Packers et Colts veulent renverser la vapeur

Lors du tout premier match de la saison... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Lors du tout premier match de la saison régulière, Russell Wilson et les Seahawks de Seattle avaient eu facilement le dessus sur Clay Matthews et les Packers de Green Bay par la marque de 36-16.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Depuis 2009, les finales de conférence ont souvent opposé des adversaires ayant déjà croisé le fer pendant la saison régulière. Et ce sera encore le cas cette année des deux côtés du tableau, puisque nous avons déjà eu droit en septembre et en novembre à des duels Packers-Seahawks et Patriots-Colts. Reste maintenant à savoir si les vainqueurs de ces deux premières confrontations - les favoris pour participer au XLIXe Super Bowl (Seattle et Nouvelle-Angleterre) - auront de nouveau le dernier mot dimanche.

Les Packers et les Seahawks ont donné le coup d'envoi à la saison 2014 le 4 septembre dernier. Devant une foule bruyante et gonflée à bloc - la norme au CenturyLink Field -, les protégés de Pete Carroll ont démontré que leur triomphe au Super Bowl n'était pas de la frime en malmenant Aaron Rodgers et les Packers 36-16.

Les Seahawks ont connu un court passage à vide en octobre et ils se sont retrouvés avec une fiche de ,500 après six rencontres. À la surprise générale, ils ont alors échangé Percy Harvin - un de leurs joueurs les plus talentueux- aux Jets de New York afin d'améliorer l'esprit d'équipe. Cette transaction jumelée au retour au jeu du secondeur Bobby Wagner quelques semaines plus tard a eu pour effet de relancer les Seahawks sur le sentier de la victoire, Seattle terminant la saison avec 9 gains à leurs 10 dernières sorties.

Menée par Richard Sherman, Kam Chancellor et Wagner, la féroce défensive des Seahawks demeure le point fort des champions en titre du SB, qui misent également sur un quart-arrière (Russell Wilson) qui semble toujours prendre les bonnes décisions quand l'enjeu est important et sur une bête (Marshall Lynch) dans le champ arrière.

Chez les Packers, on a constaté contre Dallas que Davante Adams, Richard Rodgers et Andrew Quarless étaient capables d'appuyer de belle façon les prolifiques ailiers espacés Jordy Nelson et Randall Cobb, ce qui permet à l'entraîneur Mike McCarthy de diversifier sa stratégie offensive. Victime d'une commotion lors du match inaugural, le porteur de ballon Eddie Lacy a terminé la saison en force.

Rodgers, le joueur clé

Mais tous les yeux seront encore une fois tournés vers le quart Aaron Rodgers, qui ne s'est pratiquement pas entraîné cette semaine en raison de la blessure qu'il traîne au mollet gauche. Limité dans ses déplacements, Rodgers peut malgré tout lancer quelques missiles vers ses cibles favorites lorsque la défensive adverse opte prudemment pour une défensive de zone.

Sur le plan défensif, le vétéran Julius Peppers, qui fêtera ses 35 ans demain, a retrouvé toute sa vigueur, tandis que Clay Matthews se retrouve plus que jamais au coeur de l'action depuis que le coordonnateur Dom Capers a décidé d'utiliser le combatif secondeur plus souvent à l'intérieur afin d'améliorer le rendement des Packers contre le jeu au sol.

Cette décision a été prise au début de novembre au retour de la semaine de répit des Packers, qui venaient de concéder 172 verges au porteur de ballon Mark Ingram, des Saints, dans une défaite de 44-23 face à La Nouvelle-Orléans. Le personnel d'entraîneurs de Green Bay a vu juste puisque les Packers ont limité l'attaque au sol de leurs adversaires à 3,6 verges par course en deuxième moitié de saison, comparativement à 4,78 au cours des deux premiers mois.

Malgré tous ces ajustements, les Packers n'ont vraiment pas performé de la même façon à l'étranger qu'au Lambeau Field, cette saison, alors qu'ils ont dû se contenter d'une fiche de ,500, ce qui n'est guère rassurant quand on tient compte du fait que Seattle a baissé pavillon à une seule reprise à domicile en 2014.

****

Trois revers cinglants pour Luck face aux Patriots

Demain, Andrew Luck sera confronté aux Patriots de la Nouvelle-Angleterre pour la quatrième fois de sa jeune carrière. Après avoir lancé 40 passes de touché pendant le calendrier régulier, un sommet dans la NFL en 2014, le quart-arrière des Colts tentera de signer un premier gain en carrière face aux protégés du rusé Bill Belichick. Il y a deux mois à Indianapolis, les Patriots ont écrasé les Colts 42-20 après les avoir éliminé 43-22 en deuxième ronde des séries à Foxboro, l'an dernier, lors d'un match où Luck avait été victime de quatre interceptions. Le diplômé de l'Université Stanford effectuait ses premiers pas dans la NFL quand il a croisé la route des Pats pour la première fois le 18 novembre 2012. Luck avait alors vraiment joué comme une recrue et lancé trois fois le ballon dans les mains de l'ennemi dans un cuisant revers de 59-24. Auteurs de quatre touchés chacun, les porteurs de ballon des Pats, Jonas Gray et LeGarette Blount, ont été les vedettes incontestées des deux dernières confrontations à sens unique entre les deux rivaux avec des gains de 201 et de 166 verges au sol.

Défensive améliorée à Indianapolis

Après avoir terminé le calendrier régulier au 11e rang sur le plan collectif, l'unité défensive des Colts d'Indianapolis s'est signalée dans les deux premières rondes des séries en limitant Cincinnati et Denver à seulement 10 et 13 points. Les quarts-arrières Andy Dalton (Bengals) et Peyton Manning (Broncos) ont gagné seulement 144 et 211 verges par la voie des airs lors de ces deux revers. Les demis offensifs Jeremy Hill (Bengals) et C.J. Anderson (Broncos) n'ont guère fait mieux, alors que la défense des Colts n'a même pas concédé 100 verges au sol par match à ses deux adversaires. Embauché l'hiver dernier sur le marché des joueurs autonomes, le secondeur D'Qwell Jackson a joué un rôle important dans le redressement de la défensive de la troupe de Chuck Pagano en y allant de 140 plaqués, un sommet chez les Colts cette saison. Indianapolis a apporté plusieurs améliorations à sa défensive depuis 2012. Cette année-là, les Colts ont fait l'acquisition du demi de coin Vontae Davis lors d'une transaction où ils avaient cédé un choix de deuxième ronde à Miami. L'ailier Cory Redding a également été mis sous contrat par le directeur général Ryan Grigson cette année-là.

****

MES CHOIX

FINALES DE CONFÉRENCE

Demain: Green Bay à SEATTLE et Indianapolis en NOUVELLE-ANGLETERRE

Finales de division: 3/4 (75%)

Séries éliminatoires: 6/8 (75%)

Saison régulière: 169/256 (66%)

Total: 175/264 (66,3%)

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer