• Le Soleil > 
  • Sports > 
  • Canadien 
  • > CH-Sénateurs en plein air en décembre: bon pour la rivalité, selon Molson 

CH-Sénateurs en plein air en décembre: bon pour la rivalité, selon Molson

Le président du Canadien Geoff Molson croit que... (La Presse canadienne, Adrian Wyld)

Agrandir

Le président du Canadien Geoff Molson croit que la rivalité entre le Tricolore et les Sénateurs s'accentuera encore, mais il a précisé qu'elle n'atteindrait probablement jamais le niveau d'intensité qui existait contre les Nordiques.

La Presse canadienne, Adrian Wyld

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélanie Marquis
La Presse Canadienne
Ottawa

La rivalité «de plus en plus importante» entre le Canadien et les Sénateurs s'intensifiera encore davantage lorsque les deux équipes s'affronteront sur une patinoire extérieure à Ottawa, croit Geoff Molson, le propriétaire de l'équipe montréalaise.

Le commissaire Gary Bettman était de passage dans la capitale fédérale, vendredi, pour annoncer officiellement la tenue d'un match en plein air à l'occasion de la Classique Héritage, le 16 décembre. L'événement coïncide avec le centenaire du premier match de l'histoire de la LNH entre le Canadien de Montréal et les Senators d'Ottawa, le 19 décembre 1917, mais aussi avec le 125e anniversaire de la Coupe Stanley. Il s'agira d'un quatrième match extérieur pour le CH après ceux de 2003 à Edmonton, de 2011 à Calgary et de 2016 à Foxborough (Boston). 

«Ça me rappelle un peu la rivalité que nous avions avec les Nordiques lorsqu'ils étaient dans la ligue», a dit en anglais Geoff Molson en parlant des Sénateurs, avant de préciser en français que le niveau d'intensité n'atteindrait probablement jamais celui qui existait entre les équipes de Québec et de Montréal. «Non, je pense que ça, c'est unique, la rivalité avec les Nordiques.»,

Il s'est montré un peu plus avare de commentaires lorsqu'il a été invité à dire si la métropole pourrait enfin à son tour être l'hôte d'un match extérieur. «Je peux vous assurer que la ligue travaille fort pour avoir un événement extraordinaire à Montréal, et nous on travaille fort aussi pour en avoir un.»

Le «plus grand obstacle» est l'identification d'un site adapté à la tenue d'un match en plein air. Celui du 16 décembre prochain aura lieu à la Place TD, le domicile du Rouge et Noir de la Ligue canadienne de football.

Le CH a gagné en 1917

Les deux équipes se retrouveront donc réunies dans la capitale nationale 100 ans presque jour pour jour après leur premier duel. «Le Canadien l'avait emporté 7-4 en ce soir qui a marqué le lancement de 100 ans de hockey de la LNH», a rappelé le commissaire Bettman. «Alors pour lancer les 100 prochaines années, nous pensons qu'il est approprié de réunir le Canadien et les Sénateurs.»

«Je ne sais pas quel temps il faisait le soir du 19 décembre 1917, mais cette année, j'espère qu'il fera - 20 degrés, au moins, avec un ciel dégagé. Ce sont mes prévisions à long terme», a lancé Eugene Melnyk, le propriétaire des Sénateurs. Il s'est dit ravi de s'être vu confier «l'honneur de tenter de recréer l'esprit de ce tout premier match» de la LNH.

Le capitaine du Canadien, Max Pacioretty, s'est dit excité à l'idée de disputer ce match. «Ça va être plaisant. Ce sera difficile de surpasser la Classique hivernale à Foxborough, l'an dernier, et l'expérience que nous avons vécue là-bas. On souhaite que ça ne soit pas trop froid et que nous ayons beaucoup de plaisir.»

Le capitaine des Sénateurs, Erik Karlsson, prévoit de son côté une partie enlevante. «Nous sommes une plus petite ville, mais il y a ici beaucoup de passion. Jouer contre Montréal sera encore mieux, nous sommes près de la frontière avec le Québec, et il y a beaucoup de partisans de Montréal même ici dans cette ville.»

***

Pacioretty heureux pour Condon

Max Pacioretty a dit éprouver beaucoup de respect... (Archives La Presse canadienne) - image 3.0

Agrandir

Max Pacioretty a dit éprouver beaucoup de respect pour son ancien coéquipier Mike Condon, qui garde maintenant les buts avec les Sénateurs.

Archives La Presse canadienne

Tout porte à croire que Mike Condon disputera cette fin de semaine au moins l'un des deux matchs contre le Canadien, son ancienne formation. C'est une situation qui n'étonnerait pas Max Pacioretty.

«J'imagine qu'il aura l'occasion de jouer au moins l'un des matchs. Il sera motivé et il tentera d'être à son meilleur contre nous. Il faut s'y attendre, mais nous devons nous soucier de notre propre match. Il a beaucoup de choses à prouver, mais nous aussi.»

Le capitaine du Canadien voue d'ailleurs beaucoup de respect pour son compatriote. «C'est un travailleur acharné et c'est la raison pour laquelle il a atteint ce niveau. Il a toujours dû surmonter des obstacles. Il a commencé au bas de l'échelle et a gravi tous les échelons jusqu'à la Ligue nationale. Je suis heureux pour lui parce qu'il est une bonne personne et qu'il travaille fort. Mais je ne lui souhaite quand même pas trop de succès.»

Un match en main qui doit compter

Ce sera la première fois depuis son arrivée à Ottawa que Condon affrontera le club qui l'a soumis au ballottage en septembre dernier. «Ça devrait être un match amusant contre Montréal, qui est premier dans la division. Nous sommes juste derrière eux avec un match en main, il faut le faire compter...

«Ça n'a pas de signification particulière pour moi, c'est arrivé il y a si longtemps», a ajouté Condon au sujet de la décision du dg Marc Bergevin de le soumettre au ballottage. «C'est la business, tu vas jouer sur différentes équipes pendant ta carrière.

«Je n'ai que de l'admiration et du respect pour tout le monde là-bas, ils m'ont donné ma chance. Ça va être un gros match, deux gros points de classement», a-t-il ajouté, jeudi soir après une autre solide performance, contre Chicago cette fois.  La Presse canadienne et Le Droit

***

Fin de semaine importante

À la veille du duel de samedi à Ottawa, le Tricolore totalise 86 points en 70 rencontres, un de plus que les Sénateurs, qui ont joué un match de moins. Pour plusieurs observateurs, ces deux affrontements auront une influence significative sur le classement final dans la division Atlantique. «Je ne tenterai pas de vous dire que cette fin de semaine n'est pas importante pour les deux équipes», a reconnu Claude Julien. «Le premier rang est à l'enjeu, et vous cherchez à établir une certaine forme de réussite contre l'autre équipe. Nous aimerions certainement terminer en première position, mais ça ne sera pas la fin du monde si ça ne se réalise pas. [...] L'objectif principal est de participer aux séries éliminatoires. Si nous pouvons terminer plus haut, ça peut nous permettre de profiter de l'avantage de la patinoire. Il n'y a pas de doute que nous en serions satisfaits aussi.»  La Presse canadienne




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer