Magistral Rodgers!

Aaron Rodgers a sorti un autre lapin de... (AP, Ron Jenkins)

Agrandir

Aaron Rodgers a sorti un autre lapin de son casque, dimanche, face aux Cowboys.

AP, Ron Jenkins

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / Quel match! Après le coup de la passe désespérée contre les Giants de New York en fin de semaine dernière, Aaron Rodgers a sorti un autre lapin de son casque, dimanche, face aux Cowboys. Alors que tout portait à croire que l'excitant duel entre Green Bay et Dallas allait se poursuivre au-delà de 60 minutes, Rodgers a complété un relais de 36 verges à Jared Cook, qui se trouvait à quelques centimètres des lignes de côté avec trois petites secondes à écouler au cadran.

Un jeu incroyable qui allait ensuite permettre au botteur Mason Crosby de réussir un placement de 51 verges sur le dernier jeu du match, procurant ainsi une dramatique victoire de 34-31 à la troupe de Mike McCarthy, qui avait vu les protégés de Jason Garrett combler avec brio un recul de 15 points au quatrième quart.

Rodgers s'est amusé aux dépens de la tertiaire de Dallas pendant les 30 premières minutes du match en particulier, les Packers inscrivant sans trop de difficultés des touchés à leurs trois premières possessions du ballon pour prendre les devants 21-3. Malgré l'absence de Jordy Nelson, le leader des Packers a terminé le match avec des gains de 356 verges par la voie des airs, rejoignant quelques cibles bien couvertes avec des ballons lancés avec la précision d'un chirurgien.

Dans la défaite, les deux superbes recrues des Cowboys, Dek Prescott (302 verges par la passe) et Ezekiel Elliott (125 verges au sol) n'ont pas à rougir de leur performance, loin de là, tout comme Dez Bryant, auteur de deux touchés.

Le prix citron de la fin de semaine revient à l'analyste du réseau Fox, Troy Aikman - il est mauvais celui-là - qui n'a pu s'empêcher de parler de la possibilité de voir Tony Romo prendre la relève de Prescott en deuxième demie, alors que c'est la défensive de Dallas qui avait sérieusement besoin de renfort à ce moment-là du match.

Recette gagnante

Samedi, les Falcons ont utilisé la même recette que tout au long du calendrier régulier pour venir à bout des Seahawks. L'excellent quart Matt Ryan a complété des passes à huit joueurs différents pour déjouer le système défensif de la troupe de Pete Carroll, qui tentait de s'ajuster malgré l'absence d'Earl Thomas, dont la spécialité est de limiter les dégâts.

Les visiteurs ont amorcé le match de la bonne façon - Seattle a pris les devants 7-0 en contrôlant le ballon pendant les huit premières minutes du match - mais Russell Wilson et ses potes n'ont pas été en mesure d'orchestrer d'autres interminables poussées par la suite. Les Falcons ont répliqué rapidement et souvent, au point où les Seahawks n'ont pu suivre la cadence à compter du deuxième quart. Mince consolation pour Seattle : l'émergence de l'ailier espacé Paul Richardson, qui a réussi quelques attrapés spectaculaires au cours des deux dernières semaines.

Brady rouillé

On a finalement eu droit à un match pendant 45 minutes, 30 de plus que ce à quoi je m'attendais, samedi soir, alors que Jadeveon Clowney et Whitney Mercilus se sont amusés à compliquer le travail du quart des Patriots, Tom Brady, victime de deux interceptions face aux Texans, le même nombre que pendant les 12 matchs de la saison régulière. Le numéro 12 a été frappé solidement et plus souvent qu'à l'accoutumée, alors que la ligne à l'attaque des Pats en avait plein les bras. 

Contrairement à ses deux coéquipiers, le demi de coin des Texans, Kareem Jackson, a éprouvé toutes sortes de difficultés à ralentir les efforts de Julian Edelman, qui a terminé le match avec huit passes captées (137 verges). Edelman a redonné du lustre à l'attaque des vainqueurs, tout comme le porteur de ballon Dion Lewis, auteur de trois touchés.

Dommage pour les Texans, mais le vis-à-vis de Brady, Brock Osweiler, a été incapable de profiter des occasions provoquées par la défensive pour ajouter quelques points supplémentaires au tableau indicateur, l'homme de 72 millions $ ayant encore une fois très mal paru avec trois interceptions à ses dépens.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer