La relâche va faire du bien au CH

David Pastrnak a menacé le filet défendu par... (AP, Michael Dwyer)

Agrandir

David Pastrnak a menacé le filet défendu par Carey Price, dimanche soir, à Boston, alors que les Bruins ont vaincu le Canadien au compte de 4-0.

AP, Michael Dwyer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse

(Boston) La fameuse semaine de relâche fait pester bien des entraîneurs dans la Ligue nationale, de Mike Babcock à Barry Trotz, en passant par Todd McLellan. Dans le contexte actuel, Michel Therrien ne se plaindra sans doute pas.

Le Canadien a connu une autre soirée de misère, dimanche, et les Bruins de Boston n'ont eu aucun mal à s'imposer 4-0 dans le dernier match du Tricolore - et des Bruins - avant une pause de cinq jours au calendrier. «Nous avons connu une bonne première période, mais nous avons perdu notre momentum en raison des unités spéciales, a affirmé Therrien. L'important, c'est de profiter de la pause, physiquement et mentalement, et être prêt pour le prochain match.»

Le Tricolore présente maintenant un dossier de 1-5-1 en février. Le retour au jeu de Brendan Gallagher n'a pas suffi à éviter ce nouvel échec. «Ce n'est pas facile de regarder l'équipe perdre de cette façon, a mentionné Gallagher. Je suis content d'être revenu au sein de la formation malgré le résultat décevant. C'est une séquence difficile pour nous, mais je veux faire partie de la solution.»

La rencontre se déroulait sous le regard attentif de Joe Sakic, directeur général de l'Avalanche du Colorado. Les rumeurs liant le CH et l'Avalanche sont nombreuses, mais on se demande bien ce que Sakic a pu voir de convaincant, s'il épiait un ou des joueurs du CH...

Les Bruins ont beau s'être éloignés de leur identité d'équipe robuste depuis quelques années, il y a encore des flammèches quand ils affrontent le Canadien. Dès la 58e seconde, Andrew Shaw en est venu aux coups avec Torey Krug. C'est ce même Krug qui lui avait fait subir une commotion cérébrale lors du dernier match entre les deux clubs, le 12 décembre. 

Huit minutes plus tard, Adam McQuaid a ouvert la marque pour les Bruins.

Le Tricolore a eu l'occasion de créer l'égalité quand les Bruins lui ont offert un avantage numérique de deux hommes pendant 97 secondes, mais les hommes de Michel Therrien ont été incapables d'en profiter.

La première période n'était pas très convaincante pour le Canadien, et la deuxième était carrément gênante. Ça s'est amorcé par un très mauvais changement au banc, ce qui a permis aux Bruins d'attaquer en surnombre. Le Tricolore s'est vite retrouvé débordé, et Nathan Beaulieu a été chassé.

But de Chara

Cet avantage numérique des Bruins a finalement été annulé 31 secondes plus tard par une pénalité à Patrice Bergeron. Mais dès que la supériorité numérique du CH a commencé, Zdeno Chara a doublé l'avance des siens. Le grand défenseur a profité de la confusion d'Alex Galchenyuk pour s'avancer, avant de servir une tasse de café à Alexander Radulov et de déjouer Carey Price. Dix minutes plus tard, de retour en avantage numérique, les hommes de Bruce Cassidy ont ajouté à leur avance grâce au filet de David Krejci.

«C'est frustrant, mais nous devrons montrer ce dont nous sommes capables au retour du congé. Nous avons beaucoup de travail, mais les joueurs ont la bonne façon de voir les choses. Il faut se regarder dans le miroir et avoir une bonne attitude», a indiqué Max Pacioretty.

La période s'est terminée dans la disgrâce quand Beaulieu a asséné un violent dardage à Chara, tout près de la fourche. Frank Vatrano a ajouté le quatrième filet des vainqueurs au dernier tiers, pendant que Tuukka Rask n'était guère menacé. Le Tricolore a subi un troisième jeu blanc dans les cinq derniers matchs.

À l'inverse, les Bruins totalisent 34 filets à leurs 8 dernières sorties et présentent une fiche parfaite de trois victoires en trois matchs depuis que Bruce Cassidy a remplacé Claude Julien derrière le banc.

Les cinq moments marquants du match

L'heure de la vengeance

Ça n'aura pris que 58 secondes avant qu'Andrew... (AP, Michael Dwyer) - image 3.0

Agrandir

Ça n'aura pris que 58 secondes avant qu'Andrew Shaw et Torey Krug se battent.

AP, Michael Dwyer

Un affrontement entre le Canadien et les Bruins n'en serait pas un vrai si les esprits ne s'échauffaient pas à un certain moment. Ça n'aura pris que 58 secondes avant qu'Andrew Shaw et Torey Krug s'invitent à valser, en zone neutre. L'attaquant du Tricolore a porté quelques bons coups, tout comme le défenseur des Bruins, avant de renverser son adversaire. Shaw souhaitait venger la mise en échec douteuse que Krug lui avait assénée, le 12 décembre dernier, et qui l'avait forcé à rater plus d'un mois d'activités (14 matchs).

Les locaux frappent en premier

Les deux équipes ont croisé le fer pour une première fois en deux mois, mais l'éternelle rivalité n'a pas mis de temps à renaître au premier vingt. Les partisans ont eu droit à plusieurs belles attaques, de beaux arrêts des deux gardiens et de solides mises en échec. Ils ont également vu leurs favoris ouvrir le pointage à 8:57. Lors d'une mise en jeu en zone du Canadien, Krug a remis la rondelle à l'attaquant recrue Peter Cehlarik et ce dernier a aperçu Adam McQuaid de l'autre côté. Auteur de seulement un but cette saison, McQuaid n'a pas raté une telle occasion et il a trompé la vigilance de Carey Price, qui n'a pas été en mesure de stopper son tir malgré un bon déplacement latéral.

Occasion gaspillée

La porte s'est ouverte pour les hommes de Michel Therrien, quelques minutes plus tard. Les Bruins ont été pris en défaut pour avoir eu trop de joueurs sur la surface de jeu et Brad Marchand a offert un cinq contre trois au Canadien en écopant une pénalité d'accrochage aux dépens d'Alexander Radulov. Travaillant avec deux joueurs en plus pour une minute 37 secondes, les visiteurs ont bourdonné dans le territoire adverse, sans toutefois être capables de trouver le fond du filet. La meilleure occasion de marquer est venue du bâton de Max Pacioretty, mais Tuukka Rask a permis à son équipe de garder son avance d'un but grâce à un bel arrêt du bloqueur.

Un jeune de 39 ans

Zdeno Chara a marqué l'un des quatre buts... (AP, Michael Dwyer) - image 4.0

Agrandir

Zdeno Chara a marqué l'un des quatre buts des Bruins, dimanche.

AP, Michael Dwyer

Le Canadien a bien tenté de créer l'égalité en début de deuxième période, mais du haut de ses six pieds neuf pouces, Zdeno Chara a fait basculer la partie sur une superbe séquence individuelle. Alors que Nathan Beaulieu quittait le banc des pénalités pour donner un court avantage numérique au Tricolore, Ryan Spooner a été patient en entrée de zone et il a refilé le disque à Chara. Le capitaine des Bruins s'est moqué de Radulov et il s'est présenté dans l'enclave avant de décocher un bon tir des poignets dans le coin droit du filet. Outre Price, les défenseurs Nikita Nesterov et Shea Weber n'ont pu que constater les dégâts.

Le dernier clou

Les Bruins ont réussi là où le bleu-blanc-rouge a échoué six fois au cours du duel : en avantage numérique. Alors que le Canadien pouvait toujours espérer venir de l'arrière, David Krejci a planté le dernier clou dans le cercueil pour faire 3-0, en deuxième période. L'attaquant tchèque a mis la touche finale sur un bel échange à quatre en complétant la passe de David Backes. Krejci a envoyé la rondelle derrière Price alors que celui-ci tentait de la stopper avec son bloqueur.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer