Shikoku 3 / Capitales 11: les Japonais au tapis

Pendant que Roel Santos s'amène au marbre pour... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Pendant que Roel Santos s'amène au marbre pour frapper, Marcus Knecht et Scott David viennent de marquer sur le premier circuit de la saison de David, en troisième manche. C'était la deuxième de cinq longues balles dans le match pour les Capitales.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après avoir été muselés la veille par leurs invités japonais, les Capitales ont fait tonner leurs bâtons dans une victoire de 11-3 aux dépens des étoiles de l'île Shikoku, mercredi. Cinq circuits dans un même match égalent un record d'équipe.

«On espérait pouvoir sauter dessus en partant. Et c'est pas mal ça qui s'est passé», a résumé le gérant Patrick Scalabrini, à propos de l'artilleur partant adverse. Âgé d'à peine 20 ans, Hiraoki Shinohe n'avait jamais oeuvré à ce niveau. Il l'a vite réalisé en accordant cinq points sur les quatre premiers retraits seulement. Les héros du Stade municipal et leurs 2922 partisans venaient de décoller.

«On savait que notre lanceur n'était pas le plus fiable et qu'un tel résultat était possible. On voulait lui donner de l'expérience», a expliqué le gérant Terushi Nakashima, par le biais de l'interprète Hirotoshi Takeda, un Texan prof d'administration à l'Université Laval embauché par les Capitales pour l'occasion.

L'attaque tonne

«Notre receveur aussi était très jeune, 18 ans, et c'était la première fois qu'il essayait de frapper une balle courbe. Mais on veut exposer nos jeunes joueurs à ce genre de nouvelles situations. Ç'a mal commencé et on a ensuite été incapables de les arrêter. Ç'a fait boule de neige», a regretté Nakashima, espérant faire mieux, jeudi, pour limiter la puissance offensive des Capitales.

Car mercredi, des 13 coups sûrs des vainqueurs, 8 ont été claqués pour plus d'un coussin. Les circuits appartiennent à Kalian Sams, deux, dont un monstrueux dans la gauche, Scott David, Jordan Lennerton et Jonathan Malo. Sams a produit trois points, les trois autres, deux chacun. Selon des recherches rapides, le dernier match de cinq circuits des Capitales remonterait à quatre ans.

Lennerton a ajouté deux doubles et un simple. Après un zéro en trois la veille, dont deux retraits sur des prises. «Et j'ai été retiré sur élan encore ce soir à ma première présence. Mais j'ai travaillé certaines choses dans la cage des frappeurs avec Mike Provencher [l'instructeur des frappeurs], cet après-midi, et je crois que ç'a bien fonctionné!» a affirmé le quatrième frappeur dans l'alignement des Capitales.

Défi accompli!

«Après le match amorphe de mardi, on avait lancé un défi aux boys de gagner la série [de trois rencontres]. Disons qu'ils ont bien répondu! Pour plusieurs gars, ç'a fait du bien», a reconnu Scalabrini. Malo, par exemple, frappe pour un maigre ,213.

Lanceur partant pour Québec, Mac Acker a excellé avec seulement un point alloué sur sept coups sûrs en six manches pour sa cinquième victoire de la saison, sa quatrième de suite.

La tâche de conclure la série japonaise revient à Karl Gélinas, «qui a lui aussi des choses à prouver, selon son patron Scalabrini. Les ingrédients sont là pour amorcer une bonne séquence» de la part de son vétéran artilleur droitier.

Zak Colby... (Le Soleil, Pascal Ratthé) - image 2.0

Agrandir

Zak Colby

Le Soleil, Pascal Ratthé

À la japonaise

«On est ici depuis 13h. Et s'ils nous laissaient entrer à 9h, on serait au stade depuis 9h! Au Japon, quand un coach veut que tu corriges quelque chose dans ton jeu, il te prend à part et tu travailles jusqu'à ce que tu sois à bout. Plusieurs joueurs d'Amérique du Nord n'en pourraient plus et décideraient d'abandonner. Mais dans la culture japonaise, c'est accepté et même encouragé. Les joueurs apprécient et ça les rend meilleurs.»

Zak Colby venait de conclure la deuxième séance quotidienne d'entraînement que s'impose l'équipe du Japon avant d'affronter les Capitales, près de trois heures de répétitions au total. Entre les deux, les locataires du Stade municipal de Québec s'étaient contentés de leurs habituelles 45 minutes d'échauffement au bâton.

Colby est l'un des deux joueurs étrangers au sein de cette sélection du circuit indépendant de l'île Shikoku venue affronter la Ligue Can-Am. À 27 ans, le résident de Fresno, en Californie, où il s'entraîne l'hiver avec le joueur d'utilité des Capitales, Scott David, est le plus âgé des 15 joueurs de position de la délégation japonaise.

Mercredi, le gérant Terushi Nakashima avait mandaté un lanceur partant de tout juste 20 ans et un receveur de 18 ans. «Pour la plupart d'entre eux, d'être ici, c'est l'occasion d'une vie. Ils en profitent au maximum! Et ils le font dans le style japonais : tu travailles fort et après, tu fêtes fort. Et le lendemain, tu retournes travailler!» s'exclame-t-il, avouant que ses coéquipiers et lui n'ont pas manqué de découvrir les charmes de Québec depuis leur arrivée.

Né aux États-Unis d'une mère japonaise et d'un père américain, Colby vient de disputer sa troisième campagne sur les losanges japonais. Couronné champion avec les Mandarin Pirates d'Ehime, il vient de signer comme joueur autonome avec les Fighting Dogs de Kochi. Il espère finir sa carrière au Japon, qui «m'a donné des chances que je n'ai jamais eues ici». Il s'y sent en famille et le salaire est trois fois celui du baseball indépendant nord-américain.

Derrick Pyles échangé à Ottawa

En raison du retour de Maxx Tissenbaum dans l'alignement, jeudi, les Capitales se départissent de Derrick Pyles. Le voltigeur de 33 ans a été échangé aux Champions d'Ottawa en retour d'un joueur dont l'identité sera révélée au terme de la saison. En 20 matchs, Pyles a frappé pour ,375 et produit neuf points... Le dernier match de la série japonaise au Stade municipal mettra aux prises deux vétérans du monticule, Karl Gélinas (1-1, 3,64) et Hideaki Matsumoto (1-1, 8,40). Gélinas effectuera sa deuxième sortie depuis son retour de blessure et devra faire mieux que samedi dernier... À Trois-Rivières, le stade Fernand-Bédard devient le stade Stereo+. Les Aigles de la Ligue Can-Am ont vendu la dénomination de leur domicile pour les trois prochaines années et demie pour 405 000 $, dont 235 000 $ en argent sonnant. Administrateur de l'endroit durant 30 ans, Bédard avait donné son aval au projet il y a deux ans déjà... L'équipe nationale de Cuba (5-7) a collé deux victoires pour la première fois de sa tournée contre la Ligue Can-Am, grâce à un gain de 4-2 mercredi, à Sussex.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer