Les Devils, une proie facile

Le défenseur Karl Stollery a écopé d'une pénalité... (AFP, Bruce Bennett)

Agrandir

Le défenseur Karl Stollery a écopé d'une pénalité majeure pour son geste à l'endroit de Nathan Beaulieu en troisième période. Le Canadien en a profité pour inscrire deux buts et se sauver avec la victoire.

AFP, Bruce Bennett

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Richard Hétu

Collaboration spéciale

La Presse

«USA! USA! USA!» Dans les gradins du Prudential Center, ce cri un peu rageur est monté au début de la troisième période du match entre les Devils et le Canadien pour couvrir les voix des partisans de l'équipe montréalaise, qui se réjouissaient d'un but inscrit par Shea Weber procurant à son équipe une avance de 2-1.

Ce cri, Max Pacioretty, un des Américains du Canadien, l'a sans doute entendu, y trouvant peut-être l'inspiration nécessaire pour porter l'avance de son équipe à deux buts 82 secondes plus tard avec son 21e filet de la saison.

Les buts de Weber - il a mis un terme à une disette de huit matchs sans faire bouger les cordages grâce à un puissant tir sur réception - et de Pacioretty sont survenus en avantage numérique. Le défenseur Karl Stollery avait écopé d'une punition majeure de cinq minutes pour un double échec près de la bande aux dépens de Nathan Beaulieu.

Avec cette victoire obtenue par la marque de 3-1, le Canadien a mis fin à une série de deux défaites d'affilée en dominant des Devils, qui se sont montrés peu menaçants face à Al Montoya. Il n'a eu à repousser que 15 tirs, dont 3 durant les 37 premières minutes de jeu, pour signer un septième gain cette saison. À l'autre bout, Keith Kinkaid (23 arrêts) a été solide en relève du gardien numéro un des Devils, Cory Schneider, malade.

«Nous avions demandé un bon effort de notre équipe et c'est exactement ce que nous avons eu. C'est une très belle performance d'équipe et l'avantage numérique a été très bon. Nos défenseurs ont été extraordinaires et notre gardien a été bon», a affirmé l'entraîneur-chef Michel Therrien.

Galchenuyk réplique

Les Devils ont été les premiers à s'inscrire au pointage, à quatre minutes pile de la première période. Après avoir été mis à l'épreuve par Pierre-Alexandre Parenteau, Montoya a donné un long retour qui a été récupéré à la ligne bleue par Steven Santini. Son tir du poignet a papillonné par-dessus la tête du gardien.

L'avance des Devils aura toutefois été de courte durée. Profitant de son premier avantage numérique du match, le Canadien a nivelé la marque à 5:14. Alex Galchenyuk a touché le fond du filet pour la deuxième fois depuis son retour au jeu après avoir accepté une belle passe dans l'enclave en provenance de la palette d'Alexander Radulov, qui s'est fait complice des trois buts de son équipe.

Récemment muté sur le troisième trio, Galchenyuk a aussi ajouté deux mentions d'assistance. «Alex a répondu exactement de la façon dont je m'attendais qu'il réponde. Tes meilleurs joueurs doivent être les meilleurs», a mentionné Therrien. «J'aime beaucoup les trios que nous avons formés et je trouve que ça nous apporte plus de profondeur.»

Les Devils ont décoché seulement trois tirs sur Montoya au cours de la période, et aucun pendant les 114 premières secondes d'un avantage numérique dont ils ont joui à la fin de l'engagement.

Avec quatre tirs au but, Max Pacioretty a été un des joueurs les plus menaçants de son équipe à l'offensive. Jacob De La Rose, qui a fini la deuxième période avec quatre tirs au but, a également été efficace.

Le Canadien disputera samedi à Montréal un troisième match en cinq jours contre les Sabres de Buffalo. Avec La Presse canadienne

Condon ne pense plus au CH

Selon son agent Michael Wulkan, le gardien Mike... (AFP, Kirk Irwin) - image 3.0

Agrandir

Selon son agent Michael Wulkan, le gardien Mike Condon pensait bien demeurer à Montréal cette saison et il a été très déçu quand le Canadien l'a soumis au ballottage en octobre dernier. Depuis, l'Américain de 26 ans a retrouvé le sourire avec les Sénateurs d'Ottawa, lui qui a déjà trois jeux blancs à sa fiche, dont un match de 42 arrêts contre les Blue Jackets à Columbus jeudi.

AFP, Kirk Irwin

Même après avoir embauché Al Montoya le 1er juillet, le Canadien avait fait savoir à Mike Condon qu'il faisait encore partie des plans de l'équipe. C'est ce qu'a confié Michael Wulkan, l'agent du gardien américain, lors d'une entrevue téléphonique vendredi.

«Ils ont embauché Montoya et ils nous ont ensuite fait savoir que ça ne voulait pas dire que Mike allait partir. Ils nous ont dit que Mike faisait encore partie des plans à Montréal. Alors quand Mike a été soumis au ballottage, nous avons été surpris. C'est là que les gens du Canadien nous ont dit qu'ils souhaitaient aller dans une autre direction. On ne s'attendait pas à ça.»

Selon Wulkan, Condon n'a pas été particulièrement heureux d'apprendre que l'équipe le plaçait au ballottage le 10 octobre. «Bien évidemment qu'il n'était pas heureux.»

Au moment de cette décision, Stéphane Waite, l'entraîneur des gardiens du CH, avait expliqué que l'équipe se croisait les doigts afin que Condon ne soit choisi par personne. «On espère qu'il va passer au ballottage sans être réclamé. On a embauché Al Montoya pour avoir avec nous trois gardiens qui ont de l'expérience dans la Ligue nationale. On est très confortables avec Mike [...] on veut le garder, il va jouer dans la LNH, c'est certain.» 

Une recrue l'an dernier

Depuis, Condon a rapidement retrouvé le sourire. À Columbus jeudi, le gardien des Sénateurs d'Ottawa a repoussé 42 tirs dans une victoire de 2-0 face aux Blue Jackets. Il s'agit déjà de son troisième blanchissage de la saison. De tels chiffres peuvent surprendre, surtout à Mont­réal, là où le gardien de 26 ans avait connu des soirées difficiles la saison dernière. Mais Wulkan jure qu'il n'est pas surpris.

«Il a pris part à une cinquantaine de matchs la saison dernière avec le Canadien à titre de recrue. Pour un gardien de but qui en est à sa première année dans la LNH, Montréal, c'est probablement le marché le plus difficile qui soit, parce que tous les regards sont tournés en direction du gardien. Il avait très bien commencé la saison, et puis le club s'est mis à perdre et à piquer du nez.»

Après avoir été placé au ballottage en octobre, Condon a été réclamé par les Penguins de Pittsburgh, là où il n'a fait que passer avant d'être échangé aux Sénateurs le 2 novembre, en retour d'un choix de cinquième tour au prochain repêchage. Depuis, il joue le hockey de sa vie, ayant remporté quatre de ses cinq derniers matchs au moment où le gardien numéro un des Sénateurs, Craig Anderson, est à l'écart du jeu pour des raisons familiales, ayant choisi d'accompagner sa femme dans sa lutte contre le cancer.

Wulkan jure que Condon ne pense plus au Canadien, et qu'il savoure chaque seconde de ses succès à Ottawa. «Il n'a aucun regret, ce qui s'est passé à Montréal, c'est oublié depuis longtemps.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer