Quelle place pour Desharnais?

L'ascension de Philipp Danault au centre du premier... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

L'ascension de Philipp Danault au centre du premier trio change la donne pour David Desharnais, qui en est à sa dernière année de contrat.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Pour Fabienne Thibeault et Richard Cocciante, c'était une question de feeling. Pour David Desharnais et Phillip Danault, c'est plutôt une question de timing.

Desharnais poursuit sa remise en forme, six semaines après avoir subi une blessure au bas du corps lors d'un match à St. Louis. Lundi, il a patiné en compagnie de trois autres éclopés de l'équipe, soit Andrei Markov, Brendan Gallagher et Greg Pateryn.

Si on se questionne aujourd'hui sur le rôle qui attend le numéro 51 à son retour au jeu, c'est principalement en raison de l'éclosion de Danault.

En effet, personne n'a autant profité de l'absence de Desharnais que Danault. Depuis ce match du 6 décembre au cours duquel Desharnais s'est blessé, Danault vient au deuxième rang des compteurs du Canadien avec 16 points en 22 matchs. Et le fil des événements ne tient pas du hasard.

Deux jours avant son infortune, Desharnais avait vu Alex Galchenyuk se blesser lui aussi à une jambe, à Los Angeles. Et c'est le Québécois qui s'était vu confier le mandat de jouer au centre des deux meilleurs ailiers de l'équipe, soit Max Pacioretty et Alexander Radulov.

L'expérience n'a finalement duré que deux périodes, le temps que Desharnais tombe au combat. Dix jours plus tard, Danault a hérité du rôle de centre du premier trio et en a profité pour grimper dans la hiérarchie des attaquants de l'équipe.

Desharnais assure être heureux pour son compatriote québécois, mais en même temps, il s'est parfois dit, en le voyant empiler les points, que ç'aurait pu être lui dans cette position.

«C'est sûr. Tout est une question de timing dans une carrière. J'ai manqué de timing sur celle-là !» a lancé Desharnais après l'entraînement. «Mais Phil va super bien, et je suis bien content pour lui. C'est ça, le hockey.

«Quand tu rates des matchs, il y a toujours un danger que des gars profitent de leur chance», a ajouté l'athlète de Laurier-Station. «C'est ma dernière année [de contrat], on a une bonne équipe, on a une chance de se rendre loin, et je veux y participer. C'est tout ce qui compte pour l'instant.»

Un «top 9» rempli

Une recension rapide des attaquants permet de comprendre que Desharnais se retrouvera dans une situation difficile quand tout le monde sera en santé.

Au centre, Alex Galchenyuk est actuellement blessé et ratera le match de mardi soir, mais son cas est réévalué sur une base quotidienne. Michel Therrien ne s'attend pas à une absence à long terme. Danault a prouvé qu'il peut offrir une production digne d'un deuxième ou troisième centre, et Tomas Plekanec demeure responsable de missions défensives cruciales. Reste le quatrième trio, où Torrey Mitchell s'acquitte lui aussi de mandats défensifs, un rôle qui lui sied sur mesure.

Et à l'aile? Après tout, Desharnais a aussi été employé comme ailier ces dernières années. Mais derrière les intouchables Pacioretty, Radulov et Gallagher (une fois en santé), Paul Byron est en voie de connaître une campagne de 25 buts. Et la recrue Artturi Lehkonen a enfilé 9 buts en 27 matchs depuis qu'il est revenu d'une blessure, en novembre.

On peut certes avancer qu'Andrew Shaw ne joue pas toujours comme un joueur digne des trois premiers trios en cinq matchs depuis son retour, mais il le faisait avec constance avant de se blesser. Et son contrat de six ans, qui ne fait que commencer, incitera Michel Therrien à la patience. Reste Sven Andrighetto, dont le sort sera visiblement réglé au retour de Gallagher.

Bref, on voit mal comment Desharnais pourra réintégrer les trois premiers trios, tandis que le mandat de la quatrième unité cadre plus ou moins avec son identité.

«Souvent, les décisions se prennent par elles-mêmes», a simplement fait valoir Michel Therrien, lundi. «Par expérience, tu essaies de projeter des choses, mais quand le joueur revient, un autre n'est pas là.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer