Emelin de mauvaise humeur

Le jeu physique d'Alexei Emelin est un atout... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le jeu physique d'Alexei Emelin est un atout pour le Canadien, estime Claude Julien. Cependant, son entraîneur croit qu'un peu de recul ne devrait pas lui faire de tort.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Vancouver) Claude Julien a eu beau se limiter à parler de la «possibilité» que Brandon Davidson prenne la place d'Alexei Emelin, mardi soir face aux Canucks de Vancouver, le défenseur russe, lui, voyait clair.

Emelin était d'humeur massacrante au terme d'un entraînement où il s'est exercé à la gauche de Nikita Nesterov sur un quatrième duo défensif. Il ne s'était pas encore entretenu avec l'entraîneur-chef afin d'en savoir plus sur le sort qui l'attend. «Il n'a pas besoin de me parler, a lâché Emelin. Je vais voir demain si je joue ou non.»

Peu bavard, l'arrière de 30 ans n'était pas non plus prêt à dire si ce que demande Claude Julien convient moins à son style de jeu que ce que recherchait Michel Therrien. «Je ne sais pas, c'est mon travail et j'ai besoin de jouer, a-t-il répondu. J'ai besoin de montrer le meilleur de moi-même.»

Julien a expliqué que c'est avant tout pour favoriser l'intégration de Davidson au sein de l'équipe qu'il songeait à l'employer face aux Canucks, une formation que l'ancien des Oilers d'Edmonton a affrontée à de nombreuses reprises.

«En principe, [Emelin] devrait faire partie de nos six défenseurs réguliers, a commenté le coach. Il est assez bon pour ça, sauf qu'il a eu quelques difficultés avec sa prise de décision avec et sans la rondelle. Prendre un peu de recul et avoir la chance de regarder un match - si c'est ce qu'on décide - fera de lui un meilleur joueur.

«Je sais qu'on a besoin de lui. C'est un joueur physique qui est difficile à affronter. À Boston, je disais à mes adjoints qu'autant on déteste jouer contre lui, autant on aimerait l'avoir dans notre équipe.» Si Emelin était retranché, ce serait une première pour lui cette saison. L'an dernier, Therrien l'avait laissé de côté à cinq reprises, entre autres lors d'un programme double en Floride où on lui avait préféré Mark Barberio. La dernière fois qu'il a été rayé de l'alignement remonte au 2 février 2016 à Philadelphie, après qu'un problème de transport au retour de la pause du Match des étoiles lui eut fait manquer un entraînement la veille du match.

La compétition à l'interne

Dans un coin du vestiaire, Brandon Davidson était tout sourire. «Pour un premier match avec le Canadien, je ne pourrais demander mieux», a dit l'arrière de 25 ans qui a été jumelé à Jeff Petry, un défenseur qu'il a croisé dans l'organisation des Oilers. «Sa présence dans l'équipe m'a aidé à me sentir à l'aise à mon arrivée, a confié Davidson à propos de Petry. On devrait former un bon duo.»

Compte tenu de la congestion en défensive, Davidson sait qu'il doit immédiatement faire bonne impression. Il a l'avantage d'être meilleur en relance que ne l'est Emelin. Or, sous Claude Julien, alors qu'on voit les défenseurs utiliser davantage le centre de la patinoire et moins la baie vitrée pour sortir la rondelle, ça constitue un atout intéressant.

Il faudra aussi voir dans quelle mesure le jeu du nouveau venu Jordie Benn pourrait rendre Emelin moins indispensable au Tricolore. Intéressant de voir que ce n'est pas lui - ni même Nathan Beaulieu - qui est en position de laisser sa place à Davidson.

Lundi, le rouquin à la barbe de bûcheron s'est attiré les éloges de Carey Price. «C'est un joueur solide : c'est un gros bonhomme, il peut jouer de nombreuses minutes, il a une très bonne vision du jeu, il déplace bien la rondelle, il patine bien et il bloque des tirs», a énuméré Price en convenant que ça faisait de lui un bon ami du gardien.

«Ça nous fait un autre défenseur lourd contre lequel l'adversaire doit se battre dans les coins de patinoire. Et on doit apprécier le fait qu'il vient de la Colombie-Britannique!»

Le défi du décalage

Carey Price a été nommé la troisième étoile... (AP, Julie Jacobson) - image 3.0

Agrandir

Carey Price a été nommé la troisième étoile de la semaine dans la LNH.

AP, Julie Jacobson

Carey Price a été nommé la troisième étoile de la semaine dans la LNH en vertu d'une fiche de 3-0-0, d'une moyenne de buts alloués de 0,66 et d'un taux d'efficacité de ,974. Toujours heureux de se rapprocher des siens - son père a assisté à l'entraînement de lundi - et de renouer avec les montagnes de la Colombie-Britannique, Price a toutefois reconnu que le décalage horaire pouvait constituer un défi lors du premier match. «C'est le soir où le décalage horaire se fait sentir, a-t-il indiqué. C'est génial le matin, mais quand on va commencer notre match comme les Canucks, il sera 22h pour nous. C'est donc dire que rendu en troisième période, on aura dépassé l'heure du dodo!» C'est l'attaquant du Lightning de Tampa Bay Nikita Kucherov qui a été élu la première étoile. En quatre matchs, l'ailier droit a récolté neuf points, dont cinq buts, pour aider le Lightning à inscrire trois victoires. Le gardien des Blue Jackets a repoussé 87 des 88 lancers auxquels il a fait face pour terminer la semaine avec une fiche de 2-0-1, une moyenne de 0,33 et un taux d'efficacité de ,989.  La Presse et La Presse canadienne

L'effet Julien a été rapide

L'équipe a remporté six de ses huit matchs... (La Presse canadienne, Graham Hughes) - image 5.0

Agrandir

L'équipe a remporté six de ses huit matchs depuis que Claude Julien a remplacé Michel Therrien derrière le banc.

La Presse canadienne, Graham Hughes

Claude Julien est très heureux de la vitesse à laquelle le Canadien a été en mesure de redresser la barre depuis son arrivée en poste. L'équipe a remporté six de ses huit matchs depuis qu'il a remplacé Michel Therrien derrière le banc. Julien a estimé qu'on ne peut jamais savoir si un changement d'entraîneur aura l'effet escompté. «J'ai eu un entraînement un après-midi et un match dès le lendemain après-midi; ça ne nous a pas donné beaucoup de temps, a-t-il rappelé. Il fallait changer les choses rapidement et il n'y avait pas de garanties. On a travaillé fort avec les adjoints pour changer l'ambiance et apporter quelques changements qui nous aideraient. On est content que les choses aient changé aussi rapidement.»  La Presse

Deux cas douteux

Alexander Radulov s'est blessé au bas du corps,... (La Presse canadienne, Paul Chiasson) - image 7.0

Agrandir

Alexander Radulov s'est blessé au bas du corps, samedi, probablement en bloquant un tir de P.K. Subban.

La Presse canadienne, Paul Chiasson

Alexander Radulov et Tomas Plekanec n'ont pas pris part à l'entraînement du Canadien, lundi. Radulov, qui s'est blessé au bas du corps - probablement en bloquant un tir de P.K. Subban -, est demeuré en survêtement et s'est amusé à faire des passes à ses coéquipiers depuis le banc des joueurs. Sa présence face aux Canucks de Vancouver est douteuse, car Claude Julien soupçonne qu'une simple séance d'entraînement matinale ne sera pas suffisante pour lui permettre de réintégrer la formation. Quant à Plekanec, il a reçu des traitements et Julien a indiqué qu'il faisait l'objet d'une évaluation quotidienne. Il n'est donc pas certain qu'il soit en mesure d'affronter les Canucks.  La Presse




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer