Division puissante ou chancelante?

Du côté des Bengals de Cincinnati, le quart... (Associated Press)

Agrandir

Du côté des Bengals de Cincinnati, le quart Andy Dalton démontre encore cette année qu'il a de la difficulté à briller dans les matchs importants, comme l'indique sa fiche de 13 passes de touché contre 12 interceptions.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) On a encore eu la semaine dernière un bel exemple de la fragilité de ces équipes alors qu'une seule (Cincinnati) est parvenue à l'emporter - de justesse - contre Tampa Bay (2-10). Pendant que les Ravens de Baltimore laissaient filer une avance de 10 points, à domicile, dans les six dernières minutes du quatrième quart et s'inclinaient 34-33 devant San Diego, Pittsburgh encaissait une troisième défaite en 2014 contre une formation qui ne joue même pas pour ,500 (La Nouvelle-Orléans). Sans oublier le quart Brian Hoyer, qui présentait un gain de 26-10 aux Bills de Buffalo sur un plateau d'argent en lançant deux autres ballons dans les mains de l'adversaire.

Hoyer a été si mauvais que l'entraîneur Mike Pettine l'a retiré au profit de Johnny Manziel au quatrième quart. «Johnny Football» a aussitôt redonné vie à l'attaque des Browns en orchestrant une poussée de 80 verges, qui s'est conclue par un touché du controversé lauréat du trophée Heisman sur une course de 10 verges.

Après 48 heures de réflexion, Pettine a décidé mercredi de continuer de faire confiance à Hoyer, malgré les six interceptions dont il a été victime au cours des trois dernières sorties des Browns. L'entraîneur-chef a toutefois confié que le quart partant était venu bien près de perdre son poste pour la deuxième fois de la saison, mais qu'au final, sa fiche de 10-5 en carrière comme partant dans la NFL a fait pencher la balance en sa faveur.

Les amateurs des Browns croyaient que le retour au jeu de Josh Gordon allait faciliter le travail de Hoyer, mais ce ne fut pas nécessairement le cas, même si l'excellent ailier espacé a capté 15 passes contre Atlanta et Buffalo. Après avoir passé près de trois mois à s'entraîner en solitaire, il doit rapidement retrouver ses repères avec Hoyer. Ce qui n'est pas évident comme les deux coéquipiers l'ont constaté contre les Bills lors d'un jeu qui a mené à une interception coûteuse dans les derniers instants de la première demie, dimanche.

Les hauts et les bas de Dalton

Contrairement aux Browns qui ont pris part aux séries une seule fois depuis leur renaissance à Cleveland en 1999, les Bengals tentent de se qualifier pour les éliminatoires pour une quatrième année d'affilée. Malgré leur moyenne de ,708, ils possèdent un mince différentiel de +13 dans la colonne des points marqués par rapport aux points accordés. Ce qui n'a absolument rien à voir avec les statistiques compilées par les trois autres meneurs de l'AFC comme les Patriots (+ 125), les Colts (+ 99) et les Broncos (+ 85).

Le quart Andy Dalton a démontré de nouveau cette année qu'il n'a pas les nerfs assez solides pour s'illustrer lors des rencontres les plus importantes. Son ratio de 13 passes de touché contre 12 interceptions n'a rien de rassurant pour les fans des Bengals.

Malgré une baisse de régime en attaque - l'ailier espacé A.J. Green a retrouvé sa vitesse de croisière au cours des dernières semaines après avoir raté trois matchs - et une unité défensive décimée par les blessures, les protégés de Marvin Lewis ont gagné trois matchs d'affilée sur la route, une première dans l'histoire de cette organisation, après avoir encaissé une sévère correction de 24-3 aux mains des Browns au début de novembre.

Même si les Steelers et les Ravens alignent les deux meilleurs quarts de cette division en Ben Roethlisberger et Joe Flacco, les deux grands rivaux ont connu eux aussi leur part de problèmes en 2014. Baltimore a encaissé trois défaites contre des rivaux de division, tandis que Big Ben a été capable du meilleur - contre les Colts et les Ravens avec une douzaine de passes payantes lors de deux rencontres d'affilée - comme du pire, alors qu'il a multiplié les relais imprécis contre les Buccaneers, les Jets et les Saints.

Peu importe l'identité de l'équipe qui terminera au sommet de cette division le 28 décembre, elle aura fort à faire dans les séries pour rivaliser avec les champions des trois autres sections de l'AFC (Patriots, Broncos et Colts).Plusieurs amateurs croient dur comme fer que la division Nord de la Conférence américaine est la plus relevée de la NFL parce que les quatre équipes en faisant partie présentent des moyennes supérieures à ,500 après 12 rencontres. Sans vouloir dénigrer les Bengals (8-3-1), les Ravens (7-5), les Steelers (7-5) et les Browns (7-5), je crois plutôt qu'ils ont profité du fait qu'ils affrontent cette saison les huit équipes des deux divisions Sud de la NFL (33-62-1) pour se forger des fiches trompeuses.

***

Le ballon remis aux jeunes

Les jeunes demis offensifs abondent dans la division Nord de la Conférence américaine. À sa deuxième saison dans la NFL, Le'Veon Bell est déjà considéré comme une des pièces les plus importantes de l'attaque des Steelers de Pittsburgh. Le diplômé de l'Université Michigan State occupe le premier rang chez les porteurs de ballon de la Conférence américaine avec des gains de 1046 verges au sol. Il vient également au septième rang de l'AFC avec 67 passes captées, sur un pied d'égalité avec Rob Gronkowski (Patriots) et Andre Johnson (Texans). Insatisfaits du rendement de Ben Tate, congédié à la mi-novembre, les Browns de Cleveland misent sur les recrues Isaiah Crowell (475 verges,7 touchés) et Terrance West (502 verges, 2 touchés), tandis que les Bengals de Cincinnati s'en remettent eux aussi à une recrue, Jeremy Hill, ainsi qu'à Giovani Bernard, qui en est à sa deuxième saison chez les pros.

Forsett a saisi sa chance

On se demandait bien qui allait prendre la relève de Ray Rice dans le champ-arrière des Ravens de Baltimore lorsqu'il a été suspendu indéfiniment par les autorités de la NFL en septembre. Comme le réserviste Bernard Pierce qui secondait Rice depuis 2013 n'a pas été en mesure de s'imposer en début de saison, le coordonnateur offensif Gary Kubiak a remis le ballon entre les mains de Justin Forsett, un éternel réserviste ayant amorcé sept matchs pour quatre équipes différentes de la NFL sur une période de six ans. Congédié le printemps dernier par Jacksonville, il a fait écarquiller bien des yeux en franchissant le cap des 1000 verges au sol contre San Diego, la semaine dernière. Il a maintenu jusque-là une moyenne de 5,5 verges par course, des chiffres nettement supérieurs à ceux compilés par Rice (3,1) l'an dernier.

Dehors, Blount!

Les Steelers n'ont pas hésité à congédier le porteur de ballon LeGarrette Blount, moins de 24 heures après que ce dernier eut retourné au vestiaire avant la fin de la rencontre les opposant aux Titans du Tennessee, le 17 novembre. Il avait agi ainsi afin d'exprimer son mécontentement après avoir été utilisé lors d'un seul jeu contre les Titans pendant que Le'Veon Bell atteignait un sommet personnel(204 verges au sol). Les deux coéquipiers ont été arrêtés et accusés de possession de marijuana en août, alors qu'ils se trouvaient à bord d'un véhicule conduit par Bell. Dès le lendemain de son congédiement, les Patriots de la Nouvelle-Angleterre ont rapatrié le costaud porteur de ballon qui avait défendu leurs couleurs en 2013. Comme quoi les bums ont toujours leur place dans la NFL!

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer