Il était temps...

Quelques passes échappées par Odell Beckham Jr ont privé... (AP, Matt Ludtke)

Agrandir

Quelques passes échappées par Odell Beckham Jr ont privé les Giants de points supplémentaires au tableau indicateur.

AP, Matt Ludtke

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / Après trois matchs où les équipes perdantes n'avaient pratiquement pas été dans le coup, les amateurs de football ont finalement eu de quoi se mettre sous la dent, dimanche, lors du quatrième et dernier duel de la première ronde des séries éliminatoires.

Même si le pointage ne l'indique pas - 38-13 en faveur de Green Bay -, la rencontre entre les Packers et les Giants de New York a été, et de loin, la plus intéressante de la fin de semaine, comme on s'y attendait d'ailleurs.

Au cours des dernières années, les amateurs, moi le premier, se sont souvent emballés pour des formations explosives en attaque au détriment de clubs misant d'abord et avant tout sur une unité défensive de premier plan capable de s'imposer peu importe les conditions météo.

Dimanche, il faisait froid à Green Bay et on a eu l'impression pendant les 25 premières minutes du match que le quart-arrière des Giants, Eli Manning, allait porter sa fiche en carrière dans les séries à 3-0 au Lambeau Field, tellement ses coéquipiers en défensive compliquaient le travail de son vis-à-vis Aaron Rodgers. Même s'il avait amplement de temps pour lancer le ballon, le numéro 12 avait toutes sortes de difficultés à repérer ses cibles, ce qui se transformait en trois sacs pour la coriace défensive des Giants, qui menaient alors 6-0.

Malheureusement pour les visiteurs, quelques passes échappées par Odell Beckham Jr, entre autres, ont alors privé les Giants de points supplémentaires au tableau indicateur, ce qui a permis aux Packers de renverser la vapeur dans les derniers instants de la première demie.

Après avoir pris les devants 7-6 avec moins de trois minutes à faire au deuxième quart, la magie de Rodgers a de nouveau opéré sur le dernier jeu de la première demie, alors qu'il a rejoint Randall Cobb dans le fond de la zone des buts sur une passe désespérée, la troisième du genre qu'il parvient miraculeusement à compléter depuis l'an dernier.

Sous le choc, les Giants ont profité d'une mauvaise décision de Mike McCarthy, qui a tenté le tout pour le tout dans le territoire des Packers sur un quatrième jeu et une verge à franchir pour réduire ensuite l'écart à un seul point à mi-chemin du troisième quart. Mais le reste de la rencontre a été tout à l'avantage des vainqueurs, qui ont inscrit 24 points sans réplique.

Beckham Jr et ses coéquipiers qui l'ont accompagné à Miami, lundi dernier, lors d'une journée de congé auront donc tout le temps voulu pour retourner s'amuser en Floride au cours des prochaines semaines.

La revanche des Steelers

Les joueurs des Steelers avaient laissé entendre tout au long de la semaine qu'ils n'avaient pas l'intention de s'incliner une deuxième fois devant les Dolphins de Miami et leur porteur de ballon Jay Ajayi, qui s'était offert une sortie de plus de 200 verges aux dépens de la troupe de Mike Tomlin à la mi-­octobre dans un gain de 30-15.

Dimanche, Le'Veon Bell a complètement éclipsé Ajayi (167 verges au sol contre 33) et Ben Roethlisberger a rejoint Antonio Brown pour deux longs touchés dès le premier quart pour donner le ton à un gain sans appel des Steelers.

En défensive, le vénérable James Harrison, 38 ans, a fait sentir sa présence en plusieurs occasions, tout comme son jeune coéquipier Bud Dupree, qui a secoué solidement les puces du quart Matt Moore au deuxième quart. Le vétéran des Dolphins a raté un seul jeu après avoir encaissé le violent plaqué du secondeur des Steelers, ce qui est tout à son honneur.

Par ailleurs, les Seahawks de Seattle ont eu la main heureuse en remettant le ballon 27 fois à Thomas Rawls, qui a établi un record d'équipe en franchissant 161 verges au sol dans un match des séries, samedi soir. Pendant la saison, pas moins de 18 joueurs différents ont porté le ballon au moins une fois chez les désespérés Seahawks.

Rawls a poursuivi son excellent travail sur les ondes du réseau NBC après le match en répondant candidement aux questions qui lui étaient posées, tel un gamin qui venait de remporter un premier match sous les yeux de ses parents.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer