Les nombreuses vies de Jean-Philippe Villemaire

Ex-grimpeur professionnel, Jean-Philippe Villemaire est  maintenant spécialiste en... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Ex-grimpeur professionnel, Jean-Philippe Villemaire est  maintenant spécialiste en marketing et en gestion d'événements dans les domaines sportif, culturel et scientifique.

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «J'ai eu l'impression d'avoir eu plusieurs vies», lance Jean-Philippe Villemaire quand il analyse son parcours professionnel des 25 dernières années. Un parcours atypique qui a mené le diplômé en sciences de l'activité physique de l'Université Laval d'une carrière de grimpeur professionnel à celle de spécialiste en marketing et en gestion d'événements dans les domaines sportif, culturel et maintenant scientifique.

«L'escalade, ç'a été une vie. Après ça il y en a eu d'autres. J'ai travaillé pour Red Bull sur le Crashed Ice de Québec, pour Juste pour rire et je suis maintenant chez EXFO, une entreprise québécoise mondialement reconnue dans le domaine des télécommunications. Et même si ces entités s'adressent à des clientèles différentes, mon travail a toujours été le même : créer un happening, une expérience mémorable qui permet aux gens de connecter avec eux-mêmes et leur environnement.»

Habitué à surmonter des défis sportifs, Villemaire en a relevé d'aussi satisfaisants dans le milieu du marketing. Quand il organise un événement, par exemple, il doit non seulement s'assurer de suivre le plan de match élaboré, mais aussi pouvoir faire face à l'imprévu. «Tu t'es tellement préparé et tu as tellement pensé à ton affaire que lorsque tu dois sortir de ton plan de match, tu as la solution au problème. Et plus tu prends de l'expérience et plus tu réagis vite. Ce n'est pas différent de mon passé d'aventurier.»

Engagé chez EXFO il y a quelques semaines, l'ex-grimpeur se sent de plus en plus à l'aise dans son nouvel environnement même s'il n'est pas un spécialiste du milieu des télécommunications. Rassembleur et diplomate, il a su gagner la confiance des gens compétents gravitant autour de lui et pouvant l'aider dans les domaines où il doit parfaire ses connaissances. Parmi ses prochains défis, on note l'organisation de la réunion internationale annuelle des ventes d'EXFO. Il devra aussi planifier la participation de l'entreprise dans des salons présentés aux quatre coins de la planète et organiser des séminaires pour des spécialistes et des événements pour les employés. 

Le coup de foudre

C'est en 1991, alors qu'il étudiait au Collège militaire de Saint-Jean, que Villemaire a découvert l'escalade et un coup de foudre pour celle-ci. À son retour à Québec deux ans plus tard, afin de poursuivre des études à l'UL, il a travaillé pour François-Guy Thivierge qui l'a aussi aidé à perfectionner son art.

«J'ai commencé à faire de l'escalade de glace. Même si je n'avais pas beaucoup d'expérience, je me suis inscrit à la compétition que François-Guy organisait au mont Sainte-Anne. Et je l'ai gagnée. Je me suis dit eille, il y a quelque chose à faire avec ça. Et je me suis mis à beaucoup grimper.»

Invité aux premiers X Games d'hiver, présentés à Big Bear Lake en Californie en 1996, Villemaire a pu se mesurer aux légendes de l'époque comme Will Gadd et Alex Lowe. Il a terminé quatrième de la compétition. Une performance qui lui a ouvert les portes de la scène internationale.

«De 1996 jusqu'à l'an 2000 à peu près, j'ai pris part à des Coupes du monde, je suis retourné aux X Games (1999), j'ai donné des conférences et j'ai fait des expéditions. C'est par la suite que j'ai mis fin à ma carrière. Je pense que je faisais une overdose d'escalade. Ce n'est pas que j'avais fait le tour du jardin. C'est juste que l'escalade prenait trop de place dans ma vie. Ça faisait une dizaine d'années que, 24 heures sur 24, sept jours par semaine, ma vie tournait autour de ça. J'avais le goût d'une vie plus équilibrée. Je suis devenu organisateur d'événements. Aujourd'hui, j'ai toujours du plaisir à retourner sur les parois avec mes enfants afin de leur faire découvrir ce sport magnifique.»

Villemaire n'a aucun regret quand il pense à sa carrière professionnelle. Il en garde des souvenirs qu'il dit magiques. Il indique que c'est grâce à l'escalade qu'il a pu faire carrière en marketing, lui qui n'avait jamais étudié dans ce domaine.

«Quand je faisais de l'escalade, la première chose que j'avais à vendre c'était moi. Je devais trouver des commanditaires pour financer mes voyages, pour organiser des tournées de conférences, etc.. Et quand j'ai lancé le Festiglace à Pont-Rouge avec deux associés, il a fallu que je gère des budgets. L'escalade a donc été mon école.»

Papa de cinq enfants, Villemaire réalise combien il a été téméraire. «Il faudrait que tu en parles à ma mère. Je crois qu'elle est bien contente que j'aie arrêté», blague-t-il. Et même si le goût de l'aventure l'habite toujours, pas question qu'il mette sa vie en danger.

«Il y a des projets qui me tentent. Mais pas nécessairement en escalade. Comme faire le tour du Mont Blanc en skis en peau de phoque ou des trips de canot-camping avec ma blonde. 

Je suis passé à un poil d'y rester une couple de fois. Et j'ai perdu beaucoup d'amis. Je n'étais pas fou, je savais que je prenais des risques. Mais tu t'imagines toujours que ça ne t'arrivera pas à toi. Aujourd'hui, je me compte chanceux d'être encore ici.»

Questions/réponses

Q La fois où tu as eu le plus peur ? 

R Lors de expédition au mont Asgard en 1998 avec Louis-Philippe Blanchette. Quand on est redescendus, on s'est mis à glisser sur le glacier, les deux encordés. On a réussi à arrêter avec nos piolets sinon on tombait d'une falaise de 600 m. Par la suite, j'ai enfoncé dans une crevasse dont on ne voyait pas le fond. On était à environ 60 km du plus proche village et on n'avait aucun moyen de communication. S'il arrivait un accident, on était foutus.

Q Fait marquant? 

R Les premiers X Games. Je m'y suis retrouvé avec l'élite mondiale et j'ai bien performé. Ç'a changé le reste de ma carrière. J'ai commencé à être invité à des événements et à donner des conférences et les commanditaires m'ont dit oui.

Q Personnalité marquante?

R François-Guy Thivierge. Quand je suis revenu à Québec, je n'avais beaucoup d'expérience en escalade. Je suis débarqué dans sa première boutique, La montagne en ville, et je lui ai dit je voulais travailler pour lui. Il a accepté et il m'a tout montré. Il a été mon guide pendant les premières années.

Q Un humoriste marquant?

R Jean-Marc Parent, un gars hyper terre à terre. Il est humble, humain, vrai, authentique, et drôle. Il a été hyper inspirant pour moi.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer