dans la Ligue américaine. À Québec, dans le temps, il y avait les défunts Citadelles, club-école du Canadien. Je me souviens, entre autres, de son découragement lors de sa dernière longue présence dans les mineures à l'automne 2000. Le titre d'un de mes articles allait comme suit : «J'ai hâte d'avoir un break». Citation de Daniel Brière.

C'était le matin d'un match à Springfield, ville du Massachusetts connue principalement pour le Temple de la renommée du basketball qui y est installé. On était le 14 novembre. On cherche évidemment Brière pour lui jaser. Pas moyen de le trouver. Finalement, on apprend qu'il vient de partir. Chanceux, on le croise à l'extérieur. Il tombe une fine pluie. Il jase au cellulaire avec son conseiller. Il nous fait signe d'attendre un peu et quelques minutes plus tard on s'installe à l'abri pour l'entrevue.

«C'est sûr que ce n'est pas drôle à vivre», avait-il dit. «Mais j'ai adopté une nouvelle attitude cet automne. Plutôt que de rouspéter et de bouder comme je l'ai fait l'an passé, je me suis présenté ici avec l'idée de me défoncer. Ce n'est pas en me traînant les pieds que je vais attirer l'attention des autres équipes de la Ligue nationale.»

Le CH pas intéressé

C'est qu'au début de l'année précédente, on avait soumis Brière au ballottage avant de le rétrograder. Personne, ni même le Canadien, ne s'était montré intéressé. Puis, pendant la saison, il y avait eu des rumeurs de transaction possible avec le Tricolore, qui cherchait à se départir de Vincent Damphousse. Ce dernier est finalement passé aux Sharks de San Jose pour une flopée de choix. Avec une vue de recul, un Brière au sommet de son art n'aurait pas été une mauvaise acquisition.

Toujours est-il qu'il ne voyait pas d'avenir pour lui à Phoenix. Mais rappelé un mois plus tard, il s'est retrouvé sur le même trio que Claude Lemieux et Joé Juneau et il a marqué huit buts à ses neuf premiers matchs avec les Coyotes. À partir de là, il n'a plus jamais joué un seul match dans les mineures.

Comme quoi patience et surtout persévérance sont de mise pour les jeunes professionnels. St-Louis l'avait déjà prouvé, Brière a su canaliser ses énergies à la bonne place après toutes ses déceptions. Il faut juste se demander combien d'autres bons petits joueurs auraient pu faire leur marque dans la LNH si seulement ils en avaient eu la chance.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer