Encore Weber!

Alexander Radulov (47) a participé aux deux buts... (AFP, Minas Panagiotakis)

Agrandir

Alexander Radulov (47) a participé aux deux buts du Canadien, dont le filet gagnant de Shea Weber (6) à 7:24 en troisième période.

AFP, Minas Panagiotakis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Malgré tous ses exploits passés dans l'uniforme des Predators de Nashville, Shea Weber connaît sans doute ses meilleurs moments en carrière.

Le défenseur a marqué un autre gros but en supériorité numérique en troisième période pour briser l'égalité et permettre au Canadien de vaincre les Maple Leafs de Toronto 2-1, samedi au Centre Bell. Du même coup, le CH (8-0-1) est devenu la première formation dans l'histoire de la LNH à récolter au moins un point à ses neuf premiers matchs lors de deux campagnes consécutives.

«Il joue du hockey extraordinaire, il marque de gros buts et fait de gros jeux au bon moment», a déclaré l'entraîneur-chef Michel Therrien. «Il agit en vrai leader, car un leader, c'est par les actions que tu prends.»

Weber a utilisé son arme de prédilection, un tir terrifiant, pour porter son total à 10 points, dont quatre buts, après neuf matchs. Une autre nouvelle acquisition de Marc Bergevin, Alexander Radulov, s'est fait complice des deux buts de son club, l'autre étant l'oeuvre d'Alex Galchenyuk (3) en deuxième période. 

Il s'agissait d'une 11e victoire consécutive du Canadien contre Toronto. 

Nazem Kadri a été l'unique buteur des Leafs, mais le trio des jeunes de William Nylander, Zach Hyman et Auston Matthews, premier choix au dernier repêchage de la LNH, a parfois étourdi la défensive du Tricolore. Les visiteurs se sont toutefois butés à un Carey Price en grande forme.

Price (36 arrêts) est toujours invaincu en cinq matchs cette saison, accordant seulement sept buts en cours de route. À l'autre bout de la patinoire, Frederik Andersen a effectué 29 arrêts.

Radulov gagne des points

Radulov continue à gagner des points. Et on ne parle pas de ces deux passes. C'est plutôt en faisant les bonnes vieilles «petites choses». Contre les Leafs, il a distribué trois mises en échec. En 81 matchs en 2007-2008, il en avait donné 17.

«Il a toujours travaillé fort et voulu faire les bonnes choses pour gagner», a estimé Weber, son ancien coéquipier à Nashville. «Il perd la rondelle, il travaille fort pour la ravoir. Il a toujours été comme ça. Peut-être que c'est simplement plus visible aujourd'hui.»

Torrey Mitchell était en début de carrière quand il a fait la connaissance du numéro 47. Lui aussi a relevé un jeu qui prouve que Radulov a changé.

«Il était déjà dynamique à l'époque, mais il est peut-être plus mature avec la rondelle, il prend de meilleures décisions. Il joue bien à l'intérieur du système. En fin de match, il avait la rondelle en zone neutre, près de la ligne rouge. C'était un deux contre deux ou un trois contre trois. Il a simplement dégagé la rondelle au lieu de tenter un jeu risqué. C'est notre système, c'était un gros jeu d'équipe, car on respecte le système pour obtenir nos deux points.»

«Le temps file, tu grandis et tu apprends. Tu dois jouer dans les deux sens, surtout aujourd'hui», rappelle Radulov. «La LNH a changé. Tu dois te replier défensivement, jouer ton rôle, bien protéger la rondelle.»  Avec La Presse canadienne

Ce qu'ils ont dit...

«Je ne suis pas surpris. On sait à quel point il est bon.»

- Shea Weber, en parlant de Carey Price

***

«Ses arrêts semblent si faciles, c'est ridicule. On en rit presque au banc par moments. Vous voyez la même chose que nous au banc. Ça nous donne tellement d'élan, c'est fou.»

- Torrey Mitchell, au sujet de Carey Price

***

«C'est vraiment facile de jouer avec lui. On est bons ensemble depuis le début du camp. Il transporte beaucoup plus la rondelle.»

- Torrey Mitchell, à propos de son compagnon de trio Phillip Danault

***

Sergachev encore laissé de côté

Pour un cinquième match de suite, c'est Mikhail Sergachev qui était l'homme en trop en défense pour le Canadien. Son dernier match remonte maintenant au 20 octobre. Évidemment, une telle séquence sans jouer ramène l'éternel débat : un jeune de 18 ans est-il mieux de rester dans la LNH et de sauter son tour à quelques reprises, ou de retourner dans le junior où il sera employé au sein du premier duo de défenseurs? « On est en octobre, la saison est encore jeune», a tempéré Michel Therrien. «On comprend qu'il a besoin de jouer, mais il reste encore beaucoup de hockey à jouer. Mais on veut qu'il soit entouré de joueurs de la LNH, qu'il apprenne.»  La Presse

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer