Canadien-Penguins, un match baromètre

Le capitaine du Canadien, Max Pacioretty (67), a... (AP, Alan Diaz)

Agrandir

Le capitaine du Canadien, Max Pacioretty (67), a trouvé le fond du filet pour la 15e fois cette saison, jeudi, contre les Panthers de la Floride.

AP, Alan Diaz

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Miami) Finalement, ce voyage en Floride, qui avait bien mal commencé, s'est terminé de belle façon pour le Canadien: trois points sur une possibilité de quatre, et voici que l'équipe a la chance de conclure l'année 2016 avec une 23e victoire depuis le début de la saison.

C'est le genre de scénario que Max Pacioretty accepte avec un large sourire.

«On a disputé huit périodes de jeu en Floride, et on estime avoir bien joué pendant six de ces périodes, a expliqué le capitaine du Canadien, jeudi soir à Sunrise, avant le départ vers Pittsburgh. Quand on peut arriver à faire ça, la plupart du temps, ça se traduit par deux victoires. On sait qu'on a eu un relâchement lors du match à Tampa contre le Lightning, mais on est heureux de la façon dont on a répliqué [jeudi soir] contre les Panthers.»

Ainsi donc, malgré les blessures qui ont brouillé un peu le portrait d'ensemble, malgré les doutes qui ont suivi quelques performances douteuses en décembre, le Canadien se retrouve à Pittsburgh, samedi soir, pour y conclure l'année face à des Penguins qui sont champions en titre... et face à des Penguins qui n'ont que deux victoires de plus au compteur que les visiteurs.

Les doutes en question se sont manifestés plus récemment, vraisemblablement parce que le Canadien n'a pu faire mieux que quatre victoires en temps réglementaire lors des 13 matchs qu'il a dû disputer en décembre jusqu'ici. La fiche du club montréalais depuis le début du mois (6-4-3) n'est sans doute pas étrangère à cette récente vague d'inquiétudes.

Coriaces à domicile

Mais s'il y a des sceptiques, Max Pacioretty jure qu'ils ne se trouvent pas dans le vestiaire montréalais, où personne ne craint un effondrement semblable à celui, bien documenté, de la saison dernière.

«Les gens qui croient à ces histoires ne sont pas dans ce vestiaire. Il n'y a personne ici qui pense comme ça. Nous nous préoccupons seulement de notre prochain match. Si on joue comme on vient de le faire en Floride, on va gagner beaucoup plus de matchs qu'on va en perdre.»

À ce chapitre, le rendez-vous de vendredi à Pittsburgh fait déjà office de match baromètre.

Les Penguins viennent d'en gagner trois de suite, et ils ont subi une seule défaite en temps réglementaire à leurs 10 derniers matchs. Par ailleurs, léger détail à ne pas négliger : ils ne perdent à peu près pas sur leur propre glace, comme en témoigne leur fiche de 16-2-2 devant leurs fidèles.

Le défi sera de taille, à n'en point douter.

«Les Penguins ont un style de jeu qui est similaire au nôtre, a ajouté Pacioretty. Ils se déplacent rapidement sur la glace, et ils transportent bien la rondelle grâce à leur jeu de transition. Ils font bien circuler la rondelle comme on le fait aussi. Alors, on s'attend à un match au rythme rapide, mais on ne veut pas non plus échanger coup pour coup avec eux. Ils ont quelques-uns des meilleurs attaquants de la ligue, on ne peut pas s'embarquer dans un festival offensif avec eux.»

Au tour de Carr?

Avec son but de jeudi soir contre les Panthers, Brendan Gallagher a mis fin à une sécheresse de 13 matchs sans marquer. Gallagher ayant freiné cette mauvaise série, le prochain attaquant le plus en panne de l'équipe se nomme Daniel Carr : il n'a marqué qu'un but cette saison, et il remonte déjà au... 10 novembre. Torrey Mitchell est lui aussi dans une mauvaise passe, n'ayant pas marqué à ses neuf derniers matchs.

Letang incertain

Kristopher Letang, blessé au bas du corps, a raté les sept derniers matchs de son équipe, mais il progresse. Jeudi, il a participé à l'entraînement des siens, mais il s'exerçait au sein du quatrième duo avec le réserviste David Warsofsky. L'entraîneur-chef des Penguins, Mike Sullivan, n'a toutefois pas voulu confirmer la date du retour au jeu de son défenseur vedette.

Letang a 19 points en 25 matchs cette saison. L'attaquant Bryan Rust, malade, a pour sa part raté l'entraînement, mais il n'est pas exclu qu'il affronte le Tricolore samedi soir. Le défenseur Olli Maatta, lui aussi malade, a manqué les deux derniers duels des siens, il a toutefois patiné jeudi et sera à son poste.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer