L'attaque du CH en arrache encore

L'attaquant des Penguins Nick Bonino a neutralisé Torrey... (La Presse, Bernard Brault)

Agrandir

L'attaquant des Penguins Nick Bonino a neutralisé Torrey Mitchell et Brian Flynn sur cette séquence en première période. Pour un deuxième match de suite, l'offensive du Canadien n'a rien généré mercredi lançant seulement 20 fois sur le filet défendu par Matthew Murray.

La Presse, Bernard Brault

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Lamarche
La Presse Canadienne
Montréal

L'attaque du Canadien a connu un deuxième match laborieux d'affilée et les Penguins de Pittsburgh n'ont eu aucune difficulté à signer une victoire de 4-1, mercredi au Centre Bell.

Privés du défenseur Kristopher Letang, les Penguins l'ont emporté sans même que Sidney Crosby et Evgeni Malkin ne fassent des flammèches. Le défenseur Ian Cole (3e) et les attaquants Eric Fehr (6e) et Jake Guentzel (4e) ont déjoué Carey Price pendant les 40 premières minutes. Malkin, qui s'était présenté au Centre Bell fort d'une  récolte de sept buts et cinq mentions d'aide à ses 10 sorties précédentes, a tout de même récolté une passe sur le premier but du match. 

«Notre niveau de compétition n'était pas assez élevé pour se donner une chance de l'emporter», a tranché Michel Therrien lors d'un point de presse qui a tout juste franchi le seuil des deux minutes. «Quand tu ne compétitionnes pas, tu n'as pas de chance.»

«Il n'y a aucune excuse. On doit trouver un moyen et on doit le faire avant la pause du Match des étoiles», a assené Shea Weber.

Limités à 18 tirs lundi après-midi contre les médiocres Red Wings de Detroit, les hommes de Michel Therrien ont fait preuve d'imprécision dans leurs tirs et de manque de cohésion, au point où ils n'ont testé Matthew Murray que 20 fois pendant que Price réalisait 22 arrêts.

«C'est comme s'il nous manquait quelque chose en attaque», a reconnu Pacioretty. «On ne peut pas jouer sans agressivité et sans confiance avec la rondelle. Ça prend de la confiance pour réussir une deuxième passe, puis une troisième.»

Price pas à blâmer

Price ne peut être blâmé même s'il n'a pas tellement bien paru sur le but du défenseur Olli Maatta, qui a contribué à vider les gradins à 15:36 de la troisième période. Et les spectateurs qui sont restés jusqu'à la fin ne se sont pas gênés pour chahuter leurs favoris.

«On ne peut pas utiliser le peu de séances d'entraînements comme excuse», a dit Price. «Je dois quand même trouver le moyen de réaliser les arrêts.»

Le gardien s'est fait demander s'il n'a pas un problème côté bloqueur. «Croyez-vous que j'ai besoin de me pratiquer de ce côté?» a-t-il demandé. Personne n'a tenté une réponse à cette question...

Le seul but du Tricolore a été réussi tard en deuxième période quand Sven Andrighetto a marqué son deuxième but de la saison grâce à un tir dirigé de derrière le filet, qui a touché Murray avant de glisser derrière la ligne rouge.

Devant l'inertie de son attaque, l'entraîneur-chef du Canadien a remanié ses trios, en deuxième période, plaçant Phillip Danault entre Max Pacioretty et Andrew Shaw, tandis qu'Alexander Radulov a été muté aux côtés de Paul Byron et d'Alex Galchenyuk.

«Nous avons bloqué des tirs, et les gars se sont sacrifiés. Nous n'avons pas écopé de beaucoup de pénalités, ce qui est excellent. Ce fut un bel effort d'équipe», a dit Murray.

Le Canadien reprendra le collier vendredi pour le premier de deux matchs en deux soirs, à Newark, face aux Devils du New Jersey. Le lendemain, le Tricolore sera de retour au Centre Bell pour se mesurer aux Sabres de Buffalo.  Avec La Presse

Un congé qui ne fait pas l'unanimité

Il est permis de se demander si l'initiative de la LNH de permettre à ses 30 équipes, pendant les deux premiers mois de 2017, de bénéficier de cinq journées consécutives de congé procure plus de désavantages que de bénéfices.

Le sujet du calendrier condensé est revenu sur le tapis en plusieurs occasions pendant le point de presse de Michel Therrien précédant le match contre les Penguins, mercredi. L'entraîneur-chef du Canadien a admis qu'il partageait l'opinion de Mike Babcock, son homologue des Maple Leafs de Toronto, qui a récemment manifesté son désaccord au sujet de cette pause dont viennent de profiter ses joueurs. Celle du Canadien s'échelonnera du 13 au 17 février.

Dans le but évident de permettre à sa troupe de refaire le plein d'énergie le plus possible, Therrien a plusieurs fois annulé des séances d'entraînement pourtant planifiées à l'horaire. Ce fut le cas mardi, au lendemain de la défaite de 1-0 à Detroit. Et il lui est aussi arrivé de décréter des séances optionnelles auxquelles n'ont pris part que quelques joueurs.

Au coeur d'une deuxième semaine d'affilée où il doit disputer quatre matchs en six jours après l'avoir vécu à la fin d'octobre et à la mi-novembre, le Tricolore devra se payer huit rencontres en 13 jours entre le 31 janvier et le 12 février, incluant des visites au Colorado et en Arizona. Dans un tel contexte, il peut parfois être difficile pour un entraîneur-chef de tenir des séances d'entraînement pour apporter les correctifs.

«Chaque petit temps qu'on a pour s'entraîner est important. On prend souvent le temps, le matin d'un match, par exemple, pour travailler l'avantage numérique. C'est sûr que c'est une situation qui n'est pas idéale pour personne. On se concentre beaucoup sur notre préparation d'un match à la fois. On ne pense pas à ce qui s'en vient.»

Effusion de buts

Sans faire de lien direct avec le calendrier condensé et les entraînements moins fréquents, Therrien a constaté qu'il y a eu effusion de buts récemment. Ce fut le cas lundi lorsque les Penguins ont défait les Capitals de Washington 8-7 et de nouveau mardi, dans un gain de 7-6 des Stars de Dallas contre les Rangers de New York. Le Canadien a vécu un match de ce genre à Winnipeg, où il a gagné 7-4 le 11 janvier.

«C'est assez exceptionnel. Dans le passé, on ne voyait pas ça, surtout à ce temps-ci de l'année, où ça commence à être serré. Il y a beaucoup d'erreurs mentales et quand les gars font des erreurs mentales, ils sont moins là.»

Therrien a insisté sur l'importance de bien doser ses énergies, tout en s'entraînant et en apprenant. «Ce n'est pas seulement au hockey, c'est comme ça dans tous les sports confondus. Si un athlète veut performer à son maximum, il a besoin d'être efficace mentalement, physiquement aussi. Il y a des temps dans notre calendrier où on n'est pas capable d'aller chercher tous ces éléments-là. Ça donne que souvent, tu vas gagner des matchs uniquement avec l'énergie du désespoir. Ça donne des matchs intéressants pour les partisans, mais peut-être pas pour les coachs

Markov: ça s'améliore tranquillement

Andrei Markov a raté un 15e match d'affilée, mercredi.... (La Presse, Bernard Brault) - image 4.0

Agrandir

Andrei Markov a raté un 15e match d'affilée, mercredi.

La Presse, Bernard Brault

Si David Desharnais et Greg Pateryn continuent de patiner en solitaire, Andrei Markov est toujours incapable de chausser les patins. Le défenseur de 38 ans a raté un 15e match d'affilée, mercredi. Pendant son absence, qui remonte au 20 décembre, le Tricolore est parvenu à afficher un dossier légèrement supérieur à ,500 (7-5-2), mais a concédé 44 buts. Dans 7 de ces 14 matchs, le Canadien a concédé au moins quatre buts aux adversaires. «Ça s'améliore, mais tranquillement», a résumé Michel Therrien lorsque questionné sur l'état de santé du défenseur de 38 ans.

«Il n'y a pas de doute qu'il est un joueur très important pour notre équipe. Il joue d'importantes minutes, il est capable d'évoluer en avantage numérique, en désavantage numérique. Même s'il est avancé dans son âge, son intelligence au jeu compense beaucoup. Est-ce qu'il nous manque? C'est sûr qu'il nous manque. Il faut composer avec les blessures. Ça donne des opportunités à d'autres joueurs d'avoir de nouveaux rôles et aller chercher le plus d'expérience possible. C'est comme ça qu'on voit ça.»  La Presse canadienne

Les cinq moments marquants du match 

Le Canadien erratique à l'attaque

Quelque 48 heures après avoir été victime d'un blanchissage à Detroit, l'attaque du Canadien est demeurée en panne en première période. Les attaquants du Tricolore ont bien bourdonné quelques fois autour du filet Matthew Murray, mais ils ont laissé filer plusieurs opportunités en faisant preuve d'imprécision ou d'un peu trop de générosité entre eux. La meilleure chance aura finalement appartenu à Andrew Shaw, dès la 64e seconde de jeu, lorsqu'il a frappé dans les airs une passe de Phillip Danault. Murray a stoppé le tir, l'un des sept du Canadien, et Evgeni Malkin a complété son repli et balayé la rondelle qui s'était immobilisée dans le demi-cercle.

Malkin prolonge sa séquence

Evgeni Malkin s'est présenté au Centre Bell fort d'une séquence de quatre matchs avec au moins un point, et d'une récolte de sept buts et cinq mentions d'aide à ses dix sorties précédentes. Il a amélioré ce dossier en préparant le premier but du match, le troisième du défenseur Ian Cole, avec un peu plus de cinq minutes à écouler à l'engagement initial. Cole a battu Carey Price d'un tir dans la partie supérieure droite que le gardien n'a jamais vu.

Les plombiers s'en mêlent

Jake Guentzel a triplé l'avance des visiteurs à... (La Presse canadienne, Paul Chiasson) - image 6.0

Agrandir

Jake Guentzel a triplé l'avance des visiteurs à 17:38 de la période médiane avec son 4e de la saison et son premier depuis le 26 novembre.

La Presse canadienne, Paul Chiasson

La défensive du Canadien a bien réagi, au début de la deuxième période, lorsqu'il a été appelé à se défendre à quatre contre cinq à la suite d'une punition à Alexander Radulov, à 2:17. Mais 62 secondes après la fin de cette pénalité, les Penguins ont doublé leur avance grâce à un joueur qui avait été laissé de côté lors des trois rencontres précédentes. Profitant d'un peu de mollesse de la part de Nathan Beaulieu puis de Radulov près du but du Canadien, Eric Fehr a inscrit son sixième but de la saison grâce à un tir des poignets d'une quinzaine de pieds qui a battu Carey Price du côté du bâton. Jake Guentzel a triplé l'avance des visiteurs à 17:38 de la période médiane avec son 4e de la saison et son premier depuis le 26 novembre.

La disette offensive prend fin

Seulement 33 secondes après le but de Guentzel, le Canadien a finalement fait bouger les cordages avec l'aide des Penguins. Posté derrière le filet, Sven Andrighetto a tenté de diriger la rondelle vers l'enclave mais sa passe a frappé Matthew Murray avant de glisser derrière la ligne rouge. Ce 2e but d'Andrighetto cette saison a permis au Canadien de mettre fin à une disette de 106 minutes 16 secondes sans marquer, soit depuis le but de Paul Byron à 11:55 de la troisième période samedi. Ce fut aussi le seul moment de réjouissance des partisans du Canadien pendant une période où les hommes de Michel Therrien n'ont obtenu que cinq tirs.

Maatta met la touche finale

Le défenseur Olli Maatta a marqué son premier... (La Presse canadienne, Paul Chiasson) - image 7.0

Agrandir

Le défenseur Olli Maatta a marqué son premier filet de la saison, mercredi.

La Presse canadienne, Paul Chiasson

Le jeune défenseur finlandais Olli Maatta a mis la touche finale avec son premier filet de la saison, avec 4:24 à disputer au troisième tiers. Conor Sheary a ravi le disque à Jeff Petry derrière le but avant de refiler dans l'enclave à Maatta, dont le tir des poignets a battu Price entre les jambières. Pittsburgh allait bientôt concrétiser un deuxième gain d'affilée, après une série de trois défaites.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer