Shea Weber donne au suivant

Victor Mete (à droite), qu'on voit en situation... (La Presse, André Pichette)

Agrandir

Victor Mete (à droite), qu'on voit en situation de couverture contre Artturi Lehkonen, a beaucoup à apprendre d'un vétéran comme Shea Weber.

La Presse, André Pichette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Brossard) Parmi les joueurs dépaysés à ce camp d'entraînement du Canadien, il doit bien y avoir Shea Weber. Imaginez : il est passé d'un partenaire de 38 ans à un... de 19 ans. D'une génération à l'autre!

Dans le contexte du départ d'Andrei Markov, qui laissait Weber sans partenaire, ce duo Weber-Victor Mete fait drôlement jaser au camp du CH.

Pas que quiconque imagine Mete dans le bleu-blanc-rouge le 5 octobre prochain à Buffalo. Après tout, Marc Bergevin s'est toujours montré très patient avec ses jeunes défenseurs en développement.

Mais le simple fait de jumeler Mete au pilier de la défense montréalaise montre bien à quel point le CH tient son jeune espoir en haute estime. «Ça va lui donner la chance de se faire valoir de la bonne façon», se justifiait Claude Julien, vendredi.

On ignore toujours qui sera le partenaire de Weber quand la saison s'amorcera. Et l'expérience menée par Julien prolonge le suspense. Mete, par ses talents de patineur et sa propension à appuyer l'attaque, aurait le profil parfait, si seulement il avait quelques années de plus.

En attendant, Weber profite de l'occasion pour donner au suivant. «À Nashville, je retirais beaucoup de fierté à travailler avec les jeunes défenseurs, car les Predators en ont repêché plusieurs au premier tour. J'essayais de les aider le plus possible. Quand j'étais jeune, je m'inspirais des vétérans et ça voulait dire beaucoup à mes yeux.»

Gros gabarit

Weber fait 6'4" et 230 livres. Un «homme-montagne», tel que décrit par Mike Babcock l'an dernier. Mete, lui, fait 5'9" et 184 livres. Pas besoin de s'appeler Larry Robinson pour comprendre que si Mete s'établit dans la LNH, ce ne sera pas en pratiquant le style de Weber.

Le défenseur étoile n'est pas du genre à transporter la rondelle et à se porter en attaque. Il marque l'écrasante majorité de ses buts en décochant ses boulets de canon depuis la ligne bleue.

Mete a tout de même beaucoup à apprendre du numéro 6 du CH. «Il m'a montré comment lire les descentes à 3 contre 2, comment mieux jouer avec mon bâton en zone défensive. Ces petites choses peuvent faire une grande différence.

«Je pense que je peux apprendre beaucoup de lui. Il est dans la ligue depuis longtemps, il peut me montrer des choses dans les trois zones. Jouer avec lui est une des meilleures situations pour moi. Ce que je vais apprendre, je pourrai l'appliquer dans le junior si on me renvoie, ou ici l'an prochain.»

La bonne attitude

Il n'y a pas que sur la patinoire que Weber et Mete sont aux antipodes. Devant les caméras, le premier a tendance à s'éteindre. C'est quand il ne reste que des enregistreuses et des calepins de notes que ses réponses deviennent plus longues. À ses premiers pas dans la LNH, Weber affichait donc l'attitude parfaite du jeune nouveau, jumelé à Kimmo Timonen.

«Kimmo était déjà une étoile à cette époque», se souvient Weber. «J'étais nerveux. Je ne voulai rien dire. Je me disais : "La ferme, écoute, regarde-le s'entraîner et apprends les petites choses." Mais il a toujours été très gentil avec moi! »

Mete, lui, ne semble nullement intimidé par les lentilles de caméra et les nombreux micros. Il dégage une confiance certaine, sans tomber dans l'arrogance. Mais c'est visiblement différent en privé!

«Victor est très respectueux et tranquille», explique Weber. «Je le sens nerveux quand il vient poser des questions, mais ça va finir par passer. C'est un bon jeune et un bon joueur.»

Le développement des joueurs est un maillon faible chez le Canadien depuis quelques années. On verra si ce genre d'initiative contribuera à infléchir la tendance.

***

Schlemko absent

Le défenseur David Schlemko a raté la séance d'entraînement du Canadien, samedi, en raison d'une blessure à une main. Selon la direction de l'équipe, son cas sera réévalué sur une base quotidienne. Claude Julien a parlé d'une simple «contusion», mais a rapidement esquivé la question. La durée de son absence demeure inconnue. Acquis lors d'une transaction avec les Golden Knights de Vegas le 22 juin en retour d'un choix de cinquième ronde en 2019, le vétéran de 30 ans est l'un des défenseurs qui convoite un poste sur le flanc gauche, dépouillé à la suite des départs d'Andrei Markov, de Nathan Beaulieu et d'Alexei Emelin.

Par ailleurs, les joueurs du Canadien sont conviés à leur plus grand test du camp dimanche : la traversée du pont Champlain et de l'échangeur Turcot. C'est que l'action se déplace de Brossard au Centre Bell, où aura lieu un match intra-équipe en après-midi. Ne sursautez pas si vous ne voyez pas Julien derrière le banc des Blancs ou des Rouges. L'entraîneur-chef a plutôt l'intention d'observer l'action du haut de la passerelle de presse. Les joueurs se disputeront deux périodes de 30 minutes à la veille de leur premier match préparatoire, lundi soir à Québec.  La Presse et La Presse canadienne

***

De bons mots pour Hemsky

Ales Hemsky commence visiblement le camp dans les bonnes grâces de Claude Julien. Il a passé les trois dernières saisons à Dallas sous les ordres de Lindy Ruff, qui a notamment côtoyé Julien chez Hockey Canada. «Lindy et moi sommes bons amis, on s'est souvent parlé cet été. Il avait de bons mots pour Ales, qui a beaucoup progressé dans ses années avec lui là-bas. Il a appris beaucoup de nouvelles choses.»

Le Tchèque de 34 ans s'est amené à Montréal en vertu d'un contrat d'un an, d'une valeur de 1 million $. Il a passé les deux premières journées du camp à la droite de Max Pacioretty et du centre Jonathan Drouin. «C'est toujours plaisant de repartir à zéro avec une nouvelle équipe, avec de nouvelles personnes et dans une nouvelle ville. Et de jouer avec ces deux joueurs, ça aide la confiance. Ils sont tous deux de grands joueurs.» La saison dernière, il n'a disputé que 15 matchs, dont 14 au mois de mars, à cause d'une sérieuse blessure à une hanche. Il a tout de même trouvé le moyen de récolter quatre buts et trois mentions d'aide.  La Presse et La Presse canadienne




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer