Blanco est passé de la parole aux actes

Le Cubain Lazaro Blanco est excité à l'idée... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Le Cubain Lazaro Blanco est excité à l'idée de lancer son premier match à Québec, dimanche.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Dès son arrivée, il n'a pas tardé à afficher ses intentions : «Je veux être le meilleur lanceur de la Ligue», affirmait Lazaro Blanco. Après trois départs avec les Capitales de Québec, le Cubain de 31 ans est passé de la parole aux actes!

À quelques heures de sa première sortie au Stade Canac, dimanche (13h), Le Soleil a discuté avec le grand droitier de 6'4" avec l'aide de l'interprète Raymond Boisvert, un homme dont les services sont à la fois appréciés et nécessaires.

Blanco n'a pas raté sa rentrée dans la Ligue Can-Am. Il montre une fiche parfaite de 3-0 et une infime moyenne de points mérités de 1,80. L'adversaire n'affiche qu'une moyenne offensive de ,222 contre lui.

«Je suis un peu surpris par mes succès parce que ça faisait quelques semaines que je n'avais pas lancé avant d'arriver au Canada. Mais je me suis préparé en conséquence et ça rapporte», admettait Blanco sur un ton posé, vendredi, devant son casier dans le vestiaire de l'équipe.

On avait choisi ce jour pour lui parler, puisque Boisvert devait se déplacer à Montréal, samedi, pour y accueillir l'équipe nationale cubaine, qui sera privée de son as pendant la prochaine tournée dans la Ligue Can-Am puisque Blanco évolue désormais avec les Capitales.

Il était de la première cuvée, l'été dernier, et n'avait lancé qu'en relève. Depuis, le gérant Patrick Scalabrini l'avait à l'oeil, surtout après sa victoire et ses neuf retraits au bâton contre les Boulders, en juin 2016.

«Ça m'aide un peu d'avoir joué avec la sélection nationale contre la Ligue Can-Am, l'an passé. On y joue d'une façon un peu différente, ici, mais moi, je lance à ma manière, peu importe l'endroit ou le niveau de compétition. Je lance de plusieurs angles, c'est un atout parce que ça peut confondre les frappeurs.»

Calibre plus élevé qu'à Cuba

Blanco a noté que le calibre de la Ligue était plus élevé que celui dans son pays. Par contre, il a vécu des expériences où le niveau de jeu était supérieur que dans le baseball indépendant, comme à la Série des Caraïbes et à la Classique mondiale.

«Je ne suis plus excité que nerveux à l'idée de lancer mon premier match à Québec. Quand je suis au monticule, je donne mon 100 % et je ne vise que la victoire.»

Au fil des ans, il s'est retrouvé plus souvent du côté gagnant que perdant. En 13 saisons en «Serie Nacional», il montre une fiche globale de 79 victoires et 63 défaites. Mais depuis 2012, celle-ci s'établit à 59-31, dont deux campagnes de 14 victoires en 2014 et 2016 avec l'équipe de Granma, sa ville natale, où il s'alignait avec l'ancien voltigeur des Capitales Roel Santos, désormais en sol japonais.

«Roel m'a parlé de l'intérêt des Capitales à mon endroit, ça m'intéressait de me joindre à eux. Il s'agit d'une expérience de plus dans mon parcours qui me permet de découvrir autre chose. J'ai joué un peu partout, à Cuba, au Japon, en Corée, en Chine, le baseball international a beaucoup progressé.»

Il aimerait bien avoir la chance de représenter son pays aux Jeux olympiques, après l'avoir fait aux Jeux Pan-Am (2015) et à la Classique mondiale (2017). «Il s'agit du rêve de tous les athlètes, peu importe le sport. Messi [Argentine] et Neymar [Brésil] y sont allés en soccer, j'aimerais aussi le faire à Tokyo, où le baseball sera de retour en 2020.»

Pour l'instant, son coeur et son bras sont au service des Capitales!

***

Gélinas : «Un ost... de lanceur»

Karl Gélinas s'y connaît en la matière. Depuis 10 ans, il s'impose sur les monticules de la Ligue Can-Am. Que pense-t-il de Lazaro Blanco? «C'est un ost... de lanceur», répond l'entraîneur des lanceurs des Capitales en pimentant son observation d'un juron admiratif bien senti.

Le vétéran de 16 saisons dans le baseball affilié et indépendant ne cache pas son admiration pour le partant cubain. «Dans ma vie, j'ai rarement vu un lanceur viser aussi souvent où il le voulait en période d'échauffement dans l'enclos d'exercice. Sur 60 lancers, il doit en placer tout près de 50, exactement là où il veut», souligne-t-il à propos d'une routine qu'on n'aborde pas souvent, mais qui est essentielle dans la préparation d'un lanceur.

Gélinas n'a pas eu besoin de le conseiller à ses trois premiers départs. Il l'a plutôt regardé lancer avec plaisir. Jusqu'à présent, les entraîneurs des Capitales ont surtout limité son nombre de lancers jusqu'à ce qu'il puisse prolonger ses sorties, comme il le fait à Cuba. «Il a lancé beaucoup de manches en "Serie Nacional", à la Série des Caraïbes et à la Classique mondiale, le plan était de le limiter à cinq manches à ses quatre premiers départs même si son bras est en bonne santé. Ça ne fait pas son affaire, mais il comprend. Lazaro est un compétiteur, il a beaucoup de chien», indique le détenteur du record de victoires par un lanceur chez les Capitales.

Blanco n'est pas le plus puissant. Sa rapide ne dépasse pas la barre des 90 milles à l'heure, variant de 84 à 88 m/h, parfois 89. Sa force réside dans son approche. «Il sait ce qu'il fait. Il travaille vite, il lance des prises, il est efficace. Il peut déstabiliser les frappeurs parce qu'il lance de plusieurs angles, par dessus, de trois quarts, de côté», énumère Gélinas, un droitier reconnu pour sa fluidité et son élégance sur la butte.

***

Ehrlich lui parle en espagnol

La communication entre Lazaro Blanco et ses receveurs se passent bien puisque le tout se déroule en espagnol, une langue maîtrisée par Adam Ehrlich et Maxx Tissenbaum. Jusqu'à présent, le Cubain n'a lancé qu'à Ehrlich, qui en est à sa deuxième saison à Québec. «Je ne suis pas bilingue, mais je me débrouille assez bien avec les termes du baseball pour avoir suivi des cours à l'école et joué dans les mineures depuis cinq ans. De toute manière, Lazaro rend ma tâche plus facile parce qu'il rate rarement la cible. Il lance avec beaucoup d'intelligence et de précision. Il peut aussi décortiquer l'élan des frappeurs assez rapidement, il est vraiment bon», expliquait le numéro 13.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer