Victoria! Doublé québécois contre les Cubains

Les Capitales n'ont fait qu'une bouchée des visiteurs... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Les Capitales n'ont fait qu'une bouchée des visiteurs en soirée.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Hola Cuba! Les Capitales de Québec ont défendu leur honneur contre l'équipe nationale cubaine avec brio, vendredi soir, en remportant des victoires de 3-2 et 7-4 dans les deux premiers matchs de cette série historique disputée à guichets fermés (4558), une première au Stade municipal depuis la rentrée d'Éric Gagné en 2009.

Ce rendez-vous international de baseball n'est pas passé inaperçu, car des milliers d'amateurs de baseball à travers le monde ont pu suivre le tout au petit écran puisque les deux matchs étaient télédiffusés au Canada, à Cuba, mais aussi au Brésil, au Venezuela, au Panama, en Uruguay, en Colombie et à Porto Rico.

«Le stade est de toute beauté avec autant de monde. Il y a un esprit latin, c'est magnifique. Je me sens réconforté, non pas par la craindre qu'il n'y aurait pas autant de spectateurs, mais surtout parce que les Cubains sont contents d'être ici. Ils sont venus me remercier cinq fois plutôt qu'une, ça fait chaud au coeur», témoignait le président Michel Laplante.

Le premier match avait repris là où il avait laissé, la veille, à cause de la pluie. La grande différence, c'est que l'ami «El Sol» était de la partie...

Les Capitales avaient créé l'égalité à 2-2 en sixième à la faveur d'un double du nouveau venu Yeicok Calderon. Et en septième, Maxx Tissenbaum a produit le point vainqueur à l'aide d'un ballon sacrifice. Le releveur Jordan Mills (2-0) a été crédité de la victoire et Jon Fitzsimmons a signé son troisième sauvetage, la défaite allant à Yayfredo Dominguez.

«C'était important pour nous d'amorcer la série du bon pied. L'équipe nationale cubaine, ce n'est pas rien, il s'agit d'une fierté de les battre, ça ajoute à notre crédibilité. On tenait à diviser le double, mais là, on veut en voler une troisième pour remporter la série», disait le gérant Patrick Scalabrini, sous les feux d'artifice.

Triple de Fontaine

Scalabrini n'en espérait pas autant dans la deuxième partie, ayant joué presque toutes ses cartes dans le match d'ouverture et que le meilleur lanceur cubain était sur la butte, soit Freddy Alvarez qui a encaissé le revers.

«On est conscient qu'ils n'ont pas joué depuis longtemps et qu'ils vont nous attendre, mais ça envoie un solide message à bien du monde», ajoutait le gérant.

Le troisième-but Lachlan Fontaine leur portant un dur coup dès la deuxième manche en produisant trois points à l'aide d'un triple. Le partant Nate Roe (3-0) a été solide pendant 5,2 manches. La défensive cubaine a montré son savoir-faire en tournant deux double-jeux avant de réduire l'écart à 5-4 en sixième, mais Ryan Leach a réussi à s'en sortir. À leur dernier tour au bâton les Capitales ont ajouté deux points d'assurance sur un mauvais lancer et une erreur.

NOTES : Adam Ehrlich a connu toute une soirée avec cinq coups sûrs... Le voltigeur Kalian Sams a repris sa place dans l'alignement après une semaine sur la liste des blessés... Pour le troisième match de la série, samedi (18h), le gaucher Sheldon McDonald (0-1) affrontera le droitier Vladimir Garcia...

Occasion ratée pour Gélinas

Le lanceur Karl Gélinas avait le sourire facile, vendredi, même s'il regrettait de ne pas être en mesure d'affronter l'équipe cubaine. Le droitier prend du mieux, et après avoir effectué plusieurs tirs sans douleur en après-midi, il envisage un retour sur le monticule, la fin de semaine prochaine. Il ratait cependant une belle chance de jouer contre une sélection mythique, lui qui n'a jamais eu la possibilité de le faire, auparavant.

«Ce n'est pas une occasion que j'aurai bien souvent que d'affronter les Cubains. C'est dommage, mais le corps ne me permet de le faire. J'aurais aimé vivre cette expérience internationale, surtout que j'ai toujours été boudé par l'équipe canadienne. Ça m'aurait permis de lancer une petite pointe à Greg Hamilton [Baseball Canada], je trouve ça dommage de rater cela, mais je ne voulais pas sacrifier le reste de la saison pour mon plaisir personnel», confiait-il, étendu sur la table du chiropractien.

«Loin de ce qu'on fait à l'habitude»

Après les feux d'artifice dans le stade, silence dans le vestiaire des Cubains, au terme de la soirée. Deux matchs en sol nord-américain, deux défaites. «Notre performance de ce soir n'était pas du tout cohérente avec la façon dont on a coutume de jouer. C'est loin de ce qu'on fait d'habitude», a commenté le gérant Roger Machado, de son ton posé.

«On a très mal joué», a enchaîné l'instructeur-chef de la sélection nationale. «On a mal frappé, on a mal lancé et on a mal couru sur les sentiers. Une équipe qui joue mal ne peut pas espérer gagner. En plus, les Capitales ont bien joué et ont profité de nos erreurs.»

Sa troupe a obtenu 19 coups sûrs au total des deux matchs, même chose que ses rivaux. Mais le moment n'était pas souvent bien choisi. «Il n'y a rien qui fonctionnait. On était comme bloqués», a pour sa part commenté Julio Pablo Martinez, voltigeur de centre de 20 ans, premier frappeur du rôle et auteur de deux coups sûrs et deux points produits au total des 16 manches.

«On n'a aucune excuse», a tranché Machado, avant d'admettre que ses jeunes joueurs avaient peut-être eu «de la misère à supporter la pression» de ces affrontements historiques télévisés, pendant que ses vétérans «n'ont pas été à la hauteur».

«Il faut faire mieux au prochain match, demain [samedi], et s'aligner pour gagner», a résumé Martinez, coiffé d'une tuque Go Hockey. Le magasin d'équipement de hockey logé sur le boulevard Pierre-Bertrand commanditait la soirée thématique hockey des Capitales, la semaine passée. Frigorifiés depuis jeudi, les Cubains ont hérité des surplus.

Petit mot sur l'arbitrage avant de terminer. Les Cubains ont semblé souvent en désaccord avec l'appel de balles et de prises de l'officiel au marbre, Tim McCaffrey. «C'est possible qu'il ait fait des erreurs, mais nous aussi dans notre façon de placer le gant [du receveur]. Je vis bien avec l'arbitrage», a assuré le gérant Machado, qui a besoin de plus pour s'en faire. Olivier Bossé

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer