Les Saints en enfer sur la route

Le porteur de ballon DeMarco Murray, des Cowboys... (Associated Press)

Agrandir

Le porteur de ballon DeMarco Murray, des Cowboys de Dallas, s'est amusé à faire mal paraître la défensive des Saints, dimanche dernier, en route vers une victoire de 38-17 contre La Nouvelle-Orléans.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les Saints de La Nouvelle-Orléans, les Falcons d'Atlanta et les Panthers de la Caroline ont tous les trois décroché deux championnats de la division Sud de la Conférence nationale depuis 2008 en remportant 12 ou 13 victoires. Une impressionnante séquence qui risque fort de prendre fin cette saison si on se fie au rendement déficient offert par ces trois équipes au mois de septembre.

Les Saints ont remporté un seul de leurs quatre premiers matchs en 2014, le seul disputé dans le confort de leur domicile. Un gain de 20-9 - qui n'avait rien de bien convaincant - sur les Vikings du Minnesota. 

La même histoire se répète encore une fois pour les protégés de Sean Payton, qui ne sont vraiment pas les mêmes lorsqu'ils évoluent à l'étranger, où ils ont concédé 101 points en trois sorties. On croyait pourtant que la victoire de 26-24 arrachée dans les séries de l'an dernier aux Eagles, à Philadelphie, allait aider les Saints cette saison, mais ce n'est pas le cas.

L'an dernier, l'embauche du controversé coordonnateur Rob Ryan a donné un sérieux coup de pouce à la brigade défensive des Saints, qui a gagné plusieurs places sur le plan collectif. Malheureusement, la présence de l'entraîneur fort en gueule sur les lignes de côtés ne semble plus avoir le même effet cette saison, alors que la défensive des Saints a connu des ratés en fin de match et en prolongation, étant incapable de préserver de minces avances contre Atlanta et Cleveland lors des deux premiers matchs de la saison.

Mais ce n'était rien comparativement à ce qui est survenu, dimanche dernier, à Dallas, alors que le porteur de ballon DeMarco Murray et le quart-arrière Tony Romo ont uni leurs efforts pour aider les Cowboys à malmener les Saints 38-17 après avoir pris les devants 24-0 à la demie et 31-3 après 45 minutes de jeu. 

Pourtant, le résultat avait été tout à l'opposé quand les deux mêmes équipes avaient croisé le fer, l'an dernier, du côté de la Louisiane. Les Saints avaient alors gagné 40 premiers jeux et franchi

625 verges, un record d'équipe, dans un gain à sens unique de 49-17 sur les protégés de Jason Garrett. 

Après avoir lancé sept passes de touché et gagné 838 verges par la voie des airs à ses deux derniers départs contre Dallas, le quart Drew Brees a été limité à des gains aériens de 84 verges en première demie par l'étonnante défense des Cowboys. Les Saints ont été victimes de trois revirements lors de cette défaite, portant leur différentiel à -6 après quatre rencontres. 

Malgré l'ajout du maraudeur Jairus Byrd - il a vu sa saison se terminer en se blessant au genou à l'entraînement, jeudi -, la défense des Saints a provoqué un seul revirement en septembre, ce qui est nettement insuffisant. Des joueurs de la trempe de Cameron Jordan et de Junior Galette n'ont pas été en mesure de mettre suffisamment de pression sur les quarts adverses, qui profitent ainsi de quelques secondes de plus que l'an dernier pour repérer leurs cibles. 

Les fans les plus optimistes se croisent maintenant les doigts pour que les Saints profitent du fait qu'ils disputeront cinq de leurs sept prochaines rencontres dans le bruyant Mercedes-Benz Superdome pour retrouver leurs moyens. Le hic, c'est que quatre des cinq visiteurs viendront de Green Bay, de San Francisco, de Cincinnati et de Baltimore.

Des voyages pour les Falcons

Contrairement aux Saints, les Falcons (2-2) disputeront un seul de leurs six prochains duels à domicile d'ici la mi-novembre, alors qu'ils se rendront notamment à Londres pour se mesurer aux Lions de Detroit, le 26 octobre. 

Cette saison, les protégés de Mike Smith ont encaissé deux défaites en deux sorties loin du Georgia Dome. Si on recule jusqu'au début de la saison dernière, Atlanta revendique un seul gain à ses 10 dernières rencontres présentées à l'étranger.

Contrairement à l'attaque des Saints, dont la vitesse de croisière a sensiblement ralenti cette saison, l'offensive des Falcons a repris son envol en 2014. Le quart Matt Ryan a joué avec brio en septembre

(1263 verges, 10 touchés contre 5 interceptions), malgré toutes les blessures qui ont décimé les rangs de la ligne à l'attaque. 

L'unité défensive des Falcons n'a toutefois pas été souvent à la hauteur - si on fait exception du match contre Tampa Bay - alors que les porteurs de ballon des Saints, des Bengals et des Vikings ont franchi une tonne de verges à leurs dépens.

***

Les Panthers en arrachent

Après avoir amorcé le calendrier avec deux victoires, les Panthers de la Caroline se sont fait malmener tour à tour par Pittsburgh (37-19) et Baltimore (38-10) au cours des deux dernières semaines. Reconnus pour leur jeu robuste, les joueurs de ligne des Panthers n'ont pas fait le poids, autant en attaque qu'en défensive, face à leurs vis-à-vis des Steelers et des Ravens. L'absence de l'ailier défensif Greg Hardy fait mal aux protégés de Ron Rivera. Ennuyé par des blessures à une cheville et aux côtes, le quart Cam Newton n'est pas au sommet de sa forme et il ne peut compter sur une grande contribution de l'attaque au sol en raison des blessures qui ont ralenti jusque-là les efforts de DeAngelo Williams, Jonathan Stewart et Mike Tolbert. Rare point positif: la brillante tenue de la spectaculaire recrue Kelvin Benjamin, qui a déjà capté 21 passes pour des gains de 329 verges et trois touchés.

Encore de l'essence dans le réservoir

Le vétéran Steve Smith a fait mal à ses ex-coéquipiers des Panthers de la Caroline en captant sept passes (139 verges) et en inscrivant deux touchés pour permettre aux Ravens d'écraser les Panthers, dimanche dernier. Reconnu pour son arrogance et son franc-parler, l'ailier espacé qui a défendu les couleurs des Panthers pendant 13 ans n'a pas tenu de propos incendiaires après la rencontre. Il s'est toutefois repris 72 heures plus tard en communiquant avec la station de radio WFNZ-AM (Charlotte) afin de préciser qu'il avait encore sur le coeur les propos tenus par le dg Dave Gettleman quand les Panthers ont décidé de le libérer en mars dernier. Smith a confié que  Gettleman avait dit à son agent que sa présence nuisait à l'esprit d'équipe et qu'il n'était plus l'ombre du joueur qu'il avait déjà été. À Baltimore, le combatif ailier espacé de 35 ans occupe le premier rang pour les passes captées (25), les verges gagnées par les airs (429) et les touchés (3).

Les meilleurs en septembre

L'ailier défensif des Texans de Houston, J.J. Watt, qui a offert une voiture neuve à sa mère comme cadeau d'anniversaire cette semaine, a été le meilleur joueur de la NFL au mois de septembre. Avec deux sacs et deux touchés - il occupe le deuxième rang chez les Texans derrière l'ailier espacé DeAndre Hopkins, auteur de trois majeurs -, Watt a joué un rôle de premier plan dans les succès des Texans (3-1). Le porteur de ballon DeMarco Murray (Dallas) a également retenu l'attention depuis le début de la saison avec des gains de 534 verges au sol, tout comme les quarts-arrières Philip Rivers (San Diego) et Andrew Luck (Indianapolis).

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer