Il faut protéger les gardiens

Troy Brouwer, des Capitals de Washington, entre en... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Troy Brouwer, des Capitals de Washington, entre en collision avec Carey Price lors du match du 31 janvier dernier. Trois fois au cours de ses quatre derniers matchs, le gardien du Canadien a été bousculé par un adversaire.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Kevin Johnston</p>

(Québec) Est-ce normal qu'un joueur adverse soit entré en contact avec Carey Price trois fois au cours des quatre derniers matchs? Je réponds à la fois oui et non. Normal dans le plan de match de l'adversaire qui tente de déstabiliser le meilleur joueur du Canadien. Pas normal en raison des règlements décourageant l'obstruction sur les gardiens. Des règlements qui devraient d'ailleurs être beaucoup plus sévères.

Le dernier coupable qui a propulsé Price au fond de son but, Patrick Kaleta des Sabres, a écopé d'une pénalité mineure. La question que l'on se pose, c'est si passer deux minutes au cachot a vraiment un effet dissuasif. Chose certaine, ça ne semble pas ralentir l'ardeur de ces attaquants qui «foncent au filet» comme leur demandent leurs entraîneurs-chefs. Et c'est là que ça me dérange.

Il faut trouver une façon de protéger les gardiens, mais comment le faire sans tomber dans l'excès des pénalités majeures pour tentative de blessure? Le juste milieu est difficile à trouver. Bien malin celui qui peut déterminer si c'est intentionnel ou pas. Idem pour les coups à la tête et les coups par-derrière. Pour plusieurs, ça passe par l'éducation des athlètes, qui doivent apprendre à se respecter entre eux.

Facile à dire. Surtout quand l'enjeu est si gros. Pensez-vous que l'attaquant des Rangers Chris Kreider se souciait du bien-être de Price lorsqu'il a foncé, jambes à son cou, vers le filet du Canadien le printemps dernier? Récidiviste bien identifié, Kreider a «sorti» le gardien du Tricolore des séries, améliorant du même coup les chances de son club de passer à la ronde suivante. Intentionnelle ou pas, sa charge a privé Montréal de son joueur le plus utile, celui qui venait de contribuer à la conquête de la médaille d'or du Canada aux Jeux de Sotchi.

Et voilà qu'à travers la Ligue nationale, ça continue de plus belle. Plus gros, plus rapides et mieux protégés par leur équipement en kevlar, les attaquants s'amènent à pleine vitesse en territoire adverse. Et pour eux, la ligne droite est le chemin le plus rapide vers le but. Avec l'option ou pas de freiner. Price demeure une belle cible, mais il n'est pas le seul. Pekka Rinne vient tout juste de rater trois semaines en raison d'une collision à trois devant son filet et il a grandement manqué aux Predators.

une stratégie populaire

Interrogés sur la question, quelques coéquipiers de Price ont accepté de répondre. Brandon Prust, lui-même un gars aux missions spéciales, s'est porté à la défense de son gardien. «Carey est notre meilleur joueur, et les équipes le visent», a-t-il déclaré avec justesse aux collègues montréalais. Il a également noté que les arbitres devaient lancer un message clair afin de freiner les ardeurs.

Mais du même souffle, il a ajouté que le Canadien n'était pas différent des autres clubs. «C'est la stratégie de toutes les équipes, a-t-il dit. C'est la nôtre contre de bons gardiens... pas de lui foncer dessus [s'est-il repris en prenant connaissance de ce qu'il disait], mais de l'empêcher de voir et le rendre inconfortable dans son demi-cercle.»

Des propos qui prouvent que les gardiens sont des cibles de prédilection. Fallait d'ailleurs prendre connaissance des paroles de Brendan Gallagher, qui disait ne pas croire que les clubs adverses avaient de mauvaises intentions à l'endroit de Price. Tout en notant que le plan était effectivement de foncer au filet, il a tenu à préciser ceci : «Je ne pense pas qu'il y ait de quelconques intentions de cibler notre gardien.» Pas surprenant venant d'un joueur dont j'apprécie, en passant, la fougue et le dévouement à son équipe, mais qui se spécialise dans le «dérangement» des gardiens.

Ce sera donc aux dirigeants de la LNH de trancher. Ils ont cependant tendance à ne pas intervenir. Pour l'instant, ces charges envers les gardiens ne semblent émouvoir personne. Mais à un moment donné, un Price, Rinne, Lund­qvist, Halak, Quick ou Fleury va subir une sérieuse blessure qui va priver son club de ses services pour une longue durée. Il sera alors trop tard pour mettre au pas les coupables.

Ça se corse dans l'association de l'Ouest

Les malheurs des Jets et des Canucks, les clubs occupant les deux dernières positions admissibles aux séries de fin de saison dans l'association de l'Ouest, ravivent les espoirs des quatre équipes qui les suivent au classement. L'Avalanche, le Wild, les Stars et les Kings ne tirent de l'arrière que par quatre et cinq points.

Raviver est cependant un bien grand mot, car de toutes ces formations qui luttent pour participer aux éliminatoires, seul le Minnesota a maintenu une fiche positive à ses 10 dernières sorties.

Toujours est-il que les Jets ne sont pas sortis de l'auberge. Non seulement ils ont perdu leurs cinq derniers matchs, mais ils devront également se passer des services d'Evander Kane pour le reste de la saison. Un paquet de problèmes en dehors de la patinoire, Kane devait servir de monnaie d'échange lors de la période de transactions. Il aurait certes été l'attaquant le plus attrayant sur le marché. Il devra cependant être opéré à une épaule et ne pourra reprendre du service que dans quatre ou six mois.

Pour l'instant, l'entraîneur-chef Paul Maurice s'est résigné à utiliser son meilleur arrière, le gros Dustin Byfuglien, à l'attaque. Une solution à court terme qui risque de nuire à long terme si une autre solution n'est pas envisagée. Pendant que les Jets s'enlisent et que les Canucks semblent vivre sur du temps emprunté, les Flames de Calgary se sont faufilés dans le top 6.

La lutte sera corsée jusqu'à la toute fin dans l'ouest. Il sera intéressant de voir si les champions du printemps dernier, les Kings de Los Angeles, se réveillent tardivement comme ils en ont l'habitude pour obtenir la chance de défendre leur titre. Mais plutôt que de retrouver leur rythme, les hommes de Darryl Sutter piétinent avec seulement deux victoires à leurs 10 dernières sorties. Les mauvaises langues disent même que s'ils continuent de la sorte, qu'ils seront bien positionnés dans le boulier dans le derby McDavid, Eichel, Hanifin. Probablement des langues fourchues...

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer