Price et le CH liés pour huit ans de plus

Depuis 2007-2008, Carey Price montre une fiche de... (Archives La Presse, Martin Chamberland)

Agrandir

Depuis 2007-2008, Carey Price montre une fiche de 270-175-55 en 509 parties en saison régulière. Il vient au troisième rang des gardiens dans l'histoire du Canadien pour les matchs joués et les victoires, et au quatrième échelon avec 39 jeux blancs en carrière.

Archives La Presse, Martin Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Marc Bergevin et le Canadien ont connu la vie sans Carey Price et ce fut un désastre. Carey Price, lui, n'a jamais connu la vie sans le Canadien, et cela lui convient parfaitement.

C'est pourquoi les deux camps ont prolongé leur association, dimanche, 364 jours avant l'expiration du contrat actuel de Price. L'entente : huit ans, 84 M$.

L'incertitude qui peut planer quant à l'avenir du Canadien, le scepticisme ambiant autour d'une organisation incapable de produire de la relève, les insuccès de l'équipe en séries ces dernières années... Malgré ces tendances inquiétantes, Price n'a pas hésité une seule seconde quand est venu le temps de cimenter son avenir à Montréal.

«J'ai une grande confiance en Marc. C'est un directeur général intelligent, qui trouve toujours une façon d'améliorer l'équipe et de la rendre plus compétitive, a expliqué Price, en conférence téléphonique depuis sa résidence estivale de Kelowna. Je ne me voyais pas jouer ailleurs, ce serait trop bizarre. Je peux composer avec tout ce qui vient vers moi.»

«Un gros montant à un joueur, ça rend les choses plus difficiles, mais c'est mon travail de gérer ça, a reconnu Bergevin, rencontré à Brossard. La position de gardien est très importante, on a vu ce qui s'est passé il y a deux ans.»

Les questions sur le poids du salaire de Price ont été nombreuses. À compter de 2018-2019, le gardien aura un impact de 10,5 millions $ sur la masse salariale du Tricolore. On ignore quel sera le plafond salarial cette année-là, mais à l'heure actuelle, il est de 75 millions $. On peut donc s'attendre à un impact d'un peu plus de 13 % de la masse salariale du CH.

«Personne dans la ligue n'a un gardien comme Carey Price, a martelé Bergevin. On a cette expression : les gardiens ne sont pas importants jusqu'à ce qu'il t'en manque un. On le voit, les équipes qui n'en ont pas ont de la difficulté à en trouver un. On a un des meilleurs de la business, sinon le meilleur. On espère qu'il soit ici pour le reste de sa carrière.»

Une année sans blessure

Price arrivait certainement en position de force dans ces négociations. Il a vu l'équipe imploser en son absence en 2015-2016 et vient de disputer la dernière saison sans blessure majeure, terminant les séries en santé. Lorsqu'on considère son lourd historique de blessures, c'était un enjeu crucial.

En 2015-2016, deux blessures au genou droit l'ont limité à seulement 12 matchs. En 2013-2014, une autre blessure au genou droit avait mis fin à ses séries dans le premier match de la finale de l'Est, après une violente collision avec Chris Kreider, des Rangers. Plus tôt cette saison-là, Price était aussi revenu des Jeux olympiques de Sotchi avec une blessure au bas du corps. Il avait également été incapable de terminer les séries de 2013, blessé dans le quatrième match contre les Sénateurs au premier tour.

«On a posé des questions à nos médecins, a assuré Bergevin. Avec ce qu'ils nous ont dit, on savait que ça ne serait pas un problème. Il n'y a pas de garantie, des blessures peuvent toujours survenir. Mais la saison dernière, ça a bien été et il est resté en santé.»

En effet, malgré la Coupe du monde en septembre, le numéro 31 a tenu bon jusqu'au bout en 2016-2017. Le Tricolore souhaite avoir trouvé le bon équilibre pour que l'homme masqué demeure en santé.

«J'ai adoré notre plan, a lancé l'entraîneur des gardiens, Stéphane Waite. L'an passé, on a maintenu toute la saison notre objectif de lui donner une soixantaine de départs [il en a obtenu 62]. On n'en a pas encore jasé pour l'an prochain, on devra en parler avec Claude [Julien] et Carey. Un gardien ne peut pas faire 70 départs et une longue run en séries.

«Une des choses qui m'impressionnent le plus de Carey, c'est la façon dont il prend soin de son corps hors glace, a ajouté Waite. Son alimentation, son repos, ses traitements, ses étirements... Il est très mature de ce côté-là.»

Depuis 2007-2008, Price montre une fiche de 270-175-55 en 509 parties en saison régulière. Il vient au troisième rang des gardiens dans l'histoire du Canadien pour les matchs joués et les victoires, et au quatrième échelon avec 39 jeux blancs en carrière.

«J'ai eu beaucoup de hauts et de bas ici et je pense que j'ai acquis suffisamment d'expérience au fil de ces 10 années pour affronter chacune des situations auxquelles je suis confronté. Parfois, c'est difficile, mais quand vous connaissez du succès à Montréal, il n'y a aucun endroit plus plaisant où jouer au hockey dans la Ligue nationale. Il n'y a rien qui s'y compare», a déclaré Price.  Avec La Presse canadienne

***

Gagner en séries

Depuis l'arrivée de Stéphane Waite, Carey Price a continuellement prouvé qu'il est parmi les meilleurs de sa profession. Waite a débarqué à Montréal pour le début de la saison 2013-2014. Depuis ce temps, Price affiche une efficacité de ,928. Son plus proche rival est Cam Talbot, des Oilers, à ,922. Pour une statistique où l'écart entre chaque gardien est généralement de ,001, c'est un fossé. Cela dit, ces succès n'ont jamais permis au Tricolore de se rendre bien loin en séries, depuis sa présence au troisième tour en 2014. En fait, Montréal a remporté une seule de ses trois dernières séries disputées avec un Carey Price en santé. «Dans le hockey des séries, tu dois avoir tes bonds chanceux. J'ai trouvé qu'on avait mieux joué que les Rangers, mais on a perdu», a répété Marc Bergevin.

Contre New York le printemps dernier, le Canadien n'a marqué que 11 buts en six matchs. Contre Tampa en 2015, c'était 13 buts en six rencontres. Ces chiffres rappellent donc que la présence d'un des meilleurs gardiens de la ligue ne garantit pas le succès en séries. Il faut aussi une attaque capable d'embêter l'adversaire, chose que le Tricolore est incapable de produire dans son système de développement depuis quelques années.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer