La fascinante section Centrale

Grâce au système de jeu de l'entraîneur-chef Peter... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Grâce au système de jeu de l'entraîneur-chef Peter Laviolette et à la bonne tenue du gardien Pekka Rinne, les Predators de Nashville, après un léger passage à vide, sont revenus plus forts dans le dernier droit malgré l'absence de certains de leurs meilleurs joueurs.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Kevin Johnston</p>

(Québec) Pendant que l'on regarde de près le Canadien et le Lightning se coltailler pour le premier rang de la section Atlantique, on ne peut que s'émerveiller, à distance, devant le combat épique que se livrent Nashville, St. Louis et Chicago dans la section Centrale.

Les trois clubs sont dans une impasse qui va s'étirer jusqu'au dernier jour du calendrier régulier. Les Blues et les Blackhawks, tous deux en action samedi soir, affichent à peu près les mêmes statistiques que les surprenants Predators, une équipe que bien peu d'experts voyaient dans le haut du classement.

En fait, les représentants de la capitale de la musique country, malgré un léger passage à vide en mars, sont revenus plus forts dans le dernier droit malgré l'absence de joueurs de premier plan. Le capitaine Shea Weber a raté les trois derniers matchs, Matt Cullen les cinq derniers et James Neal, les neuf derniers. Ils doivent renouer avec la compétition sous peu. Mais peu importe, la recette du nouvel entraîneur-chef Peter Laviolette fonctionne.

Bien sûr, le gardien Pekka Rinne, qui présente des statistiques du calibre de celles de Carey Price, tient le fort. Mais c'est le travail d'ensemble qui résume les succès des Predators, qui inventent des façons de gagner. Ce qui ne veut pas dire qu'ils auront nécessairement le dernier mot, car Chicago et St. Louis, malgré la perte de rouages importants eux aussi, ont augmenté la cadence en prévision des séries.

Les défensives gagnent les championnats

En début de saison, j'avoue bien humblement que j'avais écarté les Predators des séries. Mais j'avais également donné les Blackhawks comme éventuels gagnants de la Coupe Stanley. Et à la lumière de ce que je vois depuis les Fêtes, je ne change pas d'avis. Si vous consultez les statistiques, vous remarquez qu'une seule donnée est différente de celles des autres clubs de tête de la section : les buts contre, où Chicago domine outrageusement dans l'Ouest. Et comme les championnats se gagnent en défensive en ces jours modernes...

En l'absence de Patrick Kane, Chicago se débrouille justement en raison du brio défensif. Mais attention, adversaires des Hawks : le petit attaquant a recommencé à patiner cette semaine. Ce qui fournit certes des munitions de plus à une reconquête du gros trophée qu'il ne faut pas nommer à ce temps-ci de l'année...

Blessé à la clavicule gauche le 24 février, Kane avait subi une intervention chirurgicale le lendemain. On prévoyait une absence de 12 semaines. Donc un retour possible quelque part en mai. Mais voilà qu'après cinq semaines, il saute sur la patinoire. Bien sûr, les contacts physiques sont proscrits. Sauf qu'un retour en deuxième ronde des séries est maintenant envisageable. La balle est donc dans le camp de ses coéquipiers.

L'égoïste Byfuglien

Bien malin cependant qui peut prédire à coup sûr l'adversaire des Blackhawks au premier tour. Les Blues, qui composent eux aussi avec des absents de marque en Vladimir Tarasenko et Alexander Steen - leurs deux meilleurs marqueurs -, sont toujours dans le décor. Ça va se chamailler jusqu'à la fin pour voir qui va remporter le championnat de section et ainsi affronter l'un des quatrièmes as. Au moment où l'on se parle, ça se joue entre Calgary, Minnesota, Los Angeles ou Winnipeg. Ou encore lutter avec le deuxième ou troisième club de la section qui sera, évidemment, Nashville ou St. Louis. Facile, dites-vous? Pas vraiment. Il n'y en aura pas de cadeaux, qu'un club termine premier... ou huitième dans l'association de l'Ouest.

Une association qui est dominée au chapitre des points par Anaheim, qui fait sa petite affaire dans la section Pacifique, où les Canucks, les Flames et les Kings se livrent une belle lutte eux aussi. Est-ce que les Kings, champions en titre, vont survivre à une autre course contre la montre? Probablement que la suspension de Dustin Byfuglien des Jets va leur permettre d'y arriver. «Big Buff», comme on le surnomme, a fait preuve d'une stupidité inouïe et, surtout, d'égoïsme en assenant un double-échec à la nuque de J.T. Miller (Rangers) en début de semaine. Suspendu quatre matchs à ce stade-ci de la saison, il prive Winnipeg de son meilleur joueur. Et ravive les espoirs des Kings. Une fois qu'ils seront entrés par la petite porte de derrière, tout leur sera permis.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer