Mantha joue les héros à Montréal

L'arrière des Red Wings de Detroit, Mike Green,... (La Presse canadienne, Paul Chiasson)

Agrandir

L'arrière des Red Wings de Detroit, Mike Green, a rendu une petite visite au gardien Al Montoya, du Canadien, quelques secondes avant que son coéquipier Anthony Mantha ne mette fin au duel en touchant la cible en prolongation.

La Presse canadienne, Paul Chiasson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Lamarche
La Presse

(Montréal) Tout indique que les Red Wings de Detroit rateront les séries éliminatoires pour la première fois depuis la saison 1989-1990, mais ça ne veut pas dire qu'ils ne voudront pas jouer les trouble-fête d'ici la fin de la saison régulière. Les joueurs du Canadien ne le savent que trop bien.

Anthony Mantha a trouvé le fond du filet avec 49,6 secondes à écouler à la prolongation pour permettre aux Red Wings de vaincre le Canadien 2-1, mardi soir, au Centre Bell.

Après avoir reçu une passe arrière de Danny DeKeyser, l'attaquant de Longueuil s'est habilement avancé en zone du Canadien et a marqué son troisième but en carrière face à la formation montréalaise grâce à un tir vif qui a battu Al Montoya du côté du gant.

«C'est une belle sensation», a admis Mantha, qui a été contraint de regarder deux matchs consécutifs de la passerelle des médias, il y a deux semaines. «En prolongation, j'ai obtenu deux tirs au but, tous deux du côté du gant, et le gardien les a arrêtés chaque fois. Lorsque je me suis présenté dans l'enclave, je voulais tenter la même chose. Je suppose que la troisième tentative a été la bonne.»

Lehkonen force la prolongation

Artturi Lehkonen avait forcé la prolongation grâce à son 13e but de la saison, marqué tard au troisième vingt contre Jimmy Howard, qui a fait face à 36 tirs, mais aucun en prolongation. Justin Abdelkader a inscrit l'autre but des visiteurs, dès la première minute de jeu, lors d'un avantage numérique.

Le but de Mantha est venu gâcher une solide performance du gardien du Canadien qui, contrairement à Howard, a été tenu fort occupé pendant la quatrième période. Tout comme Howard, Montoya a reçu 36 tirs, mais six en prolongation.

Comme c'est devenu une habitude depuis bientôt deux mois, Montoya a été laissé à lui-même. Lors des cinq dernières sorties du gardien américain, le Canadien n'a marqué que sept buts.

«Il a été excellent. Il nous a donné une chance d'aller chercher un deuxième point. Nous avons concédé trop de chances en prolongation. Lorsqu'il aura un prochain départ, nous souhaitons pouvoir lui donner un meilleur soutien offensif», a déclaré le capitaine Max Pacioretty.

À la suite de ce revers, le Canadien totalise 91 points au classement, trois de plus que les Sénateurs d'Ottawa, qui ont battu les Bruins de Boston 3-2, mardi soir.

Affreux départ

Autant les joueurs du Canadien avaient connu un départ canon, dimanche, contre les Sénateurs, autant ils ont été amorphes en début de rencontre, mardi. Les Red Wings ont profité de cette torpeur pour ouvrir la marque avant même que ne soit complétée la première minute de jeu. Tout a commencé avec une pénalité mineure à Nathan Beaulieu pour obstruction, dès la 39e seconde de jeu. Quatorze secondes plus tard, les visiteurs ont capitalisé quand Abdelkader, oublié à la gauche de Montoya, a logé le disque dans la partie supérieure du filet.

Ce but n'a pas servi de tonique au Canadien, qui a dû patienter jusqu'à la quatrième minute de jeu pour obtenir un premier tir vers Howard, de la part d'Andrei Markov et peu dangereux. Un avantage numérique, résultat d'une punition à Niklas Kronwall, a également laissé les partisans de l'équipe sur leur appétit.

Après de longs moments de frustration, Lehkonen a mis fin à une disette de presque six périodes sans but pour le Canadien contre les Red Wings, battant Howard d'un vif tir des poignets dans la partie supérieure gauche, à 17:31 de la troisième.

«On n'était pas tout à fait à point, a commenté Claude Julien. Les raisons, je ne les sais pas. On a eu du repos hier (lundi). C'était un week-end avec beaucoup d'émotion, et c'est difficile de temps en temps de revenir d'une série comme celle-là, et de continuer de jouer du bon hockey. Encore une fois, à ce stade-ci de la saison, tu prends le point que tu as gagné et tu passes au prochain match.»

Cinq moments marquants du match

Énergie inexistante

Se pourrait-il que les joueurs du Canadien s'ennuyaient des Sénateurs d'Ottawa? C'est l'impression qu'a sans doute laissée la première période à plusieurs des spectateurs. Les hommes de Claude Julien ont été pathétiques pendant la première minute de jeu lors de laquelle les Red Wings ont ouvert la marque, 24 secondes après une punition à Nathan Beaulieu. Après une mise en jeu gagnée par Henrik Zetterberg contre Tomas Plekanec, Niklas Kronwall a décoché un tir sur réception que le gardien Al Montoya a stoppé à l'aide de sa jambière gauche. Laissé seul derrière les défenseurs du Canadien, Justin Abdelkader a profité de sa deuxième opportunité pour loger le disque dans la partie supérieure, à l'aide d'un revers, alors que Montoya était étendu de tout son long.

Échec-avant efficace de Lehkonen

Les hommes de Claude Julien ont été beaucoup plus étanches en défensive en deuxième période, et affiché plus d'intensité. Après deux excellentes prestations contre les Sénateurs d'Ottawa - tout particulièrement samedi soir - le trio de Phillip Danault, Andrew Shaw et Artturi Lehkonen a plusieurs fois fait sentir sa présence en zone adverse. L'échec-avant de Lehkonen à l'endroit du défenseur Danny DeKeyser a mené à une belle chance de marquer pour Danault, qui a toutefois été incapable de décocher un tir de qualité vers Jimmy Howard.

Weber et Markov menaçants

Du travail énergique de Tomas Plekanec derrière le filet des Red Wings a forcé Tomas Nosek à faire trébucher le joueur de centre du Canadien. En cours de route pendant l'avantage numérique, Claude Julien a réuni Shea Weber et Andrei Markov aux points d'appui, une décision qui est venue près de porter fruit. Malgré deux bons tirs, un par chacun des deux défenseurs, le Canadien n'est pas parvenu à déjouer Howard. Ainsi, après deux périodes, les joueurs du Canadien ont vu leur séquence sans but contre les Red Wings se prolonger à exactement 100 minutes, soit depuis le but décisif d'Alex Galchenyuk en prolongation le 26 novembre à Detroit.

Lehkonen créé l'impasse

Le Tricolore a finalement fait mouche à son 36e tir de la rencontre. Lehkonen a saisi le disque en milieu de glace, a filé sur le flanc droit et a battu Jimmy Howard avec un tir des poignets de grande qualité, du côté rapproché. C'était un 13e but cette saison pour le Finlandais de 21 ans.

Mantha fait la différence en temps supplémentaire

Le Longueuillois Anthony Mantha a procuré aux Wings une troisième victoire en quatre matchs avec une très belle pièce de jeu, à 4:10 en prolongation. Il s'est moqué de Galchenyuk et Weber avant de déjouer Montoya avec un tir vif, pour mériter son 15e filet de la campagne.  La Presse canadienne

Julien en quête de la bonne combinaison

Essayer de trouver la chimie entre les meilleurs attaquants de l'équipe, ce n'est certainement pas une tâche à laquelle un entraîneur-chef est heureux de s'atteler avec huit matchs à faire en saison régulière. C'est pourtant le défi qui attend Claude Julien au cours des prochains jours.

Il y a 10 jours à peine, on évoquait le dilemme de mettre tous ses oeufs dans le même panier ou d'essayer de répartir les meilleurs effectifs pour générer de l'offensive. Or, ce que la défaite de 2-1 contre les Red Wings a encore révélé, mardi, c'est que le fait de mettre le meilleur centre de l'équipe avec les deux meilleurs ailiers ne fonctionne pas à l'heure actuelle.

En temps normal, un entraîneur rassemble ses meilleurs attaquants lorsqu'il a besoin d'un but. Mais hier, Julien a dû séparer Alex Galchenyuk de Max Pacioretty et Alexander Radulov pour cette même raison. «Je les ai séparés parce que rien n'allait et on avait besoin d'un but», a-t-il reconnu après le match.

En matinée, Pacioretty avait admis que son trio avait fait pâle figure face à celui de Jean-Gabriel Pageau lors des deux matchs face aux Sénateurs d'Ottawa. Julien avait renchéri en précisant que les trois hommes devaient trouver une façon de mieux se lire sur la patinoire. «Tout ce qui leur manque en ce moment c'est un peu de chimie, a dit l'entraîneur. La seule façon qu'ils vont la trouver c'est en les gardant ensemble.»

L'allure de la rencontre a toutefois testé sa patience. Le premier trio ne provoquait rien, alors que celui formé de Phillip Danault, Artturi Lehkonen et Andrew Shaw était beaucoup plus menaçant. «Ça n'a pas été un match à la hauteur de ce qu'on attendait, a reconnu Julien. Ça a été plus difficile pour eux encore ce soir. On a fait des changements à la fin pour essayer de marquer un but. C'est dommage parce que les autres trios semblent avoir plus de chimie...»

À la lumière des quelques flammèches créées en fin de match avec Danault à ses côtés, Pacioretty n'a pas caché de quel côté son coeur penchait. «Vous l'avez vu à la fin du match, Chuckie avait l'air de mieux travailler avec l'autre groupe, tandis que notre trio a eu quelques chances aussi, a soutenu le capitaine. C'est difficile parce qu'il y a eu des moments où nous avions une bonne chimie et d'autres où ça n'a pas semblé être le cas.»  La Presse




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer