Le réveil des Texans

À la suite d'un revers décisif de 44-26... (AP, Eric Christian Smith)

Agrandir

À la suite d'un revers décisif de 44-26 contre Miami lors de la septième semaine, l'ailier défensif J.J. Watt des Texans a pris les choses en main, convoquant une réunion d'équipe qui a sonné le réveil des siens. Depuis, Houston a remporté quatre matchs de suite et se retrouve au coeur de la course aux séries dans la Conférence américaine.

AP, Eric Christian Smith

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Il y a un mois, dans les analyses publiées à la mi-saison, les Texans de Houston venaient en tête de liste des déceptions dans la Conférence américaine. On était loin de se douter à ce moment-là que cette formation allait soudainement renverser la vapeur et engranger une série victorieuse de quatre matchs pour porter son dossier à 6-5 et rattraper les Colts d'Indianapolis au sommet du classement de la division Sud de la Conférence américaine.

Dans le cas des Texans, tous les membres de la brigade défensive s'accordent pour dire que le déclic est survenu à la suite de la défaite de 44-26 contre les Dolphins de Miami, le 25 octobre. Au lendemain de cette rencontre, le leader de cette défensive, J.J. Watt, et ses potes ont fait le point sur leur chancelant début de saison et ont rapidement conclu qu'ils en avaient marre d'être montrés du doigt pour les insuccès d'une formation qui n'est pas tellement bien outillée sur le plan offensif.

Watt a été le premier du groupe à donner l'exemple et il est redevenu le joueur dominant qu'il était la saison dernière au cours du dernier mois, s'emparant de nouveau du premier rang dans la NFL avec 13,5 sacs. Le secondeur Brian Cushing a également fait sa part en recommençant à multiplier les plaqués, comme c'est son habitude quand il est en santé.

Résultat : les Texans ont limité tour à tour les Titans, les Bengals et les Saints à six maigres points chacun. Dimanche, dans une défaite de 24-6, les protégés de Sean Payton n'ont pas été en mesure de réussir un seul touché pour la première fois depuis le 24 décembre 2005 contre Detroit. Quant au productif quart-arrière Drew Brees, il a vu sa brillante séquence de 45 matchs d'affilée avec au moins une passe de touché - la cinquième plus longue de l'histoire de la NFL - prendre fin. Il avait auparavant été blanchi de la feuille de pointage pour la dernière fois le 29 novembre 2012 par les Falcons d'Atlanta.

Spectaculaire Hopkins!

Même si l'offensive des Texans ne constitue pas leur point fort, on ne peut passer sous silence l'excellente tenue de l'ailier espacé DeAndre Hopkins, qui a capté 81 ballons et inscrit 9 touchés jusque-là cette saison. 

Pour sa part, le receveur de passes Cecil Shorts pourrait être appelé à contribuer davantage à l'attaque des Texans dans le dernier droit de la saison, lui qui a surpris la défensive des Jets de New York en lançant une passe de touché à son coéquipier Alfred Blue, qui sortait du champ-arrière, il y a deux semaines.

Lors de ce match face aux Jets, Hopkins avait également retenu l'attention en se moquant du demi de coin-étoile Darrelle Revis à plusieurs reprises avant que ce dernier ne tire sa révérence à la suite d'une commotion, au troisième quart. 

On peut également affirmer six semaines plus tard que les Texans ont fait un pas dans la bonne direction quand ils ont congédié le quart-arrière Ryan Mallett, qui avait raté le vol qui menait l'équipe à Miami à la fin d'octobre. Afin de le remplacer, ils ont rapatrié le réserviste T.J. Yates, le jeune quart qui leur avait rendu de précieux services en quelques occasions en 2011.

Trois semaines plus tard, Yates complétait le seul relais payant de la rencontre en repérant le rapide Hopkins sur une distance de 22 verges après avoir pris la relève de Brian Hoyer, victime d'une commotion au début de la deuxième demie contre Cincinnati. Ce touché a fait la différence dans cet important gain de 10-6 des protégés de Bill O'Brien, qui ont encore une fois pris un malin plaisir à embouteiller le quart Andy Dalton et l'offensive des Bengals, qui présentaient un dossier parfait avant de se mesurer aux Texans.

Rétabli, Hoyer a repris son poste face aux Saints, dimanche, et il a profité de l'occasion qui lui était offerte pour lancer deux passes de touché, portant ainsi son total pour la saison à 15 contre seulement 5 interceptions, ce qui lui permet d'afficher un coefficient d'efficacité fort convenable de 94,4.

Les trois prochaines semaines seront déterminantes pour les Texans, qui croiseront le fer avec les Bills (5-6), les Patriots (10-1) et les Colts (6-5) avant de boucler le calendrier régulier face aux Titans (2-9) et aux Jaguars (4-7).

Des nouvelles de Green Bay

J'ai passé une bonne partie de la soirée de jeudi à regarder le match entre Green Bay et Detroit dans un resto-bar de la capitale en compagnie de mes amis Philippe Magnan et Christine Pouliot, les deux mordus des Packers que je vous ai présentés dans une chronique publiée il y a un peu plus d'un an. Ils étaient évidemment aux premières loges pour assister à la cérémonie organisée pour rendre hommage à Brett Favre, une semaine plus tôt, au Lambeau Field. Malgré la pluie, il n'était pas question pour eux de rater cette soirée. La saison 2015 a commencé tôt pour les deux tourtereaux, qui ont assisté à l'ouverture du camp d'entraînement de leurs favoris à la fin du mois de juillet. Ils ont ensuite repris la direction du Wisconsin à la mi-septembre pour assister au deuxième match du calendrier régulier des Packers contre Seattle. Ils ont remis ça deux mois plus tard en allant encourager leurs favoris au Minnesota, le 22novembre, avant de retourner au Lambeau Field quatre jours plus tard pour le match en soirée contre les Bears de Chicago à l'Action de grâces américaine. Ils ont été de nouveau reçus avec tous les égards par leur ami, le préposé à l'équipement des Packers Gordon Batty, qui a eu la gentillesse d'organiser une rencontre de quelques minutes au camp entre Christine et son joueur préféré, l'immense joueur de ligne Josh Sitton (6'3'' et 318 livres).

Perdants sur toute la ligne

Si vous avez vu la façon dont se sont terminés les matchs présentés lundi et jeudi soir dans la NFL, vous savez maintenant pourquoi les Browns de Cleveland (2-9) et les Lions de Detroit (4-8) font partie des enfants pauvres du circuit Goodell depuis des lunes. Les Ravens ont inscrit le touché de la victoire sur le dernier jeu du match, quand Will Hill a gambadé sur une distance de 64 verges après avoir récupéré le ballon bloqué par son coéquipier Brent Urban lors d'une tentative de placement de 51 verges de Travis Coons, des Browns. Quant aux Packers, ils ont volé la victoire aux Lions (27-23) quand le relais désespéré de 61 verges du quart Aaron Rodgers a été capté par l'ailier espacé Richard Rodgers, qui prenait place dans la zone des buts devant quelques joueurs des Lions, qui avaient peine à comprendre ce qui venait de se dérouler sous leurs yeux. Mes sympathies au collègue David Rémillard!

Mes choix

Semaine 13

Jeudi : 1/1

Demain

NY JETS à NY Giants, HOUSTON à Buffalo, Baltimore à MIAMI, San Francisco à CHICAGOSEATTLE au Minnesota, CINCINNATI à Cleveland, Jacksonville au TENNESSEE, Atlanta à TAMPA BAYARIZONA à St. Louis, DENVER à San Diego, KANSAS CITY à Oakland, Philadelphie en NOUVELLE-ANGLETERRECAROLINE à La Nouvelle-Orléans et Indianapolis à PITTSBURGH

LUNDI 

Dallas à WASHINGTON

Semaine 14

JEUDI 

Minnesota en Arizona

Semaine 12 : 9/16 (56,3 %) Total : 112/177 (63,3 %)

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer