Alain Vigneault en parfait contrôle ou presque

En plus d'être solides à la ligne bleue... (Photo AP, Paul Beaty)

Agrandir

En plus d'être solides à la ligne bleue et à l'attaque, les Rangers sont bien nantis devant le filet. Cam Talbot a parfaitement pris le relève de Henrik Lundqvist, blessé, permettant à l'équipe de continuer à gagner sur une base régulière sans son gardien vedette.

Photo AP, Paul Beaty

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Kevin Johnston</p>

(Québec) Pendant que le Canadien se cherche en ce moment critique de la saison, ses plus proches rivaux s'épanouissent comme les fleurs au printemps. Le Lightning et les Penguins ne perdent presque plus et les Islanders sont toujours au haut de l'escalier, malgré quelques marches brisées. Mais ce sont surtout les Rangers qui attirent les regards. Alain Vigneault a sa bande exactement où il la veut.

Finalistes la saison dernière, les New-Yorkais n'avaient pas fait le poids devant les Kings de Los Angeles, qui ont remporté leur deuxième Coupe Stanley en trois ans. Les tombeurs du Canadien s'étaient pointés fatigués en Californie. Et dès les premiers instants de la série, tous savaient que ça ne serait pas long. Une situation qui aurait été tout autre si les champions avaient été confrontés aux Rangers de 2014-2015.

C'est impressionnant ce qu'ils ont réussi au cours du dernier mois. Lorsque leur as gardien Henrik Lundqvist est tombé après avoir reçu un tir de Brad Malone (Hurricanes) à la gorge, plusieurs observateurs les voyaient chuter au classement. C'est plutôt le contraire qui s'est produit. Le Suédois n'a pas joué depuis le 4 février, une période pendant laquelle les Rangers ont maintenu une fiche de 13-2-3. Encore plus impressionnants, ils n'ont perdu qu'un seul match en temps réglementaire à leurs 16 dernières sorties.

Cam Talbot a relevé le défi avec brio devant le filet. Il vient d'ailleurs de coller quatre rencontres de suite en n'accordant qu'un but ou moins, un record de franchise. Lundqvist, qui a recommencé à s'entraîner en solitaire, va retrouver son poste à son retour au jeu. Mais Vigneault ne sera plus jamais réticent à utiliser Talbot.

Les Rangers présentent un bel équilibre. Un alignement aussi fort à l'arrière qu'à l'avant. On fait grand état de la puissance de frappe de Tampa Bay et de la défensive étanche de Montréal, mais les Rangers réunissent les deux. Seulement trois clubs ont marqué plus de buts que leurs 203 (Lightning à 225, Islanders à 219 et Blues à 210) et seulement deux clubs ont accordé moins de buts que leurs 157 (Canadien à 152 et Blackhawks à 155). Ils revendiquent le plus important différentiel entre buts marqués et buts accordés à + 46, alors que le Lightning est à + 45 et les Blues à + 43. Disons que ça améliore pas mal les chances de gagner.

Devant le filet, avec Lundqvist et Talbot, il n'y a pas de failles. À la ligne bleue, la brigade défensive fait l'envie d'à peu près tous leurs adversaires, sauf peut-être Chicago. Le top 4 de Ryan McDonagh, Dan Girardi, Marc Staal et Kevin Klein avec le vétéran Dan Boyle pour donner un coup de main ne laisse pas beaucoup de trous.

La blessure à un bras subie par Klein cette semaine et qui lui fera probablement rater le reste du calendrier régulier fait mal, mais il devrait être remis à temps pour les séries. Mais l'arrivée de Keith Yandle de l'Arizona, acquis en retour du Remparts Anthony Duclair, de John Moore et d'un choix de première ronde va permettre à Vigneault de traverser la tempête et aussi de laisser Yandle s'acclimater au système d'un club gagnant, lui qui poireaute dans le désert depuis son arrivée des Wildcats de Moncton en 2006.

Quant à l'attaque, l'éclosion tant attendue de Rick Nash après quelques campagnes de somnolence place les Rangers à un autre niveau. Il avait été solide pendant la saison écourtée il y a deux ans, mais il n'avait pas marqué 40 buts depuis 2008-2009 à Columbus. À 39 buts avec encore un mois à faire, il se rapprochera des 50, un chiffre difficile à atteindre en ces temps modernes.

Mais il n'y a pas que Nash. La profondeur permet les rêves les plus fous. Les St-Louis, Stepan, Brassard, Zuccarello, Kreider, Hayes, Hagelin, Miller et compagnie sont tous de solides patineurs qui imposent leur rythme depuis quelques mois. Et au moindre relâchement, Vigneault n'hésite pas à jongler avec ses trios.

Comme il le fait actuellement avec son attaque massive, le seul maillon faible de la chaîne new-yorkaise. Aucun but à leurs neuf dernières tentatives au cours des trois derniers matchs; seulement quatre buts à leurs 38 dernières tentatives au cours de leurs 15dernières rencontres.

Si jamais Alain Vigneault trouve la recette magique en supériorité numérique, les Rangers de New York se pointent dans le dernier droit comme favoris dans l'Est. Mais le Canadien, le Lightning, les Penguins et, surtout, les Islanders n'ont toujours pas dit leur dernier mot. Il faut surveiller le classement tous les matins, maintenant, tellement c'est serré.

Revoilà les Kings

Elle n'est assurément pas facile, la vie dans l'Association de l'Ouest. Il y a un mois, les Predators de Nash-ville étaient en orbite. Imbattables ou presque, ils regardaient leurs adversaires dans le rétroviseur, sans trop s'inquiéter. Mais voilà que le peloton les a rattrapés. Heureusement pour eux, leur brio dans les quatre premiers mois de la saison les assure d'une participation aux séries. Ils ont trop pris d'avance pour s'inquiéter. Mais on repassera pour l'avantage de la patinoire, plus les séries vont avancer. D'ailleurs, au point où sont les choses actuellement, je ne crois pas qu'ils pourront passer le premier tour tellement la compétition sera féroce.

Parlant de féroces, revoilà les Kings de Los Angeles qui se sont mis à gagner. Pendant que les Jets commencent à manquer de jus, que les Sharks perdent aussi souvent qu'ils gagnent et que les Canucks et les Flames se maintiennent la tête hors de l'eau de justesse, les gros canons des Kings jouent leur meilleur hockey de la saison. Comme ils ont l'habitude de faire, année après année.

L'Avalanche du Colorado revendique la deuxième meilleure fiche de l'Ouest à ses 10 dernières sorties, mais a un mal fou à gagner du terrain. Patrick Roy et sa bande devront patienter jusqu'à l'an prochain pour répéter leur exploit de la saison dernière. Il sera maintenant intéressant de voir si le Minnesota, qui a gagné 8 de ses 10derniers matchs, pourra rattraper Chicago. Tout demeure possible de ce côté. Mais ne soyez pas inquiets, les Hawks seront des séries. À partir de là...

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer