Price prêt à signer une nouvelle entente

Les plus récentes spéculations parlent d'un plafond salarial... (La Presse canadienne, Paul Chiasson)

Agrandir

Les plus récentes spéculations parlent d'un plafond salarial fixé à 76 millions $ la saison prochaine et Carey Price pourrait en réclamer 10. Il semble clair que le portier du Canadien obtiendra le plus gros contrat jamais consenti à un gardien de la LNH.

La Presse canadienne, Paul Chiasson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc-Antoine Godin
La Presse

(Montréal) À bientôt 30 ans, Carey Price est plus détendu et plus à même de prendre les choses avec détachement que lors de ses premières années à Montréal.

Price pourrait se dire qu'il est le meilleur joueur du Canadien depuis des années... et que ça fait des années qu'il dédouane ses coéquipiers sans qu'eux, en retour, ne lui donnent la moindre marge de manoeuvre.

Il pourrait trouver que les années passent et que le Tricolore ne s'approche pas vraiment de son but. Il pourrait en avoir soupé de l'attention parfois étouffante de Montréal.

Mais non. Carey Price pourra signer un nouveau contrat à partir du 1er juillet et il est tout à fait disposé à le faire. «Je veux rester ici, a-t-il dit en souriant. Je sais qu'on va trouver le moyen de mettre tous les éléments en place afin de ramener un championnat ici.»

Le casse-tête risque d'être difficile à compléter en raison du plafond salarial. Les plus récentes spéculations parlent d'un plafond à 76 millions $ la saison prochaine, et Price pourrait en réclamer 10. À moins, bien sûr, qu'il n'offre un rabais maison au Tricolore pour que l'équipe puisse s'améliorer à d'autres positions. Ça s'est vu ailleurs. Mais il semble clair que Price obtiendra le plus gros contrat jamais consenti à un gardien de la LNH.

À ce sujet, un collègue a demandé à Marc Bergevin s'il croyait pouvoir gagner la Coupe Stanley en ayant un gardien comme meilleur joueur et comme plus haut salarié, ce qu'on n'a pas vu depuis l'instauration du plafond salarial.

«J'espère bien parce qu'il ne s'en va nulle part», a répliqué le directeur général, qui a voulu mettre un frein à toute spéculation concernant un échange impliquant Price.

«Mon intention - et celle de Carey, j'en suis convaincu -, c'est de rester à Montréal, a-t-il ajouté. On va faire tout le possible pour le garder à Montréal, probablement pour le reste de sa carrière.»

Le directeur général du Canadien n'est pas en mesure de négocier dès maintenant, mais a qualifié de «forte possibilité» une entente avec le gardien-vedette au cours de l'été. Ce refus de considérer un échange pourrait-il changer si jamais son gardien ne signe pas cet été?

«On traversera le pont quand on sera rendus à la rivière, mais ce serait un gros problème si ça n'arrivait pas», a convenu Bergevin.

Une longue saison

Price a connu un passage à vide en milieu de campagne et il admet que le calendrier de cette année a été particulièrement ardu. «Ç'a été une longue saison, a-t-il mentionné. On a traversé un mois difficile à un certain moment et mentalement, il a fallu que tout le monde passe par-dessus. Il arrive toujours un point, peu après la mi-saison, où tu te sens comme au milieu d'un marathon. Mais vers la fin de la saison, tu vois le bout du tunnel et tu recommences à mieux voir ton objectif final.»

Cette longue saison - et le fait d'avoir participé à la Coupe du monde dès septembre - l'a incité à décliner l'invitation aux prochains Mondiaux. Price passera plutôt du temps de qualité en famille.

Et lorsqu'il s'assoira avec Shea Weber - à Montréal ou dans l'Ouest - pour contempler l'avenir avec son ami, il sera assurément question de ce fameux contrat. Le colosse défenseur est embauché jusqu'à la fin de la saison 2025-2026 et il compte faire sa part pour que Price s'engage lui aussi à long terme avec le CH.

La présence de Weber et celle de Claude Julien sont deux bons arguments pour l'encourager à le faire. «On sait tous ce que Shea peut apporter en termes de stabilité et de leadership, a commenté le gardien. Quant au style de coaching que prône Claude, je sais que ça va me favoriser aussi.»

Price ne semble pas embêté de ne pas avoir devant lui une équipe dotée d'une grande force de frappe. «Ce serait bien qu'on puisse compter cinq buts à chaque match, mais la réalité c'est que c'est une ligue où il est difficile de marquer des buts. Plusieurs équipes jouent très bien défensivement. C'est la nature du sport. Ce serait bien qu'on marque beaucoup de buts, mais je ne peux pas m'attendre à cela à tous les soirs.»




À lire aussi

  • Jerôme Gaudreau | Pas de panique

    Sports

    Pas de panique

    COMMENTAIRE / L'effet Carey Price a ses limites. C'est ce que la dernière série entre le Canadien et les Rangers a prouvé. Pour une première fois... »

  • Place à la deuxième ronde des séries

    Sports

    Place à la deuxième ronde des séries

    L'entonnoir se referme dans la LNH. Seulement huit équipes se trouvent désormais dans la course afin de soulever la coupe Stanley. Maintenant que les... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer