Les Chiefs transformés!

En perdant les services de Jamaal Charles (25)... (AP, Ed Zurga)

Agrandir

En perdant les services de Jamaal Charles (25) en plein coeur d'une série de cinq défaites, les Chiefs de Kansas City ont encaissé un dur coup dont personne ne les croyait capables de se relever. Mais, contre toute attente, la troupe d'Andy Reid vient de remporter ses six derniers matchs.

AP, Ed Zurga

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après avoir entrepris la saison en s'inclinant dans cinq de leurs six premiers matchs, en plus de perdre les services du demi offensif Jamaal Charles à la mi-octobre, les Chiefs de Kansas City (7-5) sont parvenus à renverser la vapeur, contre toute attente, en remportant six victoires d'affilée.

À la suite de leurs récents succès, les protégés d'Andy Reid se retrouvent au coeur de la lutte pour une place dans les séries dans la Conférence américaine. Une place convoitée qu'ils mériteront s'ils parviennent à gagner leurs quatre derniers matchs pour terminer la saison avec 10 gains consécutifs.

Quand on parle de revirement de situation, il est difficile de faire mieux. Et surtout si on tient compte des nombreuses blessures qui n'ont pas épargné les membres de la ligne offensive des Chiefs, rafistolée à plusieurs reprises en 2015. Depuis qu'il a réintégré l'alignement partant contre les Steelers, le 25 octobre, Laurent Duvernay-Tardif est d'ailleurs un des rares joueurs de ligne de l'équipe à avoir été au rendez-vous chaque semaine.

Même si les joueurs et les entraîneurs hésitent encore à l'admettre, il n'y a aucun doute que les Chiefs ont mis plusieurs semaines à se remettre de la défaite crève-coeur de 31-24 du 17 septembre contre les Broncos de Denver, lors de la deuxième semaine du calendrier régulier. Kansas City n'avait jamais tiré de l'arrière au tableau indicateur et menait 24-17 avec 2:27 à écouler au cadran. Les Chiefs semblaient en bonne voie d'avoir finalement le dernier mot sur leur ennemi juré, Peyton Manning, détenteur d'une incroyable fiche de 13-1 en carrière contre eux.

Le numéro 18 avait toutefois trouvé le moyen de traverser le terrain en un peu moins de deux minutes et de créer l'égalité en rejoignant Emmanuel Sanders dans la zone payante avec seulement 36 secondes à disputer au quatrième quart. Alors que tout le monde se préparait pour la prolongation, Jamaal Charles a échappé le ballon. Bradley Roby l'a aussitôt récupéré et a franchi les 21 verges le séparant de la zone des buts pour couronner l'improbable remontée des Broncos!

Ébranlés, les Chiefs n'ont pas eu de répit lors des semaines suivantes et ils se sont inclinés tour à tour face aux Packers, aux Bengals, aux Bears et aux Vikings. Même s'ils n'ont pas été déclassés au tableau indicateur lors de ces duels, l'unité défensive des Chiefs a été malmenée par Green Bay et a très mal paru face à Jay Cutler dans les derniers instants du match qui s'est terminé 18-17 en faveur de Chicago.

La semaine suivante, les Chiefs ont profité de la présence du réserviste Landry Jones aux commandes de l'attaque des Steelers pour se serrer les coudes et remporter 23-13 un match impliquant deux formations avec une tonne de blessés. Ils n'ont pas subi une seule défaite depuis, profitant entre autres d'une rencontre présentée à Londres pour retrouver le plaisir de jouer au football en malmenant Detroit (45-10). Deux semaines plus tard, ils prenaient leur revanche sur les Broncos en interceptant quatre passes de Manning dans une convaincante victoire de 29-13.

Duo dynamique

Contrairement à ce qu'on s'attendait, les Chiefs ont continué d'empiler les verges gagnées au sol malgré la perte de Charles. Les réservistes Charcandrick West, un athlète ignoré au repêchage, et Spencer Ware, un choix de sixième ronde de Seattle en 2013, ont assumé la relève avec brio, permettant aux Chiefs de demeurer parmi le peloton de tête de la ligue pour les gains au sol. Une autre preuve de l'excellent boulot accompli par les différentes combinaisons de joueurs utilisés au sein de la ligne offensive.

Quant à la défensive, elle a brillé de tous ses feux, dimanche, en réussissant trois interceptions aux dépens du jeune quart-arrière Derek Carr, des Raiders d'Oakland. Trois revirements ayant mené à trois touchés qui ont permis aux Chiefs de l'emporter 34-20 sur leurs ennemis jurés. Avec des confrontations à venir contre San Diego (3-9), Baltimore (4-8), Cleveland (2-10) et Oakland (5-7), tous les espoirs sont permis à KC.

Alex Smith connaît une excellente saison

Laurent Duvernay-Tardif déclarait il y a quelques jours que le quart-arrière Alex Smith l'avait impressionné en courant davantage avec le ballon depuis la perte de Jamaal Charles. Avec des gains de 326verges au sol (moyenne de 5,4 verges par course), Smith a trouvé le moyen de transformer quelques troisièmes jeux en premiers essais. Mais il s'est surtout distingué sur le plan aérien, lui qui n'a pas lancé une seule interception à ses 305 dernières tentatives de passes, la troisième séquence la plus intéressante de l'histoire de la NFL derrière Tom Brady (358) et Bernie Kosar (309). Victime de trois interceptions à ses trois premiers matchs en 2015, Smith a lancé 14 passes de touché et présente un coefficient d'efficacité de 96,3. L'excellente tenue du passeur de 31 ans n'est certainement pas étrangère avec le fait que les Chiefs affichent un impressionnant différentiel de + 13 dans la colonne des revirements.

Des risques calculés

Alex Smith a toujours eu la réputation de jouer trop prudemment, préférant lancer le ballon au sol ou à l'extérieur du terrain plutôt que de risquer de lancer l'objet dans les mains de l'ennemi. Pendant le camp d'entraînement des Chiefs, le coordonnateur offensif Doug Pederson, un ancien quart dans la NFL, a travaillé avec Smith dans le but avoué d'ouvrir le jeu un peu plus. Même si les tendances de l'ex-quart des 49ers n'ont pas été modifiées de A à Z, Pederson parle aujourd'hui de «risque calculé» pour qualifier les décisions prises par Smith dans le feu de l'action en 2015. Selon les rumeurs qui circulent dans l'entourage de l'équipe, l'entraîneur Andy Reid aurait laissé Pederson appeler davantage de jeux au cours des derniers matchs. Résultat : les Chiefs ont inscrit en moyenne 32,3 points par rencontre lors de leur série de six victoires, étant devancés à ce chapitre uniquement par les Panthers de la Caroline (12-0), qui refusent de ralentir la cadence et qui s'enlignent plus que jamais vers un dossier parfait en saison régulière.

Mes choix

Semaine 14

Jeudi : 1/1

DEMAIN

SAN FRANCISCO à Cleveland, Buffalo à PHILADELPHIE, SEATTLE à Baltimore, Tennessee à N.Y. JETS, Washington à CHICAGO, DETROIT à St. Louis, PITTSBURGH à Cincinnati, INDIANAPOLIS à Jacksonville, San Diego à KANSAS CITY, La Nouvelle-Orléans à TAMPA BAY, Atlanta en CAROLINE, Oakland à DENVER, Dallas à GREEN BAY et NOUVELLE-ANGLETERRE à Houston

***

LUNDI 

N.Y. Giants à Miami

***

Semaine 15

JEUDI 

TAMPA BAY à St. Louis

Semaine 13 : 12/16 (75 %) Total : 124/193 (64,2 %)

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer