Rien de rassurant pour le CH

À l'image du Canadien, l'arrière Shea Weber a... (AP, Ross D. Franklin)

Agrandir

À l'image du Canadien, l'arrière Shea Weber a connu un excellent début de saison en amassant 17 points à ses 20 premiers matchs dans l'unifiorme tricolore. Le défenseur acquis en retour de P.K. Subban a toutefois passablement ralenti la cadence au cours des dernières semaines.

AP, Ross D. Franklin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Le congé du Canadien arrive à point. Le CH a perdu six de ses sept derniers matchs et montre une fiche de 18-18-7 depuis la fin de sa séquence de 13-1-1 au début de la saison. Le club n'offre rien de rassurant à quelques mois des séries éliminatoires et ses performances ouvrent la porte à bien des spéculations, incluant le congédiement de Michel Therrien ou un échange majeur.

Depuis les Fêtes, Carey Price montre une fiche de 6-8-3 et une moyenne de buts accordés de 3,15 ainsi qu'un taux d'efficacité de ,897. Il a accordé moins de trois buts seulement cinq fois à ses 19 derniers matchs.

Shea Weber a un but et quatre aides et une fiche de -6 à ses 16 derniers matchs. Ne devait-il pas régler la question du manque de leadership à la place de P.K. Subban ? Il a obtenu 17 points à ses 20 premiers matchs, mais 15 à ses 38 derniers. Weber a seulement trois buts et huit aides à cinq contre cinq.

Un autre arrière, Alexei Emelin, n'est pas payé pour sa production offensive, mais trois points à ses 42 derniers matchs, ça demeure trop peu pour un défenseur de première paire, surtout avec un partenaire, Shea Weber, qui n'est pas reconnu pour son efficacité en relance.

Quant à Jeff Petry, il a semblé déstabilisé par la blessure subie par Andrei Markov en décembre. Petry a été jumelé à Nathan Beaulieu, puis il a retrouvé Markov, mais il reste qu'il a cinq points à ses 17 derniers matchs et présente une fiche de -6.

Attaque en panne

L'attaque est timide. Si l'on exclut trois matchs de cinq buts contre les Flames de Calgary, les Sabres de Buffalo et les Coyotes de l'Arizona, trois clubs faibles, le Canadien a marqué 12 buts à ses 11 derniers matchs...

Le CH ne produit plus en supériorité numérique. Un seul but à ses huit derniers matchs, en 20 tentatives, pour un faible taux d'efficacité de 5 %. Devrait-on demander à l'occasion à Andrei Markov de tirer plus souvent? Il n'a aucun but en pareilles circonstances cette saison et seulement neuf tirs, 32 de moins que Shea Weber. 

De son côté, Paul Byron semble être redevenu Paul Byron : un bon joueur de soutien. Il a amassé seulement deux points à ses 14 derniers matchs et semble avoir perdu de sa vitesse du début de saison. On l'a sans doute surutilisé en décembre en l'absence de réguliers. Son temps d'utilisation est redescendu sous la barre des 15 minutes depuis janvier.

Finalement, Tomas Plekanec a trois points à ses 15 derniers matchs et a été blanchi à ses sept derniers. Rien pour aider son ailier gauche Artturi Lehkonen, dont l'effort est encore au rendez-vous, mais qui a été blanchi à ses 10 derniers matchs. À ce rythme, Plekanec obtiendra 32 points sur une saison de 82 matchs, sa pire production en carrière.

Fatigué, Price n'est plus que l'ombre de lui-même depuis les Fêtes

On nous le répète ad nauseam depuis des années : cette équipe s'articule autour d'un seul homme, Carey Price.

D'ailleurs l'absence prolongée du célèbre gardien, l'an dernier, a servi de prétexte pour expliquer la déconfiture totale du Canadien.

Or, depuis les Fêtes, Carey Price n'est plus que l'ombre de lui-même, comme en fait foi sa fiche de 6-8-3, sa moyenne de 3,15 et son taux d'efficacité de ,897. À ses 19 derniers matchs, Price a accordé moins de trois buts seulement cinq fois.

Inefficacité de la défense

Il faut souligner en toute justice l'inefficacité de sa défense, Shea Weber en tête, mais Price avait l'habitude de corriger les erreurs de ses coéquipiers et d'intimider l'adversaire par sa prestance devant le filet.

Malgré les carences du jeu de transition et de l'attaque, malgré la fatigue évidente chez Weber, Emelin et Petry, malgré les contre-performances d'Alex Galchenyuk depuis son retour au jeu, Carey Price ne joue pas comme le meilleur gardien au monde, titre qu'on lui attribuait depuis deux ans.

Son leadership suscite aussi quelques interrogations. Son regard perçant à l'endroit des entraîneurs du Canadien lorsqu'on l'a retiré du match le 16 décembre contre les Sharks de San Jose a laissé bien des observateurs perplexes.

La semaine de congé arrive à temps. Les erreurs de concentration et les sautes d'humeur de Price laissent deviner une fatigue accumulée. Il est humain, après tout. Price a raté presque une saison complète, il est revenu au jeu en Coupe du monde, a retrouvé le Canadien assez rapidement, puis disputé 43 des 58 matchs du club, s'est tapé un vol New York-Los Angeles pour le Match des étoiles, alors qu'il pouvait se reposer... bref, un congé complet ne ferait pas de tort.

À moins, évidemment, que le torchon ne brûle entre Michel Therrien et ses principaux leaders, parmi lesquels Price. Seul Marc Bergevin et les membres de l'équipe peuvent y répondre. La suite nous fournira les réponses nécessaires...

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer