Plekanec, spécialiste défensif

Ce n'est pas la disette offensive de Tomas... (La Presse canadienne, Graham Hughes)

Agrandir

Ce n'est pas la disette offensive de Tomas Plekanec (14) qui fatigue son entraîneur-chef Michel Therrien.

La Presse canadienne, Graham Hughes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse

(Montréal) Les comparaisons entre le début de saison du Canadien et celui qu'il avait connu l'an dernier vont bon train : aucune défaite en temps réglementaire après neuf matchs, une première position au classement général, et une confrontation redoutée contre les Canucks de Vancouver au 10e match de la saison.

L'an dernier, ce sont d'ailleurs les hommes de Willie Desjardins qui avaient infligé au Tricolore son premier revers de la saison.

Mais pour Tomas Plekanec - qui dit garder très peu de souvenirs de la saison dernière -, le début du calendrier est aux antipodes de ce qu'il avait connu l'an passé.

Quand tout souriait au CH à l'ouverture de sa saison 2015-2016, le vétéran était au coeur de ces succès. En plus de son efficacité habituelle sur le plan défensif, Plekanec faisait flèche de tout bois avec Max Pacioretty, et après 9 matchs, il avait déjà récolté 5 buts et 10 points.

Cette saison, c'est une autre affaire. Le Tchèque, qui a eu 34 ans, lundi, a dû se contenter de trois mentions d'aide en neuf rencontres. Si son jeu sans la rondelle est toujours aussi utile, son importance relative sur le plan offensif a diminué.

«Mon jeu n'est pas construit autour des buts que je marque», rappelle Plekanec qui n'en est pas à sa première disette en carrière. «C'est sûr qu'on aime toujours marquer, jouer en avantage numérique et être axé sur l'offensive, mais je retire de la fierté du style que je pratique, même s'il ne s'exprime pas toujours avec des buts et des points.»

Ce rôle, c'est celui d'affronter les meilleurs attaquants adverses à chacune de ses présences. Un défi énorme aux yeux de Michel Therrien. «C'est sa première responsabilité», juge l'entraîneur-chef. «Ce que j'aime, c'est que ce n'est pas parce qu'il n'a pas encore marqué qu'il se met à tricher. Il va continuer de jouer de la bonne manière, et on sait qu'éventuellement - et il nous l'a démontré au fil de sa carrière - il va récolter sa part de points.»

Des chances avec Radulov

Therrien a amorcé la saison en jumelant Plekanec à Alexander Radulov, mais les résultats ne sont pas venus. Ce n'est pas faute de chimie entre les deux, assure le Russe. «Ce n'est pas parce que ça allait mal qu'il y a eu des changements, a soutenu Radulov. L'entraîneur cherchait simplement des moyens de rendre l'équipe encore meilleure. Mais il a eu deux ou trois bonnes chances de marquer à chaque match.

«Je lui ai répété plusieurs fois que si l'on continuait à obtenir des chances de la sorte, les buts allaient finir par venir. Il s'agit de continuer à travailler fort. Le hockey ne va pas toujours de la façon qu'on le voudrait, mais espérons qu'il obtiendra son premier but dès [ce soir].»

À forces égales, Plekanec est maintenant flanqué de deux ailiers qui sont à l'aise dans des mandats défensifs. Paul Byron utilise sa vitesse en échec avant et pour orchestrer une contre-attaque rapide, tandis que la recrue Artturi Lehkonen lit bien le jeu pour un jeune de 21 ans, ce qui lui permet d'anticiper les réactions de l'adversaire et de bien le neutraliser.

«Pleky me donne toujours des observations sur la glace, il m'a aidé à m'ajuster à tous les points de vue, confie Lehkonen. Il a été le joueur le plus utile pour moi depuis le début de la saison. Ça fait plusieurs années qu'il est dans la ligue et c'est un très bon gars dont je peux m'inspirer.»

En dépit de ses succès offensifs en octobre 2015, il a eu l'habitude au cours de sa carrière de produire davantage en deuxième moitié de saison. C'est peut-être pour cela que Michel Therrien ne s'inquiète pas trop : lorsque l'échantillon de matchs sera beaucoup plus grand, Tomas Plekanec finira certainement par récolter sa part de points.  Avec La Presse canadienne

Gudbranson pris de court

Erik Gudbranson a signé un nouveau contrat d'un an, le 9 mai, avec les Panthers de la Floride, mais il a été échangé aux Canucks de Vancouver en retour du jeune centre Jared McCann à peine deux semaines plus tard. «Ça m'a pris par surprise, parce que je m'attendais à jouer pour les Panthers cette année!» s'est exclamé le défenseur franco-ontarien. «Ça a changé vite!» Gudbranson a quitté la Floride après que l'organisation eut connu sa meilleure saison en 20 ans. «Oui, j'ai surtout été là pour les années où ils faisaient dur, a convenu Gudbranson. On a travaillé fort en tant qu'organisation pour créer une bonne équipe. C'est un peu difficile de partir à ce moment-ci, mais je suis excité de faire partie des Canucks de Vancouver.»  La Presse

Satisfait de Beaulieu

Nathan Beaulieu joue du bon hockey en ce moment,... (La Presse canadienne, Graham Hughes) - image 4.0

Agrandir

Nathan Beaulieu joue du bon hockey en ce moment, selon Michel Therrien.

La Presse canadienne, Graham Hughes

Nathan Beaulieu n'a peut-être pas pleinement saisi sa chance aux côtés de Shea Weber en début de saison, mais pour l'instant, Michel Therrien dit s'accommoder très bien du travail de son jeune défenseur. «Il va bien, a commenté l'entraîneur-chef. Quand tu joues avec Shea Weber, le plus gros défi est de jouer contre les meilleurs joueurs de l'autre bord. Mais il doit apprendre à marcher avant de courir. On voulait voir où il était rendu dans son développement, mais je trouve que Beaulieu joue du bon hockey en ce moment avec Pateryn. Ça nous amène une certaine profondeur au sein de nos duos en défense.»  La Presse

La deuxième étoile d'octobre à Weber

Shea Weber a dominé tous les défenseurs de... (Archives La Presse) - image 6.0

Agrandir

Shea Weber a dominé tous les défenseurs de la ligue avec une récolte de quatre buts et six mentions d'aide en neuf matchs lors du mois d'octobre.

Archives La Presse

Shea Weber a dominé tous les défenseurs avec une récolte de quatre buts, dont trois victorieux, et six mentions d'aide en neuf matchs, ce qui lui a valu la deuxième étoile du mois d'octobre dans la LNH. «Lorsque c'est le temps de jouer en défensive, il est bon en défensive, a déclaré l'entraîneur-chef Michel Therrien. Lorsque c'est le temps de tirer au filet, il le fait très bien. Nous savions ce que nous allions obtenir sur la glace, et nous savions qu'il est un leader remarquable et une personne de qualité. Je suis plus qu'emballé par son début de saison.» Le centre Connor McDavid (Edmonton) s'est assuré la première étoile en vertu de ses cinq buts et sept passes en neuf rencontres. La troisième étoile a été décernée au Québécois Jonathan Marchessault (Floride), à égalité au sommet des buteurs du circuit avec six buts et au troisième rang des marqueurs avec 11 points. William Nylander (Toronto) a obtenu la titre de recrue du mois d'octobre, lui qui a amassé 11 points en neuf matchs.  La Presse canadienne

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer