Les Capitales font table rase sur les lanceurs

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Résumé grossièrement, voici ce dont auront l'air les Capitales de Québec en 2017 : un alignement des frappeurs fort similaire à celui de l'an dernier et un groupe de lanceurs quasi renouvelé.

«J'ai mis le feu à notre staff de lanceurs et on a recommencé à zéro», a illustré Patrick Scalabrini, mardi, pendant la conférence de presse lançant les activités de la 19e saison des Capitales. Du personnel d'artilleurs de l'an dernier, seul le vétéran québécois Karl Gélinas a survécu au brasier.

Car pendant que le président Michel Laplante et ses partenaires s'attaquaient au chantier du Stade Canac (voir autre texte), Scalabrini avait la lourde tâche de redonner ses lettres de noblesse au monticule des Capitales, montré du doigt pour l'élimination dès la première ronde des séries contre les Boulders de Rockland, l'an dernier.

«Même certains de nos bons lanceurs pendant l'année ont eu de mauvaises séries. C'est ce qui nous a fait comprendre qu'on devait peut-être rebâtir ça complètement, a expliqué Scalabrini. On est très contents de ce qu'on a.»

Parmi ses plus belles prises de l'hiver, il pointe «la comète» dominicaine Frank Batista, spécialiste des fins de match. Il fonde aussi de beaux espoirs sur sa rotation de partants, où Gélinas sera suivi par le Cubain Lazaro Blanco, puis par les Américains Brett Lee, Arik Sikula et Joseph Maher. Scalabrini n'a toutefois pas voulu confirmer l'embauche de Blanco, ébruitée par Le Soleil il y a trois semaines. Une conférence de presse doit avoir lieu vendredi, à La Havane, pour officialiser la venue de quatre joueurs de l'île castriste.

Car du côté de l'attaque et de la défensive, Yurisbel Gracial, Yordan Manduley et Roel Santos devraient de nouveau enfiler l'uniforme bleu-blanc-jaune cet été. Le cas de ce dernier demeure toutefois un peu ambigu, car le Japon le courtise.

Les Capitales ont aussi confirmé mardi les retours de Jordan Lennerton et de Marcus Knecht, qui retrouveront Kalian Sams, Adam Ehrlich et Max Tissenbaum une nouvelle fois au stade du parc Victoria. En fait, seuls deux nouveaux noms sont pour l'instant inscrits sur l'alignement des joueurs de position : le troisième-but Taylor Oldham et le voltigeur James McOwen.

«On a beaucoup de profondeur», a noté Scalabrini, en s'attardant sur la polyvalence de Tissenbaum, un receveur qui peut jouer un peu partout, meilleur frappeur des siens l'an dernier pour la moyenne. Et avec le retour inespéré du puissant Sams, «l'équipe qu'on voulait bâtir autour des lanceurs [sera] pas mal dangereuse offensivement également».

Dans sa quête de sang neuf, Scalabrini a toujours gardé en tête la nouvelle réalité du Stade Canac : la surface synthétique. «Les lanceurs qu'on est allés chercher sont des machines à lancer des prises. Sur le synthétique, on s'attend à ce qu'il y ait moins d'erreurs en défensive, de là l'importance de ne pas donner de buts sur balles gratuits. Et on a essayé d'aller chercher un peu plus de vitesse, autant pour la défensive que sur les buts, parce qu'on peut en tirer profit [sur cette surface]», a expliqué le gérant des Capitales pour la huitième saison.

Saison au cours de laquelle il compte bien renouer avec la victoire. Après avoir goûté au titre de la ligue Can-Am à ses quatre premières campagne dans l'abri, Scalabrini a fait chou blanc au cours des trois dernières années. «Mes joueurs principaux et moi, on veut le championnat absolument. On a trouvé les dernières années très difficiles», a conclu le gérant.

Sprint de travaux et long exil...

En raison des travaux, les Capitales de Québec... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 3.0

Agrandir

En raison des travaux, les Capitales de Québec n'auront pas le luxe d'essayer leur nouveau terrain avant juin, et peut-être plus.

Le Soleil, Patrice Laroche

Le contre-la-montre est commencé. Les travaux d'envergure en cours au Stade Canac doivent se terminer d'ici le 31 mai à minuit, le premier match local des Capitales étant prévu le 1er juin. Pour l'instant, les délais sont respectés. Mais les pluies attendues dans les prochains jours pourraient changer la donne, admet Michel Laplante.

«Jusqu'à maintenant, on est capable de livrer», a souligné mardi le président de la formation de la ligue Can-Am de baseball indépendant. «On annonce de la pluie dans les huit prochains jours... Je ne pense plus qu'il reste d'eau dans les nuages, mais mettons qu'il en reste encore! Ce qui sera important, c'est à partir du 15 mai, où on commence à dérouler le tapis. Je pense qu'il faut quand même de la belle température pour arriver à faire tout ça à temps.»

Si jamais des tâches restent à finaliser le 1er juin, le match d'ouverture pourrait être reporté, a expliqué Laplante. Ironiquement, comme lors d'un délai de pluie.

Le stade du parc Victoria sera doté d'une surface synthétique et d'un dôme permettant son utilisation l'hiver. Il sera possible de scinder le grand terrain en trois petits. Une zone familiale s'ajoutera aussi. Les enfants pourront lancer, frapper et profiter de jeux gonflables.

Le Stade Canac est déjà loué pour une bonne partie de l'été, selon le grand manitou des Capitales. Quelques plages horaires demeurent disponibles. «C'est ce qu'on souhaitait, de le remplir de 8h le matin jusqu'à 11h le soir. Le baseball est plus fort qu'on pensait», s'est surpris Laplante.

Chez l'ennemi

À cause de cet imposant branle-bas de combat, les Capitales tiendront leur camp d'entraînement à Trois-Rivières, à partir de lundi, dans la demeure de leurs «ennemis» les Aigles, le Stade Stéréo Plus. Après 10 jours de préparation et des matchs présaisons disputés à Sherbrooke, Jonquière et Ottawa, ils prendront la route pour amorcer leur saison au New Jersey, avant d'aller à Sussex, Rockland et Trois-Rivières. Treize matchs sur les terrains adverses avant d'enfin profiter de leur vieux stade tout neuf...

«C'est sûr que ce n'est pas l'idéal, on fait avec. [...] Ça va être une belle surprise d'arriver après une dizaine de matchs et d'essayer notre terrain en même temps que les équipes adverses», a commenté le gérant Patrick Scalabrini, qui espère voir le long voyage cimenter l'esprit d'équipe.

Les Capitales en auront besoin, car le mois de juin s'annonce ardu, même si la majorité des rencontres auront lieu à Québec. L'équipe nationale cubaine sera de passage du 12 au 15, tandis qu'une formation de la République dominicaine fera la tournée de la ligue Can-Am pour la première fois, avec un arrêt dans la capitale du 22 au 25. Deux adversaires redoutables.

Et les Cubains auraient bien mal digéré leur fiche de 1-3 face aux Capitales en 2016. «Ils ont peut-être pris ça un peu à la légère», a reconnu Scalabrini. Dans les forums de discussions sur le Web, «il y a eu beaucoup de commentaires négatifs sur leur performance ici l'an dernier. Ce sont des joueurs fiers», a indiqué le gérant, comme pour prévenir d'une opposition supérieure cet été.

L'amoureuse de Bob Bissonnette en renfort

«Ça ne sera pas pareil, ça ne sera plus jamais pareil», mais Marie-Pierre Simard promet de mettre le party sur la terrasse du Stade Canac les mardis après-midi. Comme le faisait son amoureux Bob Bissonnette avant elle!

Afin d'assurer une forme de continuité dans ces festifs 5 à 7 d'avant-match, la direction des Capitales s'est tournée vers la conjointe du chanteur décédé dans un accident d'hélicoptère au Nouveau-Brunswick, le 4 septembre. La Beauceronne sera dans son élément : elle est propriétaire de La Broche à foin, une salle de spectacle située à Scott.

Elle a accueilli la demande des Capitales avec bonheur. «Ça m'a fait très chaud au coeur, a réagi Marie-Pierre Simard. Sur le coup, je me suis dit : "il ne faut pas que je m'implique là-dedans juste à cause du petit velours que ça me fait". Mais non, ça me tente vraiment. Je gagne ma vie avec ça, produire des shows!»

La dynamique femme d'affaires présentera au stade les spectacles qui font la spécialité de son commerce, situé dans un ancien poulailler. Au menu, donc : musique country et duels de piano, entre autres. «Je suis absolument certaine que je vais être capable de faire triper les gens. Différemment de quand Bob jouait - c'est sûr que ça va être différent, on ne pourra pas retrouver ça -, mais je suis certaine qu'il y a quelque chose d'autre à faire.»

La première soirée sera émotive. Pour elle, comme pour les nombreux amis de Bissonnette chez les Capitales. «Il faut juste le tourner d'une belle façon. Essayer de le rendre fier», a conclu Marie-Pierre Simard, qui a hérité des parts de l'équipe détenus par son conjoint parti trop tôt, à 35 ans.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer