Les Seahawks ne rient plus

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Sans vouloir miner le moral des amateurs des Cards (10-3), des Lions (9-4), des Cowboys (9-4) et des Eagles (9-4), j'ai de plus en plus l'impression que la finale de la Conférence nationale va opposer le 18 janvier les Seahawks de Seattle (9-4) aux Packers de Green Bay (10-3).

Depuis quelques semaines, je répétais toujours le même discours : le club qui profitera de l'avantage du terrain remportera cette rencontre âprement disputée et représentera la NFC deux semaines plus tard au XLIXe Super Bowl. Mais je suis en train de changer mon fusil d'épaule. Et je m'en excuse auprès des Packers parce que je respecte au plus haut point cette organisation.

D'ailleurs, des nombreux stades de la NFL où j'ai mis les pieds au cours des 25 dernières années, le Lambeau Field est le seul endroit où j'ai vécu tellement d'émotions que je suis venu bien près de changer d'allégeance, tellement les amateurs semblaient avoir du plaisir à encourager les Packers. Je revois de très belles images dans ma tête chaque fois que j'entends à la télé la petite ritournelle accompagnée du cri de ralliement : «Go Pack Go!»

Malheureusement pour les nombreux fans des protégés de Mike McCarthy, les amateurs ont constaté depuis trois semaines que les champions en titre du Super Bowl avaient retrouvé tous leurs moyens depuis un court passage à vide à mi-chemin de la saison et qu'ils n'avaient plus envie de rigoler. Pas du tout.

Inspirés par les leaders de leur brigade défensive, les joueurs des Seahawks ont tous recommencé à jouer avec la même attitude qu'ils affichaient l'an dernier en défiant constamment leurs adversaires de se mesurer à leurs meilleurs éléments.

À ce jeu, les Richard Sherman, Bobby Wagner, Kim Chancellor, Byron Maxwell et Michael Bennett savent très bien qu'ils auront le dernier mot. Comme on a pu clairement le voir contre les Cards et les 49ers, deux rivaux de section limités coup sur coup à trois maigres points en l'espace de cinq jours, à la fin de novembre.

Dimanche, les Seahawks ont entrepris le dernier mois du calendrier régulier en concédant 14 points (deux touchés) aux Eagles de Philadelphie qui ont eu le ballon en leur possession pendant seulement 18 minutes.

Les protégés de Chip Kelly qui prennent souvent plaisir à étourdir leurs adversaires en misant sur une attaque sans caucus et en remettant rapidement le ballon en jeu - au désarroi de certains officiels qui éprouvent des problèmes à suivre le rythme - ont été limité à 45 jeux offensifs, ce qui est nettement inférieur à leur moyenne de 73 par match.

Et n'oubliez pas que les Eagles auraient dû se contenter d'un seul touché si le botteur des Seahawks, Jon Ryan, n'avait pas commis en début de match une gaffe qui a permis à Philadelphie de récupérer le ballon à seulement 14 verges de la zone des buts des visiteurs.

Les protégés de l'énergique Pete Carroll ont rendez-vous le 21 décembre avec les Cards de l'Arizona, qui ont remporté une importante victoire sur Kansas City, dimanche. L'équipe qui remportera ce duel terminera au sommet de la coriace division Ouest de la NFC.

Division minable

Une division qui n'a absolument rien à voir avec la division Sud de la même conférence qui couronnera sans doute à la fin de décembre un club qui ne sera même pas parvenu à conserver une moyenne de ,500 pendant la saison régulière.

Lundi, les Falcons d'Atlanta (5-8) auraient pu s'emparer seuls du premier rang de cette minable section, mais ils n'ont été en mesure de ralentir les Packers qui l'ont emporté 43-30.

Dimanche, Cam Newton et les imprévisibles Panthers de la Caroline (4-8-1) ont signé une première victoire depuis le 5 octobre quand ils ont écrasé les Saints de La Nouvelle-Orléans 41-10.

Même s'il n'a pas joué souvent à la hauteur de son talent cette saison, le quart-arrière des Panthers a célébré un rare touché en imitant Superman, un geste qui a déplu à plusieurs porte-couleurs des Saints qui n'ont pas mis de gants blancs pour lui exprimer leur mécontentement.

Les Saints (5-8) avaient la réputation d'être invincibles à domicile sous la direction de Sean Payton jusqu'à tout récemment. Ça va tellement bien cette saison qu'ils ont maintenant plié l'échine lors de leurs quatre dernières rencontres disputées au Superdome.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer