NFL: huit clubs en danger!

Le rendement en dent de scie du porteur... (AP, AJ Mast)

Agrandir

Le rendement en dent de scie du porteur de ballon Frank Gore (23) est une des raisons, avec le travail de la ligne à l'attaque et la mauvaise tenue du quart Andrew Luck, des insuccès des Colts d'Indianapolis.

AP, AJ Mast

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Chaque année, c'est la même rengaine : les amateurs des équipes de la NFL qui amorcent la saison régulière avec deux défaites commencent à paniquer quand les médias prennent plaisir à leur rappeler que seulement 11,2 % des formations ayant connu un début de saison aussi difficile depuis 1990 sont malgré tout parvenues à se tailler une place dans les séries. Et c'est encore pire depuis 2009, alors que seulement 2 clubs sur les 45 qui ont amorcé leur saison du mauvais pied sont parvenus à se ressaisir rapidement et à se faufiler dans les séries.

Cette année, neuf formations ont amorcé la saison avec deux défaites. Comme les Giants de New York (1-2) ont corrigé le tir en l'emportant jeudi soir sur Washington, huit équipes seront donc toujours en quête d'un premier gain en 2015 cette fin de semaine. Si les insuccès de Chicago et de Houston étaient quelque peu prévisibles, il en va tout autrement pour Indianapolis, Baltimore, Seattle et Detroit - quatre équipes ayant participé aux séries l'an dernier - sans oublier Philadelphie et La Nouvelle-Orléans.

Chuck Pagano n'y est pas allé par quatre chemins quand un journaliste lui a demandé de nommer les raisons pouvant expliquer les insuccès des Colts. Sans hésiter, il a critiqué le travail de la ligne à l'attaque, la mauvaise tenue du quart Andrew Luck et le rendement en dent de scie du porteur de ballon Frank Gore.

Le jeune quart des Colts a fait face à la musique 24 heures plus tard, prenant tout le blâme sur ses épaules. Les statistiques ne mentent pas et un simple coup d'oeil permet de constater que Luck a déjà été victime de six revirements, dont cinq interceptions, après seulement deux rencontres. 

Ce n'est rien de nouveau dans le cas de Luck, qui a lancé trop souvent le ballon dans les mains de l'ennemi depuis ses débuts dans la NFL en 2012, même s'il est très souvent parvenu à sauver les meubles en orchestrant de spectaculaires remontées en fin de match. À ses neuf dernières sorties, incluant les séries de l'an dernier, Luck a lancé 12 passes payantes contre 14 interceptions, ce qui n'est guère rassurant.

À sa décharge, il faut toutefois préciser que Luck a joué de malchance à quelques reprises contre les féroces défensives des Bills et des Jets, alors que les receveurs des Colts ont échappé quelques passes, tandis que d'autres ballons ont abouti dans les mains de l'ennemi après avoir été déviés dans les airs par quelques joueurs.

Malgré tout, les fans des Colts peuvent demeurer optimistes pour deux raisons. Indianapolis a participé au match de championnat de l'AFC en janvier dernier après avoir amorcé la saison avec deux défaites. Et Luck a compilé une spectaculaire fiche de 16-2 jusque-là contre les trois autres clubs de la division Sud de l'AFC que les protégés de Chuck Pagano affronteront au cours des trois prochaines semaines.

Les Eagles volent bas

À Philadelphie, les nombreux changements apportés par Chip Kelly au cours des deux dernières années sont loin de faire l'unanimité, alors que les Eagles occupent le dernier rang de la division Est de la Conférence nationale après avoir raté les séries de peu l'an dernier.

On a d'abord cru que Kelly n'affectionnait pas particulièrement les athlètes de couleur avant de réaliser que ce sont plutôt les joueurs les plus talentueux recrutés par le régime précédent (Andy Reid) que l'ex-entraîneur de l'Université de l'Oregon s'est empressé d'expédier sous d'autres cieux.

Les LeSean McCoy, DeSean Jackson, Jeremy Maclin et Nick Foles, quatre piliers en attaque, sont tous partis, tout comme les joueurs de ligne Evan Mathis et Todd Herremans. Leurs deux remplaçants au sein de la ligne à l'attaque n'ont pas encore réussi à ouvrir des brèches pour DeMarco Murray, qui a gagné seulement 11 verges en 21 courses contre Atlanta et Dallas. Quand on est rendu à parler de pieds franchis par course plutôt que de verges - comme on le fait méchamment avec l'ex-porteur de ballon de Dallas - ça signifie que les choses ne fonctionnent pas rondement chez les Eagles.

Des défaites sur la route

Seattle, Baltimore et Detroit sont toujours en quête d'un premier gain après avoir amorcé la saison avec deux défaites à l'étranger. Les Seahawks ont plié l'échine à St. Louis et à Green Bay, tandis que les Ravens se sont inclinés devant Denver et Oakland, alors que les Lions ont perdu à San Diego et au Minnesota. Il n'y a pas raison de paniquer chez les Seahawks, qui ont subi 10 de leurs 12 défaites sur la route entre 2012 et 2014 et qui ont entrepris la saison dernière avec deux échecs. L'entraîneur Pete Carroll est quand même préoccupé par le fait que ses protégés avaient les devants au début du quatrième quart lors de leurs trois derniers matchs, incluant le Super Bowl, et qu'ils se sont inclinés chaque fois contre les Patriots, les Rams et les Packers, gaspillant des priorités de 10, 7 et 1 point. Le retour au jeu du mécontent Kam Chancellor donnera un sérieux coup de pouce à la brigade défensive des champions de la Conférence nationale.

Manque d'équilibre

La défensive des Ravens de Baltimore a été très solide lors du premier match contre Denver, faisant mal paraître le vétéran Peyton Manning à plusieurs occasions avant de se faire malmener par le jeune Derek Carr, qui a gagné 351 verges par la voie des airs et lancé trois passes de touché pour mener les Raiders à une surprenante victoire de 37-33 sur Baltimore, dimanche dernier. L'absence de l'intimidant secondeur Terrell Suggs pour le reste de la saison fera-telle aussi mal aux Ravens? À l'inverse, l'attaque de Baltimore a été pitoyable contre DeMarcus Ware et ses potes de Denver avant de retrouver ses moyens en Californie. Selon l'entraîneur John Harbaugh - qui a vu sa troupe encaisser deux défaites en levée de rideau pour la toute première fois depuis qu'il dirige les Ravens (2008) - un meilleur effort collectif suffira pour replacer sa troupe sur le sentier de la victoire. Chez les Lions de Detroit, les départs des joueurs de ligne défensive Ndamukong Suh et Nick Fairley ont créé des trous béants qui pourraient prendre quelques semaines avant d'être colmatés.

Mes choix

Semaine 3

Jeudi : 1/1 

DEMAIN 

Tampa Bay à HOUSTON, Philadelphie à

NY JETS, PITTSBURGH à St. Louis,

SAN DIEGO au Minnesota, Jacksonville en

NOUVELLE-ANGLETERRE, Oakland à CLEVELAND, ATLANTA à Dallas, Cincinnati à BALTIMORE, INDIANAPOLIS au Tennessee,

La Nouvelle-Orléans en CAROLINE, San Francisco en ARIZONA, Chicago à SEATTLE, BUFFALO à Miami et DENVER à Detroit

LUNDI 

Kansas City à GREEN BAY

Semaine 4

JEUDI 

Baltimore à PITTSBURGH

Semaine 2 : 5/16 (31,3 %) Total : 18/33 (54,5 %)

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer