Les cinq travaux de Bergevin

Le directeur général du Canadien, Marc Bergevin, devra... (La Presse canadienne, Paul Chiasson)

Agrandir

Le directeur général du Canadien, Marc Bergevin, devra réfléchir à l'avenir de Max Pacioretty comme capitaine du Canadien et entreprendre au cours des prochaines semaines les négociations avec Alexander Radulov dans le but de s'entendre à long terme avec l'attaquant russe.

La Presse canadienne, Paul Chiasson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Le directeur général du Canadien aura plusieurs dossiers chauds à gérer d'ici le mois de septembre. Voici les cinq principaux.

Price et le long terme

Carey Price a déjà remporté un trophée Vézina et une médaille d'or olympique. Depuis des années, Marc Bergevin semble porter une attention particulière à l'entourage de son gardien (Stéphane Waite, Shea Weber, Claude Julien...). Price n'est pas friand des micros et des caméras; à l'exception des après-matchs, ses séances d'entrevue sont aussi rares que courtes. Que manque-t-il donc à l'homme masqué? Une Coupe Stanley. Bergevin fait tout pour accommoder son joueur-vedette depuis quelques années, mais il devra se montrer convaincant pour l'assurer que le Canadien est bel et bien sur la pente ascendante. La question est cruciale, car à compter du 1er juillet 2017, Price aura le droit de renouveler son contrat, qui expire en 2018. Et si Price hésite à s'engager à long terme à Montréal, Bergevin sera confronté à un cruel dilemme : tenter de gagner avec lui une dernière saison, ou l'échanger pour éviter de le perdre pour rien.

Galchenyuk et la ligne de centre

Alex Galchenyuk est-il un centre ou un ailier? Est-il un attaquant d'un point par match comme il l'était avant sa blessure, ou est-il le joueur qui n'a marqué que trois buts à cinq contre cinq depuis la mi-novembre? Est-il le jeune homme qui a pris l'initiative de s'entraîner avec un entraîneur privé en Olli Jokinen en février, ou est-il celui dont le sérieux à l'extérieur de la glace est parfois mis en doute? Cinq ans plus tard, Galchenyuk demeure toujours aussi difficile à cerner. Mais il doit maintenant négocier un nouveau contrat ce printemps. Il devient donc un brin gênant de parler de lui comme d'un «jeune» encore en apprentissage. Si Bergevin estime qu'il est plutôt un ailier, ou s'il l'échange, le Tricolore se retrouvera avec un trou béant dans la ligne de centre. Phillip Danault a montré cette saison qu'il peut accomplir du bon boulot au sein d'un trio offensif, mais on ne parle pas d'un centre de premier trio. Andrew Shaw et Tomas Plekanec sont des centres de troisième trio. Commencer une saison avec un premier centre «par défaut» n'a jamais été une bonne idée...

Radulov et le manque d'attaque

S'il y a un joueur qui a masqué les problèmes du Canadien au centre, c'est Alexander Radulov, un ailier qui a les talents de fabricant de jeu d'un centre. À lui seul, il peut animer un trio. S'il a connu des hauts et des bas, il a prouvé sa durabilité en étant l'attaquant le plus productif des siens en séries. Il a atteint le point où on ne se demande pas si Bergevin a de l'espace sous le plafond salarial pour lui, mais plutôt comment il lui fera de la place. Cette avenue vient toutefois avec deux problèmes. D'une part, Radulov aura 31 ans cet été, donc son prochain contrat pourrait le mener jusqu'à l'âge de 38 ans. D'autre part, le joueur se voit-il à Montréal à long terme? Ce dossier n'est pas aussi simple qu'à première vue.

Le capitaine

Les entrevues d'après-match peuvent en dire long sur l'état d'esprit des joueurs. C'est en effet l'occasion de les voir sous le coup de l'émotion. Après la défaite dans le cinquième match, Max Pacioretty parlait constamment de l'importance de bloquer les propos négatifs, «surtout dans ce marché». Après le sixième match, il est devenu très émotif. Tout ça après des séries au cours desquelles il a été incapable de marquer. Est-il écrasé par la pression qui vient avec son rôle? Shea Weber représente-t-il une meilleure option? Bergevin devra se poser ces questions. À San Jose, les Sharks l'ont fait deux fois plutôt qu'une ces dernières années, et Patrick Marleau et Joe Thornton sont toujours membres de l'équipe, même si le «C» est cousu sur le chandail de Joe Pavelski.

Prévoir la décroissance de Markov

En connaissant une saison au-delà des attentes, Andrei Markov a camouflé l'incapacité du Canadien à trouver un défenseur capable de jouer autant de minutes que Shea Weber. Markov est venu à la rescousse en fin de saison, mais pourra-t-il le refaire sur 82 matchs, au moment où il fêtera ses 39 ans? Nathan Beaulieu a eu droit à une audition en début de saison, mais l'expérience n'a duré que cinq matchs. Alexei Emelin l'a fait pendant plus d'une moitié de saison, mais il a fini par manquer d'essence. Jordie Benn est gaucher, mais il est plus efficace quand il joue une quinzaine de minutes par match. Mikhail Sergachev pourrait occuper un tel rôle un jour, mais à 19 ans, la marche sera sans doute trop haute. Karl Alzner constituera une option intéressante s'il devient joueur autonome cet été, mais à quel prix?




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer