Haro sur les arbitres

Dimanche, le quart-arrière Cam Newton a blâmé les... (AP, Bob Leverone)

Agrandir

Dimanche, le quart-arrière Cam Newton a blâmé les officiels qui, selon lui, ne punissent pas assez les plaqués à la hauteur des genoux.

AP, Bob Leverone

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / Les autorités de la NFL n'ont certainement pas apprécié les manchettes diffusées par les médias lors de la dernière fin de semaine d'octobre. Plutôt que de mettre l'accent sur la tenue irréprochable de Tom Brady face aux Bills de Buffalo ou sur les deux très bons duels Green Bay-Atlanta et Philadelphie-Dallas à la télé nationale - un baume sur les cotes d'écoute à la baisse -, les médias ont consacré beaucoup de temps et d'espace aux déclarations incendiaires de Josh Norman, Richard Sherman et Cam Newton, qui ont sévèrement critiqué le travail des officiels, dimanche.

Newton est même allé jusqu'à réclamer un entretien avec Roger Goodell. Les deux hommes ont discuté au téléphone mardi, puisque le commissaire de la NFL a semblé prendre au sérieux les commentaires du quart-arrière des Panthers de la Caroline. Après le match contre l'Arizona, il avait déclaré qu'il «avait craint pour sa sécurité» et qu'il en avait marre d'entendre les excuses des officiels ou encore des adversaires après des jeux «douteux», où ces derniers n'avaient pas été punis.

À ses yeux, le point de non-retour est survenu au troisième quart, quand il a été plaqué à la hauteur des genoux par le joueur de ligne Calais Campbell, alors qu'il se préparait à lancer le ballon. Le robuste quart de 6'5'' et de 245 livres, qui ne recule pas devant les contacts quand il se transforme en porteur de ballon, a dit à quelques reprises au cours des derniers jours qu'il s'attend à se faire frapper solidement dans pareilles circonstances, mais qu'il s'attend tout autant à être protégé, comme le règlement le stipule, quand il se trouve dans la pochette protectrice.

Les chiffres donnent raison à Newton

Les chiffres compilés à gauche et à droite donnent raison à Newton. Selon le réseau ESPN, il a été frappé 70 fois depuis 2015, mais les officiels n'ont pas puni ses adversaires une seule fois pour rudesse contre le quart. De son côté, Tom Brady a été frappé 60 fois, et ses adversaires punis en cinq occasions. Quant au petit Drew Brees (6' et 209 lb), il a été frappé à 53 reprises, ce qui a valu 10 pénalités à l'équipe adverse.

Les résultats sont sensiblement les mêmes quand on compare le traitement réservé à Newton comparativement à Russell Wilson (Seattle) et à Tyrod Taylor (Buffalo), deux autres quarts mobiles. Ces deux derniers ont vu les officiels lancer leurs mouchoirs sur le terrain à trois reprises pour punir le joueur fautif à leurs dépens au cours des deux dernières années, mais pas une seule fois dans le cas de Newton sur des jeux semblables.

Ces chiffres donnent donc raison à Ron Rivera. Selon l'entraîneur des Panthers, Newton paie le prix parce qu'il est plus imposant que la moyenne des quarts de la NFL. Il serait ainsi victime du syndrome de Shaquille O'Neal, le géant de  7'1'' et de 330 livres qui a rarement bénéficié de la clémence des officiels de la NBA. Chaque fois qu'il était impliqué dans un contact sous le panier, il était le joueur pris en défaut. On ne lui donnait pratiquement jamais le bénéfice du doute.

Les propos tenus par le numéro 1 des Panthers n'ont pas fait l'unanimité auprès des habitués des cuisines de la NFL, la plupart des reproches portant sur le fait que Newton aurait pu parler au nom de plusieurs quarts-arrières, et pas seulement en son nom personnel. On en a eu un autre exemple, dimanche, quand le quart Alex Smith (Kansas City) a été blessé à la tête après avoir été secoué solidement à deux reprises par des membres de l'unité défensive des Colts d'Indianapolis.  

Croisons-nous maintenant les doigts pour que Goodell ait saisi le message et que les officiels soient moins tolérants à l'endroit des joueurs qui malmènent les quarts. La NFL n'a pas le luxe de devoir se passer - surtout pas cette année - de ces athlètes de premier plan à court, moyen ou long terme.

Mes choix

SEMAINE 9

Jeudi : 0/1

Dimanche 

DALLAS à Cleveland, Jacksonville à K. CITY,

NY Jets à MIAMI, PITTSBURGH à Baltimore,

PHILADELPHIE à NY Giants Detroit au MINNESOTA, LA NOUVELLE-ORLÉANS à

San Francisco, La CAROLINE à Los Angeles, Indianapolis à Green BAY,

Tennessee à SAN DIEGO et DENVER à Oakland

Lundi

Buffalo à SEATTLE

SEMAINE 10

Jeudi

Cleveland à BALTIMORE

Semaine 8 : 9/13 (69,2 %) Total : 70/121 (57,9 %)

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer