Le Canadien a toujours le même problème

John Tavares célèbre le but d' Anders Lee... (La Presse, Bernard Brault)

Agrandir

John Tavares célèbre le but d' Anders Lee aux dépens de Carey Price en deuxième période. Le capitaine des Islanders a terminé le match avec deux points à sa fiche.

La Presse, Bernard Brault

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Il y a deux ans, quelques minutes après avoir subi une élimination face au Lightning, P.K. Subban avait tout résumé d'un trait dans le vestiaire des visiteurs à Tampa Bay. «Le problème, avait dit le défenseur, c'est qu'on ne marque pas.»

Deux ans plus tard, rien n'a changé. Le Canadien avait pourtant un adversaire tout indiqué pour faire suite à sa victoire de mardi soir à Manhattan. Avec leur fiche de 8-13-4, les Islanders avaient le deuxième pire dossier sur les patinoires adverses dans l'Est. Et pourtant, ce sont ces mêmes Islanders qui ont pu sortir du Centre Bell avec une victoire de 3-0.

Qu'est-ce qui a changé, au juste, depuis que le Canadien s'est fait sortir au deuxième tour contre le Lightning au printemps 2015? Pas grand-chose. Il s'agit encore d'un club qui est bâti depuis l'arrière, à partir d'un gardien à qui il faut exiger des miracles à peu près chaque soir, sans quoi les chances de victoire sont inexistantes, ou à peu près.

Si Carey Price donne un but ordinaire, comme celui signé Anthony Beauvillier sur son sixième but de la saison dès la sixième minute, le Canadien, souvent, a du mal à s'en remettre. Parce qu'il ne marque pas.

À ce chapitre, il est tout de même ironique de constater que leurs deux seuls buts jeudi ont été marqués de manière illégale. À 6:50 du troisième vingt, les arbitres ont jugé que Tomas Plekanec avait fait dévier à l'aide d'un bâton élevé le tir des poignets de Shea Weber, ce que la reprise vidéo a confirmé. Et 56 secondes, celui d'Artturi Lehkonen a été refusé aussi parce qu'il avait poussé la rondelle avec son gant.

Anders Lee (23e), l'un des marqueurs les plus prolifiques depuis le 23 novembre - 21 buts, trois de moins que le meneur Max Pacioretty et un de moins qu'Auston Matthews (Toronto) et John Tavares (dans un filet désert) ont aussi déjoué Carey Price, qui a repoussé 21 tirs. Thomas Greiss a bloqué 24 rondelles pour son troisième blanchissage de la saison.

Gros problème de confiance

Il y a de toute évidence un gros problème de confiance chez ce groupe, un problème qui était là sous Michel Therrien, et qui est encore là sous Claude Julien. «Il faut arrêter d'avoir l'air de travailler fort sur la glace et il faut savoir faire la différence à la place», a expliqué Max Pacioretty. «Il n'y a pas d'excuse, on doit se replacer au plus vite.»

Au cours des 10 derniers matchs, le Canadien a réussi un match d'au moins trois buts en temps réglementaire à seulement une reprise. Une! Le même club a été blanchi à quatre reprises à ses huit dernières sorties.

Jeudi, la soirée s'est terminée dans un mélange de huées et d'applaudissements éparpillés, venant sans doute des fans de Beauvillier. Puisqu'on est un peu dans le négatif, rappelons que le Canadien avait choisi de ne pas le repêcher en 2015, optant pour Noah Juulsen à la place. Ce sera peut-être le bon choix à long terme, mais disons que pour les fans du CH, le but de Beauvillier aurait pu attendre à une autre fois.

«Les huées, ça fait partie du métier. Lorsqu'on ne joue pas à la hauteur des attentes, les partisans ont le droit de faire ça, je ne les blâme pas», a dit Claude Julien, qui s'est aussi bien gardé de blâmer ses gars. Des gars qui auraient pourtant pu se forcer un peu plus que ça le soir de son 1000match.

Pour Julien, il s'agissait d'un deuxième revers en trois sorties à la barre du Canadien, les deux au Centre Bell. «Entre la rencontre à New York [mardi, face aux Rangers] et celle de ce soir, et même celle contre Winnipeg, nous avons eu l'air de deux équipes complètement différentes. Lors de ces deux matchs à domicile, je ne crois pas que nous ayons joué comme j'aimerais voir notre équipe le faire.

«En premier lieu, ça commence avec la gestion de la rondelle. Nos premières passes ne se rendaient même pas d'une lame de bâton à l'autre. Notre exécution a été médiocre et quand votre exécution est médiocre, votre attaque sera médiocre.»  Avec La Presse canadienne

Ce qu'ils ont dit...

«Je sais que mon père pleurait. Ce sont des moments vraiment spéciaux qu'on va garder toute notre vie.»

- Anthony Beauvillier qui a inscrit un but à son premier match au Centre Bell devant parents et amis

«Le fait qu'on soit en première position ce n'est pas une excuse pour lâcher. Là on se fait rattraper. Il va falloir qu'on se réveille.»

- Phillip Danault

«J'aurais voulu gagner ce match plutôt que le célébrer.»

- Claude Julien à propos de son 1000e match




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer