Le nouveau chapeau de Karl Gélinas

Malgré ses nouvelles fonctions d'entraîneur des lanceurs, Karl... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Malgré ses nouvelles fonctions d'entraîneur des lanceurs, Karl Gélinas conservera son rôle de partant dans la rotation.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le jeu de la chaise musicale s'est arrêté devant le casier de Karl Gélinas. Le vétéran droitier a accepté le poste d'entraîneur des lanceurs avec les Capitales de Québec qui était disponible depuis la nomination de T.J. Stanton à la barre des Aigles de Trois-Rivières.

Gélinas n'accrochera pas ses souliers à crampons pour autant puisqu'il conserve son rôle de partant dans la rotation de l'équipe de la Ligue Cam-Am de baseball indépendant. «Je serais fou de me priver de notre as», a illustré le gérant Patrick Scalabrini.

Fort d'une expérience de 14 saisons dans le baseball professionnel, dont les 10 dernières avec les Capitales, Gélinas était un candidat de choix. Élu lanceur par excellence de la Ligue en 2015, il présente une fiche globale de 65-34 avec la formation québécoise, dont 6-1 cette année, et détient les records d'équipe pour le nombre de victoires (65) et de retraits au bâton (678).

«Karl était notre seul et unique candidat. Je voulais qu'il vive cette expérience, je lui en avais déjà parlé par le passé. Il était celui que je voulais dans ce poste, que ce soit à court ou long terme. Il est qualifié à 100 % pour remplir cette fonction, c'était le successeur logique à T.J. et il nous rendra tous meilleur», a expliqué Scalabrini à propos de son nouveau collègue de travail.

Gélinas a accepté l'offre de Scalabrini à son arrivée au Stade municipal, mardi en fin d'après-midi. Il devait d'abord régler sa gestion du temps au Gym Le Chalet, où il est associé avec Gabriel Hardy, aussi préparateur physique avec les Remparts (LHJMQ). Gélinas y opère la partie Crossfit Tonic de l'entreprise.

«Il y avait du jonglage à faire avec les horaires, mais j'ai finalisé le tout. Il s'agissait d'une occasion que je ne pouvais pas refuser, je devais juste régler des choses avec mon emploi. Patrick, Michel [Laplante] et moi, on est sur la même longueur d'onde. Je suis honoré et flatté d'avoir été considéré, il s'agit d'un défi qui m'excite au plus haut point», a confiét le lanceur de 32 ans avant le match contre Ottawa, quelques minutes à peine après avoir dit oui.

De l'autre côté

Il avait le goût de voir le jeu de l'autre côté, celui des décideurs. Il a déjà vécu l'expérience à quelques reprises avec l'équipe nationale de la France. En 2014, les Phillies de Philadelphie lui avaient offert un poste d'entraîneur après l'avoir libéré au camp d'entraînement.

«J'adore discuter avec les lanceurs, j'ai hâte de travailler avec eux. Je le faisais déjà un peu même si T.J. était là, certains me demandaient des conseils, mon opinion. Maintenant, je vais être là à temps plein pour eux et l'équipe. Je ne n'attendais pas à cela, mais quand j'ai vu Maxime [Poulin] démissionner, je me doutais bien que T.J. serait considéré.»

La filière des Capitales produit donc un autre entraîneur dans la Ligue Can-Am. Elle comprend déjà Scalabrini, Stanton, Matthew Rusch (Aigles), Sébastien Boucher (Champions) et Mike Provencher (Capitales).

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer