Le Canadien rebondit

Carey Price a bloqué 34 des 38 tirs... (La Presse canadienne, Graham Hughes)

Agrandir

Carey Price a bloqué 34 des 38 tirs des Flyers et est demeuré invaincu cette saison. Il s'agissait d'une septième victoire pour le gardien du CH.

La Presse canadienne, Graham Hughes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

La manière importait peu pour les joueurs du Canadien : il fallait gagner pour faire oublier la correction de 10-0 de la veille. Un Carey Price de gala a sauvé ses coéquipiers à de nombreuses reprises pour permettre au Canadien de vaincre les Flyers de Philadelphie 5-4, samedi au Centre Bell.

Même si le Canadien (10-1-1) a offert un autre effort inégal, il a pu savourer une victoire grâce aux 34 arrêts de Price. Andrei Markov, Greg Pateryn, Tomas Plekanec, avec son premier de la saison, Alex Galchenyuk et Phillip Danault ont touché la cible pour le CH, qui espère avoir tourné la page sur l'humiliante défaite de vendredi.

«Il fallait trouver une manière de gagner et c'est ce qu'on a fait», a déclaré l'entraîneur-chef Michel Therrien. «On a réussi à profiter de nos chances et je préfère me concentrer là-dessus.»

Chris VandeVelde, Shayne Gostisbehere, Claude Giroux et Travis Konecny ont trompé la vigilance de Price. Michal Neuvirth n'a pas connu une grande soirée et a effectué seulement 12 arrêts devant le filet des Flyers, qui avaient gagné leurs trois matchs précédents.

«C'est un problème plus grand que le gardien», a expliqué l'entraîneur-chef Dave Hakstol. «Les deux derniers buts ont fait mal, mais il y a plus. On a joué un très bon match, mais leur gardien a très bien joué.»

Les Flyers (6-6-1) ont multiplié les occasions de marquer, particulièrement en deuxième période quand ils ont eu l'avantage 15-3 au chapitre des tirs. Price a toutefois multiplié les arrêts, réalisant son plus spectaculaire avec la mitaine contre Jakub Voracek.

«Il ne connaît jamais de mauvaises soirées», a mentionné Brendan Gallagher. «Il a réussi des arrêts cruciaux.» Price demeure parfait cette saison avec une fiche de 7-0-0. Sa dernière défaite dans la LNH, rappelons-le, remonte au 29 octobre 2015. Il a gagné ses 10 départs avec le CH depuis.

Gallagher et ses coéquipiers se reposent-ils un peu trop sur leur gardien? «Non, je ne pense pas que ce soit le cas, ou que ce soit un problème», a répondu le petit attaquant. «Ça ne dérange pas, toutes les équipes dans cette ligue se fient à leur meilleur joueur, et c'est lui qui est notre meilleur joueur.

«Tous les buts ont été marqués dans des moments importants et ont eu un impact», a ajouté Gallagher. «Ce n'était pas facile de revenir au jeu après le match de vendredi.»

Mauvaise séquence

Le Canadien vient possiblement de jouer ses trois moins bons matchs de la saison, accordant 120 tirs et 14 buts. Mais il s'en est tiré avec quatre points sur une possibilité de six, dans une séquence de trois duels en quatre soirs.

«Il faut absolument resserrer notre jeu et arrêter de prendre des punitions», a analysé Therrien. «On est une des équipes qui prend le plus de punitions mineures. Il faut commencer par là. Souvent, tu donnes le momentum à l'autre équipe. Il faut que les gars soient conscients qu'on donne beaucoup trop de chances en avantage numérique.»

L'équipe a maintenant droit à un congé dimanche pour recharger les piles, avant de reprendre l'entraînement lundi en vue d'un duel contre les Bruins mardi, soir d'élection américaine.

NOTE : Le CH a perdu les services d'Artturi Lehkonen, blessé au haut du corps. Le Finlandais a quitté le match après deux périodes. Avec La Presse

Un 10-0 qui fait jaser

Il y a de ces choses qui font jaser. Comme une défaite de 10-0... Les joueurs de la LNH mentionnent constamment qu'ils ne se préoccupent pas de l'adversaire, qu'ils font leurs propres affaires. Mais la dégelée subie vendredi par le Canadien à Columbus - la pire par blanchissage depuis le 10-0 contre Detroit le 4 janvier 1942 - était un peu un incontournable.

Même dans les conversations à bâtons rompus, les joueurs des Flyers continuaient à en parler lors de leur entraînement matinal. L'un d'eux s'est longuement exprimé - anonymement, bien sûr - sur les risques de laisser Al Montoya subir une telle humiliation.

Malgré tout, Jakub Voracek savait qu'au-delà de ces débats, il affrontait en soirée une équipe qui avait, au préalable, remporté 9 de ses 10 premiers matchs. «Quand tu joues deux matchs en 24 heures, tu n'as pas beaucoup de temps pour y penser. Que tu perdes 1-0 ou 3-0, tu perds quand même deux points. C'est une trop bonne équipe pour rester ébranlée par cette défaite», assurait l'attaquant tchèque. «L'histoire est plus grosse pour vous, les médias, que pour les joueurs. On affronte la meilleure équipe de la LNH. C'est comme ça qu'on le perçoit.» La Presse

Ce qu'ils ont dit

«Il ne fallait pas trop s'attarder à ce qui s'était passé la veille à Columbus. C'est le genre de résultat qui vous ramène sur terre assez vite...»

- Greg Pateryn, en faisant allusion à la défaite de 10-0, vendredi

***

«Je ne me souvenais même plus comment célébrer un but...»

- Tomas Plekanec, auteur de son premier but de la saison

***

«Ils sont bons. Quand ils ont une chance, ils marquent. Ils ont des joueurs talentueux,

et Price est pas mal bon.»

- Claude Giroux, capitaine des Flyers

 

L'«espion» Weise a déçu ses coéquipiers

Même si l'ancien du CH Dale Weise n'avait... (La Presse, Bernard Brault) - image 5.0

Agrandir

Même si l'ancien du CH Dale Weise n'avait pas vraiment de conseils à donner à ses nouveaux coéquipiers des Flyers sur la façon de déjouer Carey Price, ceux-ci ont tout de même réussi l'exploit quatre fois samedi.

La Presse, Bernard Brault

Les oreilles de Carey Price devaient bourdonner samedi matin, car il a beaucoup été question du gardien du Canadien dans le camp des Flyers. «Le meilleur joueur de la LNH cette saison», a dit Jakub Voracek.

Dale Weise connaît bien Price pour avoir été son coéquipier pendant deux ans. Mais il a dû décevoir ses nouveaux coéquipiers quand ils lui ont demandé des conseils.

«Je n'ai pas vraiment de conseils à donner sur comment le battre. Les gars me demandent : "Où doit-on tirer pour marquer?" Je leur ai dit : "Nulle part! Il n'a pas de faiblesse"», a indiqué le numéro 22.

L'ancien du Canadien était de retour dans la formation après avoir été laissé de côté lors du dernier match. Embauché pour quatre ans et 9,4 millions $ comme joueur autonome cet été, l'attaquant de 28 ans ne comptait qu'une passe en huit rencontres. «Ça fait partie de notre métier, j'ai déjà été laissé de côté par le passé, ce n'est pas la première fois!» a rappelé Weise.

«Arriver dans une nouvelle équipe est toujours difficile. J'ai joué quelques matchs, j'ai été suspendu trois matchs. Je n'ai pas beaucoup joué quand je suis revenu. C'est dur de trouver un rythme. J'ai eu de nouveaux compagnons de trio à chaque match. J'y étais habitué à Montréal, mais c'est difficile de trouver un rythme. J'espère que ça ira bien avec Schenn et le gars de l'autre bord.»

Si Weise restait aussi vague, c'est que la présence de Matt Read était incertaine. L'ailier droit a finalement revêtu l'uniforme.

Les Flyers, une formidable machine offensive

Les Flyers forment une formidable machine offensive cette saison. Avant le match contre le Canadien, leur moyenne de 3,42 les plaçait au quatrième rang de la LNH pour les buts marqués. Si les Flyers sont si dominants offensivement, c'est d'abord parce que Voracek semble avoir retrouvé ses moyens.

Le Tchèque de 27 ans n'avait pas connu une vilaine saison l'an dernier, avec 55 points en 73 matchs. Mais il était loin de son rythme de 81 points en 82 matchs de 2014-2015. En 13 sorties cette saison, il a récolté 13 points

«Je me sens normal», avait noté Voracek en matinée. «C'est ma sixième saison à Philadelphie. Dans cinq de ces six saisons, j'ai joué du très bon hockey. Ce n'est rien de nouveau pour moi. Je sais ce dont je suis capable quand je me sens bien et que je joue avec confiance.»

Voracek joue avec Sean Couturier et Travis Konecny, qui semble avoir dynamisé les Flyers. L'attaquant de 19 ans compte déjà 9 points en 13 matchs. «Il apporte beaucoup d'énergie, c'est un bon patineur. Il apprend encore beaucoup parce que c'est très différent du junior. Mais il sera bon pendant longtemps», a estimé Voracek.

Konecny (24e au total) et le défenseur Ivan Provorov (7e au total) ont tous deux été repêchés au premier tour en 2015. À peine un an plus tard, ce repêchage porte déjà ses fruits pour les Flyers.  La Presse

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer