Carroll voulait gaspiller un jeu!

L'entraîneur des Seahawks, Pete Carroll, a pris beaucoup... (PHOTO AP, David Goldman)

Agrandir

L'entraîneur des Seahawks, Pete Carroll, a pris beaucoup de gens par surprise en déclarant que sa troupe avait tenté d'atteindre la zone des buts en misant sur un jeu aérien plutôt qu'un jeu au sol avec 26 secondes à faire au quatrième quart, afin de gaspiller un jeu et d'écouler le plus de temps possible au cadran.

PHOTO AP, David Goldman

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Il y avait deux messages sur mon répondeur, lundi matin. «Pete Carroll avait-il parié contre son club au Super Bowl?» Le deuxième allait dans le même sens. «Le nom de Pete Carroll figure-t-il encore sur la liste de paye des Patriots de la Nouvelle-Angleterre?»

Au moins, l'entraîneur le plus contesté en Amérique du Nord depuis dimanche soir a le mérite d'avoir fait face à la musique dans les minutes suivant la conclusion du XLIXe Super Bowl. Interrogé à plusieurs reprises sur la raison l'ayant incité à tenter d'atteindre la zone des buts en misant sur un jeu aérien plutôt qu'un jeu au sol avec 26 secondes à écouler au quatrième quart, Carroll a pris beaucoup d'intervenants par surprise en déclarant que les Seahawks avaient agi de la sorte afin de gaspiller un jeu et d'écouler le plus de temps possible au cadran.

Une réponse qui a déstabilisé notamment l'ex-quart-arrière Steve Young (San Francisco) qui était alors en direct sur les ondes du réseau ESPN. Le coach des Seahawks a également indiqué qu'il ne croyait pas que sa troupe pouvait obtenir du succès en misant de nouveau sur l'attaque terrestre en raison de la formation déployée sur le terrain par les Patriots pour ce jeu précis.

Mais tant qu'à gaspiller un jeu, pourquoi ne pas simplement demander à un quart mobile comme Russell Wilson d'y aller d'une feinte de remise au demi offensif Marshawn Lynch et de conserver le ballon, quitte à contourner la ligne défensive des Patriots pour se rendre ou non jusque dans la zone des buts? Ou encore simplement lancer le ballon dans la première rangée des gradins, hors de la portée de tous les joueurs après avoir semé ses poursuivants, comme il l'a fait à l'aide de quelques feintes pendant la majeure partie du match?

Mais Carroll n'avait même pas à se compliquer l'existence à ce point puisque son vis-à-vis chez les Patriots, Bill Belichick, un génie aux dernières nouvelles, n'a même pas pris la peine d'arrêter l'horloge avec 50 secondes à faire en utilisant un des deux derniers temps d'arrêt à sa disposition. Il faut croire que l'entraîneur au ton monocorde avait décidé de faire confiance à sa défensive...

Brady vs Wilson

Il semble que quelques lecteurs ne sont pas d'accord avec mon analyse du travail de Tom Brady lors du XLIXe SB. J'aurais été d'accord avec le fait que le beau Tom reçoive le titre de joueur par excellence du match... s'il n'avait pas été victime de deux interceptions. Mais les deux revirements en question ont d'abord privé les Patriots de trois ou sept points en début de match, tandis que les Seahawks ont profité de leur deuxième interception pour ensuite porter leur avance de 3 à 10 points avec cinq minutes à écouler au troisième quart.

Il est vrai que Brady s'est particulièrement distingué au quatrième quart en dirigeant d'une main de maître les deux dernières séries de jeux qui ont permis aux Patriots de renverser la vapeur et de prendre les devants 28-24. Chaque fois, Brady a profité d'une position favorable sur le terrain, alors que le ballon était déjà placé aux lignes de 32 et 35 verges des Pats.

À mon avis, Russell Wilson a été encore plus impressionnant que Brady dans les deux dernières minutes de chaque demie, des moments critiques, alors qu'il n'a mis que 29 et 56 secondes combinées à quelques temps d'arrêt pour traverser le terrain - à partir de la ligne de 20 verges des Seahawks dans les deux cas - pour d'abord créer l'égalité 14-14 avec deux secondes à écouler dans la première portion du match et ensuite frapper à la porte des buts des Patriots avec 66 secondes à écouler au cadran après un attrapé à la fois spectaculaire et chanceux de Jermaine Kearse.

Ballons dégonflés

L'enquête de la NFL portant sur les 11 ballons dégonflés récupérés par les officiels lors du match de championnat de la Conférence américaine entre les Patriots et les Colts d'Indianapolis reprendra au cours des prochaines heures. Tom Brady paraissait encore une fois plutôt mal à l'aise lors d'une entrevue portant sur ce sujet présentée lors de la trop longue émission d'avant-match diffusée dimanche après-midi sur les ondes du réseau NBC.

En désaccord

Le quart Aaron Rodgers (Green Bay) a reçu le titre de joueur par excellence de la NFL, samedi soir, lors d'un gala tenu en Arizona, la veille du Super Bowl. Quelqu'un peut-il me dire ce que J.J. Watt (Houston) - un choix unanime pour le titre de joueur défensif - aurait pu faire de plus en 2014 pour devenir le premier joueur défensif à décrocher cet honneur depuis Lawrence Taylor en 1986? Si vous connaissez la réponse à cette question, faites-la-moi parvenir.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer