Crampe au cerveau au pire moment

La recrue Malcolm Butler intercepte la passe de... (Associated Press)

Agrandir

La recrue Malcolm Butler intercepte la passe de touché destiné à Ricardo Lockette des Seahawks à 20 secondes de la fin, permettant aux Patriots de la Nouvelle-Angleterre de garder leur avance et de battre les Seahawks de Seattle 28-24.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les Seahawks de Seattle avaient l'occasion de devenir dimanche la première équipe de la NFL à remporter deux Super Bowl d'affilée depuis les Patriots de la Nouvelle-Angleterre de 2003 et 2004. Mais les protégés de Pete Carroll n'ont qu'eux-mêmes à blâmer aujourd'hui pour avoir échoué dans les derniers instants de l'excitant duel présenté dimanche soir entre ces deux clubs à l'occasion du XLIXe Super Bowl.

Peu importe le réseau de télé ou le poste de radio que je syntonisais quelques minutes après le match, tous les commentateurs et analystes cherchaient à comprendre ce qui avait bien pu inciter l'entraîneur-chef des Seahawks, Pete Carroll, à commander une courte passe au centre du terrain, un jeu fort risqué, alors que Seattle était à une verge de gagner le match avec environ 30secondes à écouler au cadran.

Avec encore un temps d'arrêt en poche, il suffisait de remettre une fois de plus le ballon à Marshawn Lynch, qui venait de franchir quatre verges sur le jeu précédent pour porter son total à 102, en lui ordonnant d'atteindre la zone des buts. S'il n'y était pas parvenu sur le deuxième jeu, les champions de la Conférence nationale auraient pu se reprendre en deux autres occasions pour atteindre la zone payante et c'est à ce moment-là qu'ils auraient pu opter pour le jeu aérien. Mais certainement pas sur le jeu qui a mené à l'interception réussie par la recrue Malcolm Butler, des Patriots, qui s'est interposée rapidement devant l'ailier espacé Ricardo Lockette pour réussir le jeu le plus important de sa courte carrière.

Deux jeux plus tôt, les amateurs des Pats ont vu le fantôme deDavid Tyree (Giants de New York) - qui avait réussi un attrapé incroyable à l'aide de sa tête lors du XLIIe SB présenté au même endroit, il y a sept ans - revenir les hanter avec une minute à faire quand l'ailier espacé Jermaine Kearse a joué de chance en captant le ballon qui avait d'abord touché ses jambes alors qu'il était au sol. Ce long jeu (33 verges) plaçait alors le ballon à cinq verges de la zone payante avec une minute à jouer. Mon ami Denis Robitaille se tenait la tête à deux mains en cherchant à comprendre ce qui venait de se passer. Peut-être que les Patriots allaient encore payer lors du Super Bowl pour tous leurs péchés du passé!

Malheureusement pour les Seahawks, Pete Carroll, qui est réputépour jouer le tout pour le tout, a ensuite été victime d'une crampe au cerveau au pire moment, avec le résultat que l'on connaît. Dommage pour l'ailier espacé Chris Matthews, qui a terminé la rencontre avec quatre réceptions pour des gains de 109verges et un touché. Matthews était jusque-là mieux connu de ce côté-ci de la frontière, ayant été choisi recrue de l'année dans la Ligue canadienne de football avec les Blue Bombers de Winnipeg en 2012.

Butler le héros

Le jeu réussi par Butler aurait sans doute pu lui permettre d'hériter du titre de joueur par excellence du match si le vote avait été pris à la conclusion de la rencontre plutôt qu'avec quelques minutes à écouler au quatrième quart.

Cet honneur est plutôt revenu au quart-arrière Tom Brady qui a terminé la rencontre avec 37 passes complétées pour des gains de 328 verges avec quatre passes de touché contre deux interceptions, dont la première réussie à ses dépens alors que les Patriots avaient une occasion en or de prendre les devants au premier quart, les Seahawks tardant encore une fois à se mettre en marche.

Personnellement, je n'aurais pas décerné cet honneur au numéro 12 des Patriots qui a passé la grande partie de la rencontre à multiplier les passes de cinq à huit verges à Julian Edelman et à Shane Vereen. Le plan de match en attaque des Pats était ultra conservateur - ennuyant par moments - au point où je me suis demandé à quelques reprises si l'ailier rapproché Rob Gronkowski en faisait toujours partie.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer