Le CH à la conquête de l'Ouest

L'éternel optimiste Tomas Plekanec, qui a obtenu une... (AP, Carlos Osorio)

Agrandir

L'éternel optimiste Tomas Plekanec, qui a obtenu une aide sur le but de Brendan Gallagher à Detroit, samedi, croit que le voyage en Californie est tout indiqué pour donner un coup de pouce à la confiance. À la condition d'y connaître du succès, bien entendu.

AP, Carlos Osorio

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Pour amorcer ce long voyage de cinq matchs, le Canadien devait en premier disposer de ces Red Wings fatigués, qui avaient joué la veille et qui ont en plus dû disputer la troisième période sans deux de leurs joueurs, blessés. Ce défi étant relevé, le Canadien a ensuite mis le cap sur la grande région de Los Angeles, où ça s'annonce un peu plus compliqué.

Compliqué, oui, parce que le Canadien devra affronter les Ducks à Anaheim demain soir, pour ensuite aller à San Jose chez les Sharks et terminer ce détour californien à Los Angeles contre les Kings. Le voyage va se conclure le 6 décembre avec une visite chez les Blues de St. Louis.

On insiste : compliqué. Mais l'éternel optimiste en Tomas Plekanec y voit une occasion. «Ça pourrait nous donner un coup de pouce pour la confiance», a-t-il noté à Detroit. samedi soir. «Nous avons une bonne fiche jusqu'ici, mais on sait aussi qu'on peut faire mieux que ça. On peut jouer mieux. Alors, si on pouvait revenir de ce voyage avec une bonne récolte, ce serait très bon pour tout le groupe.»

Au hockey, on dit souvent que les longs voyages sont bons pour le proverbial «esprit d'équipe». C'est là, selon les croyances les plus anciennes, que les caractères se forment, que les liens se tissent, que les premiers signes d'un éventuel championnat peuvent apparaître comme par enchantement.

Dans le vestiaire montréalais, on joue bien évidemment la carte de la prudence, malgré cette fiche inespérée de 16-4-2. Comme Plekanec le faisait remarquer samedi soir, il y a une raison à ça. «Parce qu'il y a des choses à améliorer», a-t-il admis sans détour.

Plekanec lui-même aimerait marquer plus souvent, lui qui ne l'a pas fait à ses 10 derniers matchs - il a tout de même obtenu un point important samedi soir sur le but de Brendan Gallagher, qui a lui-même fini par marquer après une sécheresse de 15 matchs. David Desharnais n'a que trois buts cette saison, aucun à ses cinq derniers matchs. Max Pacioretty a 5 buts en 22 matchs, ce qui n'est pas ce que l'on attend de lui.

Changement de décor bénéfique

C'est certes un voyage qui tombe à point. Au cours de la prochaine semaine, les joueurs du Canadien vont pouvoir jouer dans un décor complètement différent, sans controverse de troisième étoile et sans avoir à se soucier des diagnostics psychologiques qui peuvent être établis à distance.

Ce qui ne veut pas dire que ce sera facile. À la maison, les trois clubs californiens ont une fiche combinée de 22-9-1, et la saison dernière, lors de la portion californienne du calendrier, les joueurs montréalais, sans Carey Price il faut le rappeler, étaient revenus de ces trois matchs avec une fiche de 0-3.

Évidemment, la fiche de l'équipe actuellement est de beaucoup supérieure à celle de mars dernier. À bien y penser, tout est supérieur à mars dernier, et ça explique sans doute la bonne humeur qu'il y avait dans le vestiaire des visiteurs au Joe Louis Arena samedi soir.

«C'était immense de pouvoir entreprendre ce voyage avec une victoire à Detroit, a dit Plekanec. Ce voyage est pour nous l'un des points tournants de la saison. C'est le résultat de ce périple qui va donner le ton pour la suite des choses.»

Place aux choses sérieuses

Le premier quart de la saison a permis d'établir hors de tout doute que le Canadien - avec Carey Price devant le filet - forme une équipe capable de se rendre en séries.

Maintenant, cette équipe peut-elle aspirer aux grands honneurs? La prochaine semaine devrait permettre de se faire une idée plus précise. Le Tricolore disputera ses quatre prochains matchs dans l'Ouest, la contrée qui lui a donné tant de maux de tête la saison dernière.

Parmi toutes les statistiques de la désastreuse campagne 2015-2016, celle-là est particulièrement assassine : en 14 matchs sur les patinoires des équipes de l'association de l'Ouest, le Canadien a présenté une fiche de 1-11-2. Et on ne parle pas de défaites serrées ici. Dans les 13 revers, le CH a marqué 25 buts et en a accordé... 56!

La seule victoire avait été signée en début de saison à Calgary contre Joni Ortio, un gardien qui joue aujourd'hui en Suède. C'est tout dire.

Pour une équipe qui a raté les séries par 11 points, une partie de l'explication se retrouve là, dans cette incapacité à battre les équipes lourdes et teigneuses de l'ouest. Le défi était déjà considérable, et sans Price, il le devenait encore plus.

Calendrier avantageux?

Jusqu'ici cette saison, le Canadien occupe le premier rang du classement général de la LNH. Par contre, il a disputé seulement 4 de ses 22 premiers matchs contre des équipes de l'Ouest, dont trois à domicile. Le seul sur la route, à Chicago, a été perdu.

En regardant les chiffres de plus près, on peut d'ailleurs se demander si le calendrier n'a pas donné un coup de pouce au Tricolore. Des 22 matchs que le CH a disputés cette saison, seulement sept l'ont été contre des équipes qui participeraient aux séries si elles avaient commencé dimanche. Le Canadien a perdu quatre de ces sept matchs.

Un autre aspect laisse croire que le Canadien a été choyé par le calendrier jusqu'ici. C'est l'équipe qui a disputé le plus de matchs à domicile dans la LNH (14). C'est aussi l'équipe qui a le moins joué à l'étranger (huit matchs), à égalité avec les Islanders et les Sénateurs.

Si la fiche du CH est quelconque à l'étranger, il faut toutefois garder en tête que Price n'a disputé que deux de ces huit duels. Deux victoires, incidemment. Al Montoya a été employé dans les six autres (2-3-1).

Or, le calendrier de la semaine permettra à Therrien d'employer Price pour les quatre autres matchs du voyage - si tel est le plan - puisqu'il y a au moins une journée de repos entre chaque rencontre. Bref, le Canadien sera mis à l'épreuve, mais il le sera dans des conditions qui lui permettront de déployer tous ses effectifs.

Les quatre prochains matchs permettront d'avoir une meilleure lecture de la cuvée 2016-2017 du Canadien. Le résultat de ces quatre duels sera analysé, mais il faudra aussi regarder la vue d'ensemble de l'équipe après 26 matchs. Si elle occupe toujours le premier rang de la LNH en rentrant à Montréal la semaine prochaine, on ne pourra plus l'accuser de ne pas avoir été mise à l'épreuve.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer