Noël chez les francs-tireurs

Avec huit buts depuis le début de la... (AP, Paul Vernon)

Agrandir

Avec huit buts depuis le début de la saison, Jeff Petry a déjà surpassé son sommet en carrière, alors qu'il avait touché le fond du filet sept fois en 2013-2014 avec les Oilers.

AP, Paul Vernon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Columbus) En tant que jeune père de famille, Jeff Petry s'attendait assurément à passer Noël auprès des siens - de sa femme, Julie, et de son fils, Boyd. Mais il s'attendait sans doute moins à passer le 25 décembre parmi les meilleurs francs-tireurs à sa position!

La mi-saison approche, et Petry fait certainement partie des surprises chez le Canadien jusqu'ici.

Il n'a joué que 33 matchs et déjà, le défenseur a établi un sommet personnel pour les buts en une saison avec huit. Dans cette colonne, il pointe au troisième rang de la LNH parmi les arrières, à égalité avec son coéquipier Shea Weber, et derrière Brent Burns (13) et Cam Fowler (9).

Avec neuf passes, il totalise donc 17 points, ce qui lui vaut le 23e rang du circuit à sa position. S'il maintient la cadence, il pourrait terminer la saison sur le seuil symbolique des 40 points. Pour un joueur qui a souvent eu à se contenter de la deuxième vague de l'avantage numérique, ce n'est pas mal du tout.

«Je tire simplement la rondelle plus souvent et je suis récompensé. C'était mon approche pour cette saison, d'essayer d'envoyer le plus de rondelles au filet et de créer des choses», expliquait-il humblement, dans le vestiaire des visiteurs, après la défaite de 2-1 à Columbus.

Les explications n'ont pas toujours besoin d'être compliquées. Petry voit juste quand il parle de l'évolution de son nombre de tirs.

La quantité est une chose, la qualité en est une autre. Le joueur de 29 ans a montré des habiletés de tireur d'élite qu'on ne lui connaissait pas. Son but vendredi à Columbus en était un exemple éclairant. Sergei Bobrovsky lui a laissé un espace à peine plus grand qu'un sac de cacahuètes. Et malgré l'angle restreint, Petry a trouvé l'ouverture.

Plus tôt dans la saison, on l'a aussi vu marquer à quelques reprises sur des tirs frappés puissants. Au cours d'une conversation récente, Petry confiait d'ailleurs que son tir avait déjà été mesuré à 96 milles à l'heure, à Edmonton. On est loin des 108 milles à l'heure de Weber, mais ce dernier fait figure d'exception.

En fouillant dans son passé, on constate cependant que Petry a toujours eu cette touche offensive en lui. C'est ce que les Oilers ont vu en lui pour le repêcher au deuxième tour en 2006. Et à sa dernière année à Michigan State, l'Américain avait totalisé 29 points en 38 sorties.

«Plus tôt dans ma carrière, j'avais un peu laissé tomber mon côté offensif pour me concentrer sur l'aspect défensif, a-t-il expliqué. Maintenant, je constate que lorsque je n'appuie pas l'attaque, mon jeu défensif en souffre. Je ne suis pas aussi alerte, je ne suis pas mentalement dans le match.»

Une première chance

Jusqu'ici cette saison, les partisans du Canadien ont une première vraie occasion d'observer Petry à plus long terme.

Marc Bergevin en avait fait l'acquisition en fin de calendrier 2014-2015, si bien qu'il n'avait joué que 19 matchs avant le début des séries. La saison dernière, Petry a joué 51 matchs, mais il a traîné pendant près de la moitié de ces matchs une blessure à l'abdomen qui dégénérait. Cette blessure a d'ailleurs mis fin à sa saison en février.

Cette fois, Petry jure être en parfaite santé et les derniers matchs vont en ce sens. À ses sept derniers duels, il compte huit points et affiche un rendement de + 7. Même avant cela, il offrait tout de même un rendement constant, qui permet à Michel Therrien de lui offrir 22 minutes par match. Sa tenue est encore plus importante depuis quelques jours, puisque en l'absence d'Andrei Markov, d'Alexei Emelin et de Greg Pateryn, Therrien n'a pas affiché une grande confiance envers son troisième duo de défenseurs.

«Je crois que c'est une des meilleures séquences de ma carrière. Je sais que je peux le faire, je dois maintenant y parvenir de façon plus constante», soutient-il.

«En général, je me sens mieux quand j'utilise ma vitesse, mes atouts. Parfois, je cessais de faire ça, je n'étais pas aussi impliqué dans le jeu, et je crois que ça me nuisait. Mon écart avec les joueurs adverses n'était pas aussi bon. J'ai eu une bonne rencontre avec J.J. [Jean-Jacques Daigneault, l'entraîneur des défenseurs], il m'a rappelé d'être robuste, d'utiliser ma vitesse et d'appuyer l'attaque. Ça a rapporté.»

Coïncidence ou non, sa séquence de succès a commencé après le fameux incident entre Carey Price et Kyle Palmieri, quand le gardien du Canadien avait tenté d'étêter l'attaquant des Devils après une collision. Critiqué pour sa réplique timide, Petry avait soutenu qu'il tentait plutôt d'éloigner Palmieri de Price pour éviter que son gardien soit puni.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer