Pacioretty fait fi des chiffres

Le capitaine du Canadien de Montréal, Max Pacioretty,... (La Presse Canadienne, Graham Hugues)

Agrandir

Le capitaine du Canadien de Montréal, Max Pacioretty, a trouvé le fond du filet de l'Avalanche du Colorado à quatre reprises, une première pour lui dans la Ligue nationale.

La Presse Canadienne, Graham Hugues

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Quatre buts dans le même match? Très honnêtement, Max Pacioretty ne se souvient même pas de la dernière fois où ça lui est arrivé.

«Quand j'étais petit, mon père m'avait promis un nouveau bâton si je réussissais un truc du chapeau, avant un match, a-t-il raconté samedi soir au Centre Bell. J'ai marqué sept buts lors de ce match-là, mais je n'ai jamais eu le bâton... alors je me suis mis à passer la rondelle!»

L'histoire racontée par le capitaine a bien fait rire tout le monde, particulièrement après une victoire légèrement convaincante de 10-1 contre les pauvres joueurs de l'Avalanche du Colorado, mais elle a surtout illustré une réalité qui fera plaisir aux partisans de l'équipe, ainsi qu'à ses dirigeants : après un très lent départ, Pacioretty est enfin lui-même. À un rythme qui pourrait lui permettre d'atteindre la barre des 35 buts en saison pour la troisième fois de sa carrière.

Une première

Les quatre buts de samedi soir sont une première pour lui dans la Ligue nationale, mais ils sont avant tout la preuve que le 67 semble avoir retrouvé ses repères. Le joueur qui avait commencé la saison avec seulement trois buts à ses 15 premiers matchs vient d'en réussir sept à ses quatre derniers, au moment en plus où le Canadien tente de se débrouiller sans son premier joueur de centre, Alex Galchenyuk, blessé à un genou et absent du jeu pour environ deux mois, selon les prévisions les plus optimistes.

On pourrait penser que cette récente récolte serait excellente pour le moral et pour la confiance, mais Pacioretty ne voit pas les choses de cette façon.

«Les chiffres, les gens en font tout un plat, pas mal plus que moi, en tout cas. Quand je vais à la maison après les matchs, je regarde le classement, pas mes statistiques. C'est la vérité, et c'est comme ça aussi pour tous les joueurs dans ce vestiaire.»

Fidèle à ses habitudes, le capitaine n'a pas trop voulu parler de lui et de ses exploits à la suite de cette spectaculaire raclée offerte gratuitement aux membres de l'Avalanche. Il est vrai qu'il n'a pas été le seul à se faire remarquer; son collègue Tomas Plekanec, entre autres, a fini la soirée avec quatre aides.

«Quand vous pouvez opposer à l'autre équipe quatre trios comme les nôtres, qui jouent avec confiance, qui jouent avec beaucoup de vitesse et qui fabriquent des jeux en attaque... ça fait de nous une équipe difficile à contrer. Quatre trios qui fonctionnent, c'est la thématique de notre saison jusqu'ici. Il n'y a pas beaucoup d'équipes dans cette ligue qui jouent de cette manière, avec la contribution des quatre trios. C'est une grosse partie de nos succès.»

Les Bruins au Centre Bell

Autre détail surprenant dans cette saison du Canadien qui ne cesse de surprendre : depuis le forfait de Galchenyuk et de David Desharnais la semaine dernière, la formation tricolore a gagné ses deux matchs par une marque combinée de 15-3.

Bien sûr, ce ne sera pas toujours aussi facile, à commencer par ce soir au Centre Bell, avec la visite des toujours tenaces rivaux Bruins de Boston, mais pour le moment en tout cas, c'est comme si le Canadien pouvait encaisser les mauvaises nouvelles sans fléchir. «Mais c'est seulement deux matchs, Alex [Galchenyuk] et David [Desharnais] sont deux joueurs importants pour nous, tout comme Greg Pateryn, a tenu à préciser Pacioretty. On sait que ces gars-là sont une grosse partie des succès de l'équipe.» En attendant, rien ne semble vouloir arrêter cette équipe qui continue de déjouer tous les pronostics. Ne reste plus qu'à savoir si papa Pacioretty va finir par payer un nouveau bâton à son fils.

Bergeron en panne sèche

Patrice Bergeron n'a obtenu que 8 points en 26... (AP, Michael Dwyer) - image 3.0

Agrandir

Patrice Bergeron n'a obtenu que 8 points en 26 matchs cette saison, ce qui le place à un rythme d'environ 24 points pour la saison.

AP, Michael Dwyer

Les Bruins s'amènent au Centre Bell avec une fiche de seulement quatre victoires à leurs 10 derniers matchs, mais l'aspect le plus inquiétant est probablement la production offensive de Patrice Bergeron. L'attaquant québécois n'a obtenu que 8 points en 26 matchs cette saison, ce qui le place à un rythme d'environ 24 points pour la saison. Bergeron n'a jamais récolté moins de 39 points dans une saison régulière (exception faite du lock-out de 2012-2013) depuis le début de sa carrière dans la LNH.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer