Dur retour à la réalité

Si les attaquants des Flames de Calgary ont... (Photo AFP, Stephen Dunn)

Agrandir

Si les attaquants des Flames de Calgary ont pu patiner à leur guise en première ronde contre Vancouver, ils se sont rapidement rendu compte jeudi soir à Anaheim que les Ducks, en plus d'être rapides, peuvent frapper fort. Le résultat du match reflète cette réalité, Calgary ayant été écrasé 6-1.

Photo AFP, Stephen Dunn

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Kevin Johnston</p>

(Québec) Lorsqu'ils se sont réveillés vendredi matin, les joueurs des Flames de Calgary se sont sûrement demandé dans quel tordeur ils venaient de passer. Humiliés 6-1 lors du match numéro un du deuxième tour des séries les opposant aux Ducks d'Anaheim, jeudi, les protégés de Bob Hartley n'ont rien fait de bon pendant que leurs adversaires les déclassaient dans toutes les catégories.

Gros, grands, forts et habiles. Mettons que les qualificatifs pleuvent pour décrire le jeu des champions de l'Ouest depuis le début des séries éliminatoires. D'avoir écarté les Jets de Winnipeg de leur chemin en quatre matchs leur a permis de souffler pendant sept jours.

Les Flames se voulaient un peu l'équipe Cendrillon des présentes séries. Après avoir trimé dur pour se tailler une place dans le bal printanier, ils se sont retrouvés nez à nez avec les Canucks de Vancouver, formation nettement plus expérimentée. Mais l'entraîneur-chef Hartley, aussi bon motivateur que stratège, a su convaincre sa jeune bande qu'ils avaient une chance de l'emporter.

Faut dire que les Canucks ne leur ont pas offert une bien grande opposition. Ce qui a permis aux petits attaquants des Flames de virevolter et d'épater la galerie. Libres de se promener en territoire adverse, les Gaudreau, Monahan et compagnie ont fait la différence. Pendant ce temps, les attaquants des Canucks se limitaient à des tirs de périphérie. Et comme les arrières de Calgary adorent bloquer des tirs...

Gonflés à bloc, les Flames se sont donc amenés dans le sud de la Californie pleins de bonnes intentions. Mettons que la baloune a vite été dégonflée. Le mot rouillé revient souvent lorsque l'on passe une semaine sans jouer de vraie rencontre. Mais les Ducks n'ont pas souffert de ce syndrome. Bien préparés, ils ont exécuté leur plan de match à merveille. Ils ont frappé, patiné, frappé encore et, surtout, mis de la pression directe sur le gardien.

Pas question de gaspiller des cartouches en lançant de loin. Ils ont marqué leurs buts à la dure, le nez dans la circulation. Corey Perry et Ryan Getzlaf ont prouvé une fois de plus qu'ils faisaient partie de l'élite du circuit Bettman. Ils se sont imposés, ont dicté le rythme. Les Beleskey, Maroon et Etem ne sont pas vraiment connus de ce côté-ci du continent, mais ils sont impressionnants.

Faudra maintenant voir comment cette dégelée va affecter les jeunes Flames. Hartley a cloué Johnny Gaudreau sur le banc en troisième période parce qu'il se faisait brasser pas mal trop. Et voilà que Michael Ferland et Jiri Hudler seraient blessés. Le match de demain va dicter le reste de la série. Est-ce que les Ducks peuvent réussir un autre coup de balai et ainsi conserver leurs forces pour de vrais adversaires comme Chicago ou le Minnesota?

Les Rangers se sont endormis

Comme vont Ovechkin et Backstrom vont les Capitals. Les deux as de Washington n'ont jamais arrêté face aux Rangers, jeudi, pendant que les gros canons newyorkais ont continué d'en arracher. L'entraîneur-chef Alain Vigneault a raison de s'inquiéter. Son club n'a marqué que 12 buts à ses six premiers matchs des séries.

Ce qui ne les a pas empêchés d'être dans le coup jusqu'à deux secondes de la fin, jeudi. Malheureusement, ils n'ont pas tenu compte de la désormais célèbre déclaration du légendaire Yogi Berra des Yankees voulant que «ce n'est pas fini tant que ce n'est pas fini».

Vrai que la dure mise en échec de Nicklas Backstrom sur Dan Boyle était suspecte. Un assaut par derrière en temps normal, mais en séries éliminatoires, les arbitres utilisent un livre de règlements différent. Le coup a comme figé les joueurs des Rangers avec le résultat que l'on connaît : laisser la rondelle sur le bâton d'Alex Ovechkin, c'est mortel. Le but de Joel Ward a fait la différence.

Je demeure convaincu que New York a la meilleure équipe «sur papier». Faut juste maintenant que la bande à Vigneault le prouve. Mais la robustesse des Caps n'est pas reposante. Un peu comme les Ducks dans l'Ouest, ils combinent le jeu physique et leurs habiletés. Et ça fait mal. Dire que j'avais prédit une victoire des Islanders au premier tour!

Que fera Babcock?

Mike Babcock a rencontré les médias de Detroit pour faire le bilan de la saison des Red Wings, hier midi. Et bien sûr pour jaser un peu de son avenir comme entraîneur-chef dans la ville de l'automobile. Il a confié qu'il déciderait d'ici une dizaine de jours s'il demeure en place ou s'il quitte les Wings. Ce qui est clair, c'est qu'il va devenir l'entraîneur-chef le mieux payé de la LNH. Joël Quenneville (Black-hawks) empoche actuellement 2,9 millions $ par saison. Babcock aurait refusé pendant l'hiver un contrat de quatre ans avec les Wings qui l'aurait payé 3,5 millions $ par campagne. Il viserait plutôt 4 millions $ et comme il y a possibilité de surenchère s'il quitte Detroit, avec qui il est sous contrat jusqu'au 30 juin, il empochera probablement 5millions $ par saison.

Son patron Ken Holland a déclaré, hier, qu'il voulait le garder à Detroit et que l'argent ne serait pas un problème. La balle est donc dans le camp de Babcock : le statu quo ou une nouvelle aventure. Les quatre clubs actuellement sans entraîneur, Buffalo, Philadelphie, San Jose et Toronto, seraient intéressés. Sans oublier Edmonton, selon moi sa meilleure option s'il quitte les Wings. Et qui sait si un autre club ne serait pas prêt à faire le ménage juste pour s'assurer ses services?

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer