Cuba 1/Capitales 7: «Positif à tous les niveaux»

Les Capitales ont servi une leçon de baseball... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Les Capitales ont servi une leçon de baseball à la fameuse sélection cubaine dans le dernier match, dominant le jeu de A à Z, autant au bâton, sur le monticule qu'en défensive.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Si la série cubaine a été un succès aux guichets avec la présence de 15 682 spectateurs pour les quatre matchs, elle l'a été aussi sur le terrain pour les Capitales de Québec. En l'emportant 7-1 contre l'équipe nationale de Cuba, dimanche après-midi devant 2834 partisans au Stade municipal, la formation de la Ligue Can-Am de baseball indépendant bouclait la semaine avec une récolte de trois victoires contre une défaite face aux illustres visiteurs.

L'équipe québécoise a servi une leçon de baseball à la fameuse sélection cubaine dans le dernier match, dominant le jeu de A à Z, autant au bâton, sur le monticule qu'en défensive.

«Je suis très fier des gars, j'ai distribué des petites étoiles dans le cahier de plusieurs joueurs. On se répète, mais c'était quand même l'équipe nationale de Cuba. Il y a encore des mauvaises langues qui dénigrent notre ligue, alors de les battre trois fois sur quatre, c'est malade au niveau de la crédibilité», a noté le gérant des Capitales, Patrick Scalabrini.

Mené par le gaucher Mac Acker (3-1), qui n'a donné qu'un point sur quatre maigres simples en sept manches, le club local a explosé avec des poussées de quatre et trois points en troisième et quatrième manches. Les Capitales ont assemblé 10 coups sûrs, dont deux chacun par Kalian Sams (un point produit), Yurisbel Gracial (2 pp), Adam Ehrlich (1 pp) et la recrue Lachlan Fontaine.

«Ç'a été un peu difficile d'affronter mes compatriotes, mais j'étais content de les revoir. Ça faisait un bout de temps que je n'avais pas été avec eux. En même temps, je voulais bien représenter les Capitales, la ville de Québec et la province», a indiqué Gracial, qui s'est bien racheté d'une erreur coûteuse commise dans la défaite de la veille.

Naviguer en eau calme

Avec une avance de 7-1 après quatre manches, les Capitales ont navigué en eau calme jusqu'à la conclusion du dernier retrait. En utilisant ses deux meilleurs releveurs, Shaun Ellis et Jon Fitzsimmons dans les deux dernières manches, Scalabrini s'est assuré qu'on n'ouvre pas la porte à une remontée des visiteurs.

«Ç'a été positif à tous les niveaux, sur le terrain, sur le plan administratif, etc. Les amateurs sont satisfaits, mais sûrement pas autant que le gérant, qui l'est pas mal... J'aurais accepté qu'on gagne deux matchs, alors d'en remporter trois, c'est plus qu'espéré, surtout qu'il y avait plusieurs yeux posés sur nous à cause de la télévision et des dépisteurs. Cette série devrait aider des gars à se faire connaître.»

Du côté cubain, il n'y a que le gérant Roger Machado qui a donné un spectacle, effectuant quatre changements de lanceurs... et d'un voltigeur!

«Il faisait froid, mais ils n'ont pas sorti d'excuse. On peut comprendre qu'ils aient commencé leur tournée lentement et je suis persuadé qu'ils vont mieux performer pour la suite», a assuré Scalabrini.

«Ces quatre matchs étaient leurs premiers pas dans la Ligue Can-Am, ils vont aller de l'avant et se replacer. Je ne suis pas surpris par nos trois victoires, il s'agissait de deux bonnes formations», a précisé Gracial, qui s'est limité à répondre qu'il défendait les couleurs des Capitales lorsqu'on lui a demandé de quel côté il préférait se retrouver après la troisième victoire québécoise pendant que ses compatriotes... effectuaient quelques exercices!

Plein de raisons, pas d'excuses

Les membres de la délégation cubaine ont eu... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 3.0

Agrandir

Les membres de la délégation cubaine ont eu froid pendant tout leur séjour en nos murs. 

Le Soleil, Erick Labbé

Le froid, la rouille et les bons lanceurs des Capitales. Voilà les raisons de leurs trois défaites en quatre matchs à Québec, selon les joueurs de l'équipe nationale de Cuba.

«Nous ne sommes pas habitués de jouer par temps aussi froid. Ç'a peut-être été un facteur, mais ce n'est certainement pas une excuse», a fait valoir l'arrêt-court Yorbis Borroto, dimanche après-midi, après avoir vu sa troupe conclure la série contre les Capitales par un revers de 7-1. «On est en train de s'adapter et la suite de notre tournée va mieux se dérouler.»

Vrai que les Cubains ont offert leur meilleure prestation au Stade municipal, samedi, la journée la plus clémente de la fin de semaine. Notons que personne chez les prestigieux visiteurs n'avait disputé de véritable rencontre depuis près d'un mois, soit la finale de la Serie Nacional, et plusieurs plus longtemps. Ç'a paru.

«On compte offrir un meilleur spectacle et donner du jeu plus solide», a poursuivi le receveur Yosvani Alarcon, que l'on a davantage vu dans le rôle de frappeur de choix jusqu'ici. Pour la première fois en quatre jours, dimanche, Alarcon a été blanchi au bâton en quatre présences.

Les Cubains n'ont expédié la balle en lieu sûr qu'à quatre reprises, rien pour plus d'un but, dans ce quatrième et dernier affrontement contre les Capitales. Ils avaient frappé 9, 10 et 12 coups sûrs au cours des trois autres duels.

Erreurs coûteuses

«On a très mal joué en défensive. Nos trois erreurs ont coûté des points. Et à l'attaque, personne n'a frappé!» a résumé le gérant Roger Machado qui, en pleine troisième manche, ne s'est pas gêné pour retirer du jeu son voltigeur de droite Lazaro Ramirez pour ce qui ressemblait à un manque d'effort. Et Machado ne le lui a pas envoyé dire!

«On pensait égaler la série à deux victoires de chaque bord», après les deux revers enregistrés vendredi soir. «Mais encore aujourd'hui, on a mal frappé, mal lancé et mal joué en défensive. Ce n'est pas représentatif du jeu de l'équipe nationale. Les gars sont bien préparés, je suis sûr que ça va s'améliorer pour la suite du voyage», a conclu Machado.

Borroto souligne comment les artilleurs des Capitales allient vitesse et contrôle dans leurs tirs, contrairement aux lanceurs auxquels ils font face au pays. «On a des gars qui lancent aussi fort, mais ils n'ont pas autant de contrôle», a indiqué le capitaine de la sélection cubaine et des champions de la Serie Nacional, les Tigres de Ciego de Avila.

Jusqu'ici, les meilleurs frappeurs pour Cuba ont été Ramirez et Julio Pablo Martinez avec chacun cinq coups sûrs, Martinez produisant trois points et Ramirez, deux.

L'équipe nationale cubaine quitte Québec lundi midi pour Trois-Rivières, où elle affrontera les Aigles de mardi à jeudi. Ottawa, Sussex, Rockland et New Jersey sont ensuite à l'itinéraire.

«Bilan fantastique» - Laplante

«J'aurais juste aimé leur montrer qu'il pouvait faire chaud en juin, chez nous», a dit avec une voix enrouée le président Michel Laplante au terme de la série cubaine. Avec trois victoires des Capitales et un total de 15 682 spectateurs pour les quatre matchs, il était fort satisfait de ce qu'il qualifie de la «série où l'on a attiré le plus de monde dans les 18 ans d'histoire de l'équipe».

«Le bilan est fantastique. Ç'a été une semaine extraordinaire! Je suis tellement content de l'accueil des gens de Québec. J'avais des inquiétudes, au début, car je voulais que l'on reçoive la visite comme il faut. Tout s'est bien déroulé, autant sur le terrain qu'à l'extérieur. Ce qui me réjouit, aussi, c'est que l'équipe nationale cubaine était en ville, mais on a montré que nous avions de très bons joueurs de baseball de notre côté», a noté Laplante, qui assistera à quelques matchs de la série cubaine à Trois-Rivières, à compter de mardi, et à Ottawa, la fin de semaine prochaine.  

Tissenbaum va déjà mieux

Maxx Tissenbaum croit être de retour avant la... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 6.0

Agrandir

Maxx Tissenbaum croit être de retour avant la fin du mois de juin.

Le Soleil, Erick Labbé

Blessé à l'épaule gauche, samedi, l'avant-champ Maxx Tissenbaum s'est pointé dans le vestiaire des Capitales, dimanche, en mesure d'effectuer des mouvements rotatifs. Optimiste, il parlait d'une absence en nombre de jours et non pas de semaines. «Je pense être de retour avant la fin du mois [de juin]. Quand c'est arrivé, j'étais inquiet parce que je n'avais jamais eu besoin de personne pour la remettre en place. Ça me semble beaucoup moins pire que ça pouvait en avoir l'air sur le coup. Je sais que ma saison n'est pas terminée. Mes parents m'ont questionné à se sujet, et j'ai dit à ma mère que je n'avais pas l'habitude de me plaindre quand j'étais jeune et que j'avais encore un bon seuil de tolérance», a indiqué celui qui apprécie sa présence dans une équipe où il connaissait déjà plusieurs joueurs depuis l'enfance, comme Marcus Knecht, Jasvir Rakkar, Steven Inch, Jon Fitzsimmons et compagnie. «Ça fait changement de mes saisons dans le baseball affilié où le seul nom que je connaissais était le mien sur mon chandail...»  

Sur le losange

Le nom de Deryk Hooker a été inséré à l'alignement, dimanche, tandis que celui de Maxx Tissenbaum s'est retrouvé sur la liste des blessés... Activé, samedi, le lanceur Guillaume Leduc profite d'un sursis avec l'équipe... Les Capitales sont en congé, lundi, avant de prendre la route pour Ottawa, mardi, où ils disputeront une série de trois matchs contre les Champions... Marcus Knecht a effectué un retour au jeu, dimanche, après deux matchs de repos... Le receveur Adam Ehrlich peut revendiquer le titre de joueur de la série pour les Capitales avec 7 coups sûrs en 12 présences au bâton, dont deux autres, dimanche... Jasvir Rakkar sera le partant des Capitales à la reprise des activités, mardi, à Ottawa.  Avec Olivier Bossé

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer