Les mains vides sans Romo

Les absences de l'ailier espacé Dez Bryant, tombé... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Les absences de l'ailier espacé Dez Bryant, tombé au combat dès la première rencontre, et du quart-arrière Tony Romo ont fait très mal aux Cowboys de Dallas, qui n'ont pas remporté un seul gain en quatre sorties depuis que Romo a subi une fracture de la clavicule lors du deuxième match du calendrier régulier.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Difficile de faire pire que les Cowboys, qui n'ont pas remporté un seul gain en quatre sorties depuis que Romo a subi une fracture de la clavicule lors du deuxième match du calendrier régulier, une victoire de 20-10 sur Philadelphie. Appelé à prendre la relève, le réserviste Brandon Weeden a faussé les données dans la deuxième portion de cette rencontre face aux Eagles en complétant ses sept premières passes, dont une de 42 verges pour un touché de Terrance Williams.

Le brio et le calme affiché par Weeden cette journée-là face aux ennemis jurés de Philadelphie ont fait en sorte que les amateurs des Cowboys n'ont pas sombré immédiatement dans le désespoir quand ils ont appris que Romo allait être tenu à l'écart du jeu pendant au moins deux mois. Même les journalistes habituellement très critiques à l'endroit de «l'Équipe de l'Amérique» se montraient optimistes. Ils préféraient insister sur le fait que Weeden n'avait jamais été aussi bien entouré qu'à Dallas depuis ses débuts dans la NFL que sur son piètre dossier de 5-15 comme partant pendant deux ans à Cleveland.

Au moment où je songeais pour ma part à annuler une semaine de vacances pour la Floride prévue à la mi-novembre en raison de l'absence prolongée de Romo, j'avais peine à croire ce que je lisais en consultant le site Internet du Dallas Morning News. Les journalistes de ce quotidien croyaient vraiment aux chances des Cowboys de conserver une moyenne d'environ ,500 pendant l'absence du sympathique numéro 9 et de l'ailier espacé Dez Bryant, tombé au combat dès le premier match contre les Giants de New York.

Selon eux, Dallas allait présenter sans trop de mal une fiche de 5-4 au retour de Romo en Floride, ce qui allait ensuite permettre aux Cowboys de conclure la saison avec 9 ou 10 victoires. Un dossier qui serait sans doute suffisant pour se qualifier pour les séries dans une division pas trop relevée.

Triste réalité

Mais voilà, la triste réalité a vite rattrapé les Cowboys. Après un revers prévisible contre Atlanta, dont l'attaque fonctionnait alors à un rythme infernal, Dallas a encaissé une défaite crève-coeur de 26-20 en prolongation contre La Nouvelle-Orléans, un match où ils ont également perdu les services de Lance Dunbar, qui était devenu le porteur de ballon à tout faire du club.

La correction de 30-6 encaissée la semaine suivante aux mains des Patriots de la Nouvelle-Angleterre a démontré que l'équipe B des Cowboys n'était plus dans le coup, malgré les deux sacs réussis par le controversé Greg Hardy à son retour au jeu après avoir purgé une suspension de quatre matchs.

Malgré les fleurs lancées par le propriétaire Jerry Jones à Weeden lors de son entrée en scène, Jason Garrett faisait savoir la semaine dernière que l'attaque allait dorénavant être confiée au vétéran Matt Cassel, acquis comme police d'assurance des Bills de Buffalo quelques jours après la blessure subie par Romo. Le vétéran de 33 ans a affronté les Giants de New York, dimanche dernier. On a vite constaté qu'il était plus à l'aise que Weeden pour rejoindre les ailiers espacés des Cowboys sur de longues distances, mais les trois interceptions dont il a été victime dans une défaite de 27-20 ont démontré pourquoi il a été confiné à un rôle de réserviste dans la NFL pendant plusieurs années.Les Cowboys de Dallas (2-4) et les Steelers de Pittsburgh (4-3) ont joué de malchance en septembre en perdant tour à tour les services des quarts-arrières Tony Romo et Ben Roethlisberger pour une longue période. Alors que Big Ben s'apprête à revenir au jeu dimanche contre les Bengals de Cincinnati, on peut affirmer que les protégés de Mike Tomlin se sont beaucoup mieux tirés d'affaire pendant cette période cruciale que les hommes de Jason Garrett, qui devront patienter encore trois semaines avant de retrouver leur quart numéro un à Miami.

Grâce à Vick et Jones

Les Steelers de Pittsburgh sont parvenus à sauver les meubles en jouant pour ,500 pendant l'absence du général de leur offensive, Ben Roethlisberger. Le vétéran Michael Vick et le jeune Landry Jones ont totalisé cinq passes de touché contre trois interceptions dans les quatre matchs. Pittsburgh a signé deux victoires et encaissé deux défaites. Avant d'être blessé contre les Cards de l'Arizona lors d'une rencontre où rien ne fonctionnait pour lui, Vick était parvenu à mener les protégés de Mike Tomlin à une dramatique victoire de 24-20 sur San Diego. Il a joué très prudemment contre Baltimore et SD, multipliant les courtes passes afin de limiter au maximum les risques de revirements. Heureusement, il pouvait encore compter sur ses jambes pour aller chercher quelques premiers jeux ici et là. De son côté, Jones a brillé en relève de Vick pour permettre aux Steelers de revenir de l'arrière et de jouer un vilain tour aux Cards. Son brio lui a permis d'obtenir un premier départ en carrière dans la NFL la semaine suivante, à Kansas City, même si «Big Ben» aurait bien aimé revenir au jeu contre les Chiefs. Jones a toutefois été un peu moins efficace et le retour au jeu de Roethlisberger tombe à point, alors que les Bengals de Cincinnati (6-0) font leur visite annuelle au Heinz Field.

Les Bills dans le trouble,eux aussi!

Le vent de folie ayant entouré l'arrivée de l'entraîneur Rex Ryan à Buffalo s'est calmé au cours des dernières semaines, alors que les Bills (3-4) n'étaient visiblement pas assez bien nantis pour compenser la perte du quart-arrière Tyrod Taylor, blessé à une jambe dans la victoire de 14-13 sur les Titans du Tennessee, il y a trois semaines. Après s'être départi du vétéran Matt Cassel en retour d'un choix de cinquième ronde de Dallas, un mois plus tôt, les Bills ont été contraints de se tourner vers EJ Manuel contre Cincinnati et Jacksonville. Fidèle à ses habitudes, il a encore une fois multiplié les revirements et les Bills se sont même inclinés 34-31 contre les Jaguars, dimanche dernier, à Londres. Le choix de première ronde des Bills en 2013 a encaissé la défaite à ses quatre derniers départs en 2014 et en 2015. Dans ces quatre matchs, il a lancé six passes de touché, mais il a aussi été victime du même nombre de revirements. Les blessures subies par LeSean McCoy, Sammy Watkins, Percy Harvin et Kyle Williams ont également nui au rendement des Bills, l'équipe la plus pénalisée de la NFL cette saison. Et la défensive a réussi seulement 11 sacs en sept matchs!

Mes choix

SEMAINE 8

Jeudi : 1/1

Dimanche: Detroit à KANSAS CITY (à Londres), ARIZONA à Cleveland, San Diego à BALTIMORE, NY Giants à LA NOUVELLE-ORLÉANS, CINCINNATI à Pittsburgh, Tennessee à HOUSTON, MINNESOTA à Chicago, Tampa Bay à ATLANTA, San Francisco à ST. LOUIS, NY JETS à Oakland, SEATTLE à Dallas et GREEN BAY à Denver

Lundi: Indianapolis en CAROLINE

SEMAINE 9

Jeudi: Cleveland à CINCINNATI

Semaine 7: 10/14 (71,4%)

Total: 70/106 (66%)

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer