La fibre entrepreneuriale de Roody Jean

L'ancien du Rouge et Or Roody Jean tente... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

L'ancien du Rouge et Or Roody Jean tente de percer le marché mondial avec LS Cream, une liqueur inspirée d'une recette ancestrale haïtienne.

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Roody Jean le confirme. Il a toujours la fibre entrepreneuriale. Il rappelle que dès sa sortie de l'université, il avait fondé une entreprise de production vidéo. Huit ans plus tard, son goût pour brasser des affaires est toujours aussi présent. Associé avec Steven Charles, un ami d'enfance, il tente de percer le marché mondial avec LS Cream, une liqueur inspirée d'une recette ancestrale haïtienne.

«Le crémas est une boisson que toutes les mères haïtiennes font à l'approche du temps des Fêtes et qui est bue dans les familles lors des célébrations de Noël et de la fête nationale le 1er janvier», indique l'ex-footballeur du Rouge et Or. «Elle est composée d'alcool, de muscade et de lait. Pour le reste, certaines mères ajoutent du raisin et d'autres de la noix de coco râpée. On la trouve aussi en épicerie.»

Jean explique qu'au cours des années, plusieurs personnes ont parlé de commercialiser le crémas. C'est finalement Steven Charles qui s'est lancé. Il a fait affaires avec une compagnie américaine afin de créer une liqueur dont le goût se rapprocherait du crémas de sa mère tout en répondant aux exigences de la Food and Drug Administration. Il a aussi dessiné la bouteille dans laquelle il souhaitait que sa liqueur soit vendue.

«Un beau matin du mois de mars 2013, Steven m'a appelé et il m'a dit : "Roody j'ai un voyage à faire dans l'État de New York et ça ne me tente pas de le faire seul. Viens-tu avec moi?" C'est en route qu'il m'a parlé pour la première fois de son projet et qu'il m'a dit qu'on s'en allait goûter à sa liqueur.»

Séduit par le goût et convaincu que la boisson avait ce qu'il fallait pour s'imposer, Jean a tout de suite accepté l'offre d'association de son ami. Au point de vue marketing, la boisson avait aussi une histoire bien à elle et le design unique de la bouteille en faisait un produit d'exception.

«On a travaillé pendant six mois pour mettre la touche finale sur le goût. Des personnes comme Nicolas Duvernois, de PUR Vodka, et Jacques Tanguay ont goûté à notre produit et leur réaction a été excellente. Et lors de tests à l'aveugle, 7 personnes sur 10 ont aimé son goût. On s'en allait dans la bonne direction mais le plus gros du travail restait à faire.»

Diplômé en cinéma, en communications et en relations publiques, Jean ne cache pas qu'il a tiré profit de toutes les connaissances acquises sur les bancs d'université. «À l'époque, ça avait l'air de domaines disparates. Aujourd'hui, ç'a tout son sens. Il y a plein de choses dans notre mise en marché que je peux faire moi-même. Même chose pour Steven, diplômé du HEC.»

Grâce à son site Web (www.creamls.com), LS Cream a été connue de bien des gens avant même la vente d'une première bouteille. À la fin de l'année 2014, la liqueur a reçu une médaille d'or à Las Vegas lors du 71st Annual Convention & Exposition de la WSWA Tasting Competition. S'est ensuite ajoutée une première de deux médailles d'argent lors du San Francisco World Spirit Competition. En décembre 2014, LS Cream a été commercialisée à New York. Parallèlement, Jean s'est rendu développer le marché de Little Haiti, à Miami. C'est en mars que LS Cream a eu la chance d'être distribuée au Québec. 

«Nous sommes entrés en vente privée à la SAQ en mai. Les 100 caisses livrées en octobre se sont toutes vendues en trois semaines. La prochaine commande devrait rentrer à la SAQ à la mi-décembre. Notre objectif est d'être en approvisionnement continu.

«Parallèlement, des amis et des contacts m'ont donné un coup de main. C'est le cas de Martin Trudel, du Cosmos, qui a mis sur son menu deux cocktails à base de LS Cream [Café haïtien et le Martini LS crème]. Jacques Tanguay m'a aussi fait le grand privilège d'offrir des cafés LS lors des tailgates précédant les matchs de football du Rouge et Or!»

Le football dans la peau

Joueur de ligne défensive, Jean a disputé son dernier match avec le Rouge et Or en 2007. «J'ai terminé ma carrière sur une jambe», raconte celui qui a savouré deux Coupes Vanier. «Par la suite, je suis allé coacher avec Dave Parent au PSQ. Et l'année d'après, on a mis au monde le programme à Limoilou. On est partis d'un concept papier et à la fin de la saison, on a gagné le Bol d'Or et affiché une fiche de 11-0.»

Même s'il est toujours aussi passionné de football, Jean a dû, faute de temps, mettre fin à son association avec les Titans. Et il ne cache pas que le football lui manque. «Cette année, je suis allé sur les lignes de côté pour les matchs à domicile des Titans. Le réflexe des coachs, c'est toujours de me demander mon avis. Mais je trouve que ça ferait un peu gérant d'estrades de mettre mon grain de sel, moi qui ne suis pas là aux pratiques.

«C'est sûr que j'aimerais coacher de nouveau. Mais je ne sais cependant pas si ça serait possible. Après le Québec et les États-Unis, on aimerait emmener LS Cream du côté de la France et de l'Asie et être distribué dans les chaînes hôtelières des Caraïbes. J'aurai donc à beaucoup voyager au cours des prochaines années. Mais peut-être qu'un jour, je pourrai revenir au football.»

Questions/réponses

Q Personnalité marquante? 

R Glen Constantin dans son travail d'entraîneur-chef. Pour la passion qu'il a à enseigner le football. Et Jacques Tanguay. Un homme d'une grande droiture, franc avec tout le monde. Je suis privilégié de pouvoir m'asseoir de temps en temps avec lui afin de discuter d'affaires. 

Q Moments marquants?

R La Coupe Vanier en 2006, dans le froid. Le Bol d'or gagné avec les Titans de Limoilou en 2009. Et avoir vu LS Cream arriver sur les tablettes de la SAQ, le 13 octobre 2015, après deux années de labeur. 

Q Un rêve?

R Peut-être qu'un jour je vais être riche et je vais avoir une maison de production à moi. Je pourrais baigner dans ce qui me fais tripper le plus comme produire de la musique, et des vidéoclips pour des grandes stars.

Q Des regrets? 

R Ma carrière s'est malheureusement terminée sur une blessure. Peut-être que j'aurais dû m'asseoir pendant toute la saison 2007 afin de la guérir et de continuer par la suite.

Q Dans 20 ans? 

R Je ne sais pas si on va encore être propriétaires de LS Cream ou si on va avoir été acheté. Mais je me vois à la tête d'une multinationale qui a des holdings dans plein de domaines. J'aimerais ça pouvoir redonner à la communauté et aux fondations.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer