Ramassez ce mouchoir!

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les Cowboys de Dallas sont une des organisations de sport professionnel qui ne laissent vraiment pas les amateurs indifférents. On les aime ou on les déteste. Au même titre que le Canadien de Montréal et les Yankees de New York.

Après trois années passées dans l'indifférence à compiler des moyennes de ,500, les Cowboys sont revenus en force cette saison en terminant contre toute attente au premier rang de la division Est de la Conférence nationale. Et ils sont revenus de l'arrière, dimanche, pour éliminer les Lions de Detroit 24-20, signant une première victoire dans les séries en cinq ans.

Mais ce ne sont pas les deux touchés de l'ailier espacé Terrance Williams ou encore le fait que les protégés de Jason Garrett ont effacé un recul de 20-7 à mi-chemin du troisième quart qui font rager les fans des Lions aujourd'hui. 

Furieux, ils cherchent encore à comprendre pourquoi la pénalité d'abord décernée au secondeur Anthony Hitchens, des Cowboys, pour avoir causé de l'obstruction à l'endroit de l'ailier rapproché Brandon Pettigrew, des Lions, a été annulée quelques secondes plus tard sans que la moindre explication ne soit donnée par les officiels. Sur le jeu en question, Hitchens ne s'est jamais retourné pour voir le ballon et il semblait bel et bien coupable d'une infraction qui aurait permis aux Lions de transformer leur troisième essai en premier jeu dans le territoire de Dallas. 

Les visiteurs menaient 20-17 à ce moment critique du match et ils pouvaient espérer ajouter au moins trois points - et peut-être même sept - au tableau indicateur, même si leur attaque ne fonctionnait plus au même ry-thme qu'en première demie. 

Pour ajouter aux malheurs des Lions, les joueurs des Cowboys n'ont pas mordu à l'hameçon quand le quart-arrière Matthew Stafford a ensuite essayé de provoquer un hors-jeu à la ligne de mêlée sur un quatrième essai et une verge à franchir. Encore pire, le botteur Sam Martin a complètement raté son botté de dégagement qui a franchi seulement 10 verges!!! Ouvrant ainsi toute grande la porte à la remontée victorieuse des Cowboys!

Très solide jusque-là, la brigade défensive des Lions a ensuite écopé de quelques pénalités et a permis à Dallas de convertir un quatrième jeu avec six verges à gagner, alors que Tony Romo et Jason Witten ont uni leurs forces sur une distance de 21 verges. 

Romo a eu passablement de temps pour lancer le ballon sur le touché gagnant de Williams, mais ce ne fut pas le cas pour l'ensemble du match, alors que le front défensif des Lions a exercé beaucoup de pression sur le numéro 9 des Cowboys, qui a été victime de six sacs.

Pas la faute de Dalton

De leur côté, les Bengals de Cincinnati n'étaient pas équipés pour aller à la guerre, dimanche, alors qu'ils rendaient visite aux Colts d'Indianapolis, qui l'ont emporté 26-10. Déjà privés du receveur Marvin Jones et de l'ailier rapproché Tyler Eifert, les Bengals ont tenté de sauver les meubles malgré l'absence d'A.J. Green et de Jermaine Gresham. 

Comme les Colts sont parvenus à neutraliser le porteur de ballon Jeremy Hill lors des 45 dernières minutes et que Mohamed Sanu n'a pas été en mesure d'assumer la relève de Green avec autant de brio qu'en saison régulière, Andy Dalton a été abandonné à son sort. Il serait donc injuste de faire porter tout le poids de cet autre échec en séries des Bengals seulement sur les épaules de leur quart-arrière.

Les Ravens dominants

Pas sûr que les partisans des Patriots de la Nouvelle-Angleterre soient très heureux de revoir les Ravens de Baltimore croiser la route de leurs favoris en fin de semaine prochaine. 

Samedi soir, les robustes Terrell Suggs, Haloti Ngata et Elvis Dumervil se sont imposés à la ligne de mêlée et ils ont malmené le quart-arrière des Steelers, Ben Roethlisberger, qui n'était pas au sommet de son art en l'absence du productif demi offensif Le'Veon Bell. 

Finalement, pas grand-chose à dire au sujet du terne duel Cardinals--Panthers. Si ce n'est de souligner l'excellente tenue des secondeurs Luke Kuechly et Thomas Davis ainsi que de l'ailier défensif Charles Johnson. 

Un match ennuyant qui n'avait rien à voir avec les excitantes rencontres de la NCAA présentées le jour de l'An et qui ont pris fin avec des victoires des universités Michigan State (42-41 sur Baylor), Wisconsin (34-31 sur Auburn), Oregon (59-20 sur Florida State) et Ohio State (42-35 sur Alabama).

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer