Ridicules, ces simples!

L'ailier rapproché Jake McGee a réussi le touché... (AP, John Raoux)

Agrandir

L'ailier rapproché Jake McGee a réussi le touché qui a permis aux Gators de la Floride de l'emporter 20-14 en prolongation sur les Owls de Florida Atlantic, samedi dernier. Le botteur Austin Hardin a toutefois raté le converti, après avoir également manqué deux placements plus tôt dans le match. Au football canadien, en raison du règlement du simple, le match ne se serait possiblement pas rendu en prolongation.

AP, John Raoux

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Comme la Coupe Vanier et la Coupe Grey sont présentées en fin de semaine à Québec et à Winnipeg, cette chronique portera sur notre football canadien. Juste au cas où l'issue d'un de ces deux très importants duels serait déterminée dans les derniers instants du quatrième quart par un «fabuleux» simple, un point accordé pour récompenser un placement raté. Sans doute, une des règles les plus stupides que l'on peut retrouver dans le merveilleux monde du sport professionnel!

Retournons deux semaines en arrière. Les Carabins de l'Université de Montréal ont mis la main sur la Coupe Dunsmore en l'emportant 18-16 sur le Rouge et Or. Une précision s'impose immédiatement: avec quatre revirements et deux tentatives avortées de transformer des troisièmes essais en premiers jeux, la troupe de Glen Constantin ne méritait pas de remporter ce duel chaudement disputé. 

Mais comme les Carabins n'ont pas été en mesure de capitaliser davantage à la suite des gaffes de l'équipe adverse, le Rouge et Or est parvenu à réduire l'écart et à égaler la marque au début du quatrième quart. Malgré tout, il faut bien admettre qu'on aurait pu parler d'un vol si Laval avait eu le dernier mot grâce à un placement réussi sur le dernier jeu du match. Mais ce sont finalement les Carabins qui ont triomphé après avoir bloqué le placement de 19 verges de Dominic Lévesque. 

Ce qui m'agace toutefois, c'est la façon dont ont été obtenus les deux points qui ont fait la différence après 60 minutes de jeu. Deux points attribués aux Carabins, alors que le pointage était de 16-16, parce que leur botteur lors de ce match, Louis-Philippe Simoneau, a raté la cible à deux reprises sur des distances d'environ 30 et de 40 verges dans les moments les plus critiques de la rencontre. 

Deux points pour deux placements ratés. Bravo! Quelle bonne idée! Donnez-moi vite les coordonnées de la personne qui a songé à instaurer ce règlement afin que je communique avec elle pour la féliciter!

Des cauchemars

Comme je l'ai écrit plus haut, Laval ne méritait pas de gagner ce match après avoir été pitoyable en première demie, mais une question s'impose : le Rouge et Or méritait-il de perdre de cette façon?

C'est bien simple, aucune équipe ne mérite de s'incliner de la sorte. Et j'en ai eu une belle preuve, samedi dernier, quand j'ai assisté à une rencontre de la NCAA entre les Gators de l'Université de la Floride (10-1) et les Owls de Florida Atlantic (2-9), à Gainesville. Favoris pour l'emporter par 31 points, les Gators ont multiplié les erreurs d'exécution et ont eu besoin de tout leur petit change pour finalement l'emporter 20-14 en prolongation.

Tout comme Laval une semaine plus tôt, les Gators ne méritaient pas de gagner ce match, leur attaque étant souvent embouteillée par la défensive acharnée des Owls. Malgré toute la détermination affichée par les négligés, les Gators auraient pu remporter le match en 60minutes si le botteur Austin Hardin n'avait pas raté deux placements de 33 et de 34 verges au cours de la rencontre.

En toute logique, la NCAA fait en sorte qu'aucun point n'est accordé dans de telles circonstances, même si le ballon botté par Hardin la première fois a frappé un des deux poteaux des buts.

En prolongation, Hardin a de nouveau retenu l'attention pour les mauvaises raisons en voyant sa tentative de converti bloquée après le touché de Jake McGee, qui donnait les devants 20-14 aux Gators dès leur première série offensive. Heureusement pour lui, la défensive s'est ensuite imposée, alors que les Owls, qui avaient le droit de réplique, se sont approchés à seulement neuf verges de la zone des buts. 

Dans la NCAA, Hardin aurait été identifié comme le grand responsable de l'échec si les Gators avaient finalement plié l'échine. Et il aurait sûrement eu de la difficulté à trouver le sommeil la nuit suivante après une telle contre-performance. 

Mais s'il avait joué chez nous, Hardin aurait permis à son équipe de l'emporter 16-14 en 60 minutes, et tout le monde aurait bien dormi chez les vainqueurs. Mais les perdants auraient sûrement fait des cauchemars, comme c'est mon cas chaque fois que ce foutu point apparaît au tableau indicateur.

Le football du vendredi soir aux États-Unis

J'ai profité de ma virée en Floride pour assister pour la première fois de ma vie à un match de football impliquant deux équipes d'écoles secondaires, un clin d'oeil au film Friday Night Lights qui sortait sur les grands écrans, il y a déjà 11 ans! Vendredi soir dernier, environ 1500 personnes ont assisté à la victoire de 20-0 des Mustangs de Mandarin (12-0) sur les Patriots de Lake Brantley-(8-4) dans une des deux demi-finales régionales du district 1-8A de Jacksonville. Les joueurs des Mustangs m'ont drôlement impressionné, préconisant l'attaque sans caucus du début à la fin de la rencontre et écopant d'une seule pénalité pour une mauvaise remise en jeu pendant le match. L'offensive de Mandarin reposait était bien balancée, contrairement à leurs adversaires, qui éprouvaient toutes sortes d'ennuis à faire avancer le ballon par la voie des airs. Chaque équipe alignait une cinquantaine de joueurs appuyés par des meneuses de claque ainsi qu'une fanfare. Vendredi soir, les Mustangs croisaient le fer avec les Warriors de West Orange (11-1).

En vitesse...

Il a fallu patienter jusqu'à la troisième rencontre présentée en soirée pour avoir finalement droit à un bon match de football, jeudi, alors que nos voisins des États-Unis célébraient l'Action de grâce. Malgré la pluie et le froid, les Bears de Chicago et les Packers de Green Bay ont offert un bien meilleur spectacle que les Eagles de Philadelphie et les Cowboys de Dallas, qui n'étaient tout simplement pas de taille face à Detroit et à la Caroline, plus tôt dans la journée... Très touchante, la cérémonie où les Packers ont retiré le chandail de leur ex-quart Brett Favre à la mi-temps de leur confrontation face aux Bears. La présence du légendaire Bart Starr lors de cette courte cérémonie a touché Favre et tous les fans des Packers réunis au Lambeau Field... Le propriétaire des Cowboys, Jerry Jones, a confirmé vendredi que la saison de Tony Romo était terminée en raison de la deuxième blessure à la clavicule gauche subie par le quart-arrière de 35 ans, cette saison. Le vétéran Matt Cassell, qui a compilé un dossier de 0-4 comme quart partant en l'absence de Romo en octobre et en novembre, tentera de diriger l'offensive des Cowboys (3-8) jusqu'à la fin du calendrier régulier. Si la tendance se maintient, Dallas devrait être parmi les cinq premiers clubs à parler au repêchage d'avril 2016.

 

Mes choix

Semaine 12

Jeudi : 1/3 (33,3 %)

Demain

La Nouvelle-Orléans à HOUSTON, St. Louis à CINCINNATI, Tampa Bay à INDIANAPOLIS, San Diego à JACKSONVILLE, Buffalo à KANSAS CITYOAKLAND au Tennessee, MINNESOTA à Atlanta, Miami à NY JETSNY GIANTS à Washington, ARIZONA à San Francisco, PITTSBURGH à Seattle et NOUVELLE-ANGLETERRE à Denver

Lundi 

Baltimore à CLEVELAND

***

Semaine 13

Jeudi 

GREEN BAY à Detroit

Semaine 11 : 8/14 (57,1 %) Total : 103/163 (63,2 %)

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer