Les deux chapeaux de Michal

En 2006, Michal Sersen avait été nommé dans... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

En 2006, Michal Sersen avait été nommé dans l'équipe d'étoiles du tournoi de la Coupe Memorial.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Kevin Johnston</p>

(Québec) Remparts ou Océanic, Océanic ou Remparts? Michal Sersen est comme chez lui en fin de semaine parce qu'il a vécu des moments mémorables avec les deux équipes de la LHJMQ participant à l'actuel tournoi de la Coupe Memorial, à Québec. Avec comme point culminant le titre national dans l'uniforme des Diables rouges de 2006. Mais bien malin qui pourra lui faire dire laquelle de ses deux ex-formations il favorise.

«Samedi, je vais être derrière l'Océanic, dimanche, c'est pour les Remparts que je vais crier», a-t-il lancé en riant. «Et je suis chanceux parce que lors de leur affrontement, mercredi, je ne serai plus en ville. Je pars mardi. Alors, je m'en sauve. Tout ce que je souhaite, c'est que l'un des deux se promène avec le gros trophée, dimanche.»

Sersen n'avait pas mis les pieds de ce côté-ci de l'Atlantique depuis près de neuf ans lorsqu'il s'est pointé à Québec, vendredi. Excité de renouer avec ses potes de l'édition championne des Remparts qui seront honorés avant le match de dimanche, il était tout aussi fébrile à l'idée de revoir des amis de Rimouski. Dont les Pelletier-Bernier, chez qui il habitait lors de ses deux saisons dans le Bas-du-Fleuve.

Après deux campagnes à évoluer en compagnie de Sidney Crosby à Rimouski, dont la dernière au cours de laquelle l'Océanic s'est rendu jusqu'en finale de la Coupe Memorial en 2005, l'arrière slovaque a été acquis par Patrick Roy pour colmater deux brèches du coup : joueur importé et joueur de 20 ans. Il a répondu au défi avec brio.

Dont une nomination dans l'équipe d'étoiles du tournoi de la Coupe Memorial 2006. Pas banal si on considère que des gars comme Marc-Edouard Vlasic, Keith Yandle, Luc Bourdon, Cody Franson, Mark Fistric et Oskars Bartulis y étaient aussi. C'est la raison pour laquelle il faut se demander pourquoi il n'a jamais percé dans la LNH.

Choix de cinquième ronde des Penguins en 2004, il a pris part à deux camps d'entraînement à Pittsburgh. Il a dû composer avec un changement de régime en cours de route. Et les nouveaux dirigeants, dont le dg Ray Shero, ne semblaient pas vraiment intéressés à retenir ses services.

Rétrogradé à la ECHL à l'automne 2006, il a préféré retourner chez lui et il y évolue depuis. Après quatre saisons à Bratislava (circuit slovaque), il s'est tourné vers la KHL. Un an à Ekaterinbourg, puis deux ans à Prague, avant de revenir à ses anciennes amours, son club d'origine de Bratislava qui venait de se joindre à la KHL.

«J'y gagne très bien ma vie. En cours de route, je sais que Tampa Bay a acquis mes services dans la Ligue nationale, mais mon club européen n'a jamais voulu me libérer. C'est ça, le hockey professionnel. Mais je n'ai pas de regrets.»

Sans contrat

Devenu un régulier de l'équipe nationale slovaque, il devait prendre part aux Jeux de Sotchi. Mais une blessure survenue tout juste avant le tournoi olympique l'en a privé. Impressionnant que de l'équipe 2006 des Remparts, trois de ses gradués - Alexander Radulov, Marc-Édouard Vlasic et Sersen - avaient obtenu leur laissez-passer avec leur équipe nationale respective.

Sans contrat pour la prochaine campagne, il explique que la situation tendue en raison du conflit en Ukraine met en doute la participation des clubs étrangers dans la KHL à l'automne. C'est pourquoi on tarde à signer les contrats, car beaucoup de sous sont en jeu.

À la blague, il a signalé qu'il jaserait un peu de son avenir avec Patrick Roy lorsqu'il le croisera. «Il est encore avec l'Avalanche?» a-t-il demandé, sourire en coin. «Peut-être qu'il aura quelque chose à m'offrir.» Qui sait? À moins qu'il encourage un peu trop l'Océanic au goût de son ex-patron...

Les Generals deviennent les favoris

À la lumière de ce qu'on a vu samedi après-midi, les Generals d'Oshawa doivent être considérés favoris pour soulever la Coupe Memorial, dimanche prochain. Les Ontariens sont grands, gros, habiles et rapides. Un mélange qui fait peur et qui a fait mal paraître l'Océanic de Rimouski. Rendons cependant hommage aux champions du Québec, qui n'ont pas baissé les bras après un horrible début de match. Tirer de l'arrière 0-2 avec moins de 10 minutes écoulées au tableau contre la meilleure équipe défensive au Canada donne des frissons, mais les protégés de Serge Beausoleil n'ont jamais lâché, revenant de l'arrière à deux reprises avant de se déclarer vaincus.

Les Generals n'ont pas commis beaucoup d'erreurs. Leur seul point faible semble être le gardien Ken Appleby, qui a jonglé avec le disque à quelques reprises. Si on réussit à vraiment le mettre à l'épreuve, la porte pourrait s'ouvrir. Les hommes de hockey des Remparts, bien installés dans les hauteurs du Colisée Pepsi, ont pris beaucoup de notes. Il sera intéressant de voir si les Québécois pourront exploiter leur vitesse et leur force de frappe offensive en fin d'après-midi, dimanche. Faudra que la transition entre arrières et attaquants se fasse rapidement et sans faille, ce que l'Océanic n'a pas réussi à faire.

Parmi les amateurs d'Oshawa en ville pour le tournoi, il y en a une qui souriait encore plus que les autres. Tracey, la mère de Cole Cassells, a eu la chance de gagner le tirage du moitié-moitié. Une coquette somme de plus de 8000 $. Quand ça va bien!

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer