Les Capitales gagnent... mais perdent Gretzky

Trevor Gretzky a quitté la rencontre en fin... (Le Nouvelliste, Andréanne Lemire)

Agrandir

Trevor Gretzky a quitté la rencontre en fin de cinquième manche samedi après avoir subi une séparation de l'épaule gauche. Le numéro 92 devrait être absent au minimum quatre semaines.

Le Nouvelliste, Andréanne Lemire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après avoir joué les héros vendredi, Trevor Gretzky a subi une séparation de l'épaule gauche, samedi, quand les Capitales ont soutiré un gain de 8-3 aux Aigles, à Trois-Rivières. Un match au cours duquel l'«effet cubain» s'est déjà fait sentir.

L'absence de Gretzky pourrait être longue. Le gérant Patrick Scalabrini parlait d'une absence de quatre à six semaines... en cas de bonne nouvelle. S'il y a cassure ou déchirure, le pronostic empirera.

En fin de cinquième manche, Gretzky a tout tenté pour capter la puissance flèche de Daniel Mateo. Il n'avait visiblement aucune chance de se rendre à cette balle frappée au champ gauche, mais il a malgré tout plongé. Pendant qu'il restait étendu au sol, Mateo faisait le tour des buts pour aller rejoindre au marbre les deux coureurs qu'il venait d'y pousser. C'était alors 3-1 pour les Aigles.

Le principal intéressé n'a pas voulu spéculer sur ce qui l'attend pendant son absence. «Une étape à la fois. Je ne sais même pas ce que j'ai», a dit Gretzky, qui cachait mal sa déception. «Je suis content de la victoire», a-t-il ajouté, en bon joueur d'équipe.

Le fils du légendaire hockeyeur Wayne Gretzky - qui ne s'est pas montré samedi à Trois-Rivières - connaissait un bon début de saison. L'Américain avait frappé quatre coups sûrs en 11 présences avant sa blessure. «C'est un kid très apprécié dans la chambre, a dit Scalabrini. C'est sûr que ça nous ferait plaisir de le garder dans l'entourage.»

Les Capitales ne se sont pas laissés abattre par la perte de leur voltigeur. Le Cubain Yordan Manduley, inséré dans la formation en vertu de la blessure à Gretzky, est devenu la bougie d'allumage de l'équipe. En huitième, il a cogné un double avant d'être imité par Lachlan Fontaine. Celui-ci a ensuite profité d'un mauvais relais au premier-but sur une frappée balle à l'avant-champ par Cédric Vallières pour créer l'égalité. Puis, une autre erreur sur une balle à double-jeu à moitié ratée a permis à Vallières de marquer. 

Tout semblait fonctionner pour les Capitales dans cette manche. Marcus Knecht a même réussi un simple avec un faible roulant le long de la ligne du troisième-but. Jordan Lennerton a suivi avec un double de deux points.

Encore une fois propulsés par un coup sûr de Manduley, les Capitales ont ajouté deux points en début de neuvième. Après le match, le sourire est venu facilement au visage de Scalabrini lorsqu'il a été question du Cubain. «C'est facile, hein. Sortir de l'avion, un match de trois en trois... Comme si de rien n'était.»

Moment cocasse

Le moment le plus cocasse de la rencontre est survenu en début de cinquième quand Adam Ehrlich s'est retrouvé ventre au sol en contournant le premier but. Ce qui aurait dû être un double s'est transformé en simple pour le receveur des Capitales, qui se fera sûrement taquiner par ses coéquipiers.

Mais cette petite gaffe n'a rien coûté. Deux frappeurs plus tard, Marcus Knecht frappait un solide double sur la clôture du champ gauche et Ehrlich venait marquer le premier point du match.

Sheldon McDonald a offert une belle première sortie aux siens. En six manches, il a accordé trois points - aucun mérité - sur six coups sûrs. En relève, Nathaniel Roe (1-0) et Jordan Mills (victoire sauvegardée) ont aussi été solides. Les Capitales ont frappé 15 coups sûrs.

Acker a déjà son plan B: coach dans la NCAA

Le partant Mac Acker... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet) - image 3.0

Agrandir

Le partant Mac Acker

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Le partant des Capitales pour le match de dimanche après-midi, Mac Acker, avait de bonnes raisons de rater une partie du camp d'entraînement. L'artilleur gaucher de 25 ans terminait sa maîtrise en administration du sport à l'Université de Seattle. Il n'est arrivé à Québec que samedi dernier.

«J'en ai fini avec l'école!» s'est réjoui Acker samedi, sur le terrain du Stade Fernand-Bédard, à Trois-Rivières. «Maintenant, je peux me concentrer sur le baseball. Et être le meilleur lanceur possible.»

Jamais repêché par une équipe des majeures, Acker espère toujours attirer l'attention de l'une d'elles. Mais en cas d'échec, son plan B est prêt : devenir un entraîneur-chef dans la division I des collèges américains. «Quand j'aurai fini de jouer, je vais rejoindre un programme quelque part, sans doute comme entraîneur des lanceurs d'abord», a-t-il expliqué, plein de confiance. «J'ai réalisé très jeune que je ne voulais pas travailler dans un bureau, que je voulais être sur un terrain de baseball. Je dois remercier mes parents de m'avoir poussé à compléter mon éducation.» Pendant la saison morte, il a entre autres agi en tant qu'instructeur des lanceurs pour l'équipe d'une école secondaire, histoire de se faire la main.

Même s'il a raté une partie de sa préparation, Acker répond avec le sourire lorsqu'on lui demande s'il se sent d'attaque pour lancer son premier match, dimanche. «Oui, je suis définitivement prêt physiquement et mentalement pour ça. Je suis excité que Scal [le gérant Patrick Scalabrini] me donne cette opportunité, malgré mon retard.»

En 2015, Acker a conservé une fiche de 3-4 et une solide moyenne de points mérités de 3,36 en 56,1 manches avec les Capitales.

Selon le no 33, la victoire dramatique de vendredi, acquise grâce à un coup sûr de Trevor Gretzky en fin de 11e, permettra d'unir le groupe. «Nous avons définitivement le talent, les entraîneurs et l'organisation pour remporter un autre championnat», a lancé Acker, bien au fait des six titres dans l'histoire des Capitales.

Partager

À lire aussi

  • Entrée cubaine réussie

    Capitales

    Entrée cubaine réussie

    Les trois Cubains ont réussi leur entrée à Québec, dimanche, lorsque les Capitales ont battu les Aigles de Trois-Rivières 7-5 au Stade municipal.... »

  • La dure journée des Capitales

    Baseball

    La dure journée des Capitales

    Sans jouer, les Capitales ont connu une journée difficile, lundi. Les meneurs de la ligue Can-Am ont perdu leur entraîneur des lanceurs, un voltigeur... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer